Air France, SNCF, ADP, Alstom, Uber : les dossiers chauds de Macron dans les transports

 |   |  2119  mots
Emmanuel Macron veut que « la SNCF gagne en performance » et dispose d'une « trajectoire financière équilibrée et pérenne ». Et, selon lui, cela passe par le traitement de la dette colossale de la SNCF, qu'il entend transférer à l'État, ce que ses prédécesseurs s'étaient toujours refusé de faire.
Emmanuel Macron veut que « la SNCF gagne en performance » et dispose d'une « trajectoire financière équilibrée et pérenne ». Et, selon lui, cela passe par le traitement de la dette colossale de la SNCF, qu'il entend transférer à l'État, ce que ses prédécesseurs s'étaient toujours refusé de faire. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
Ouvrir la concurrence ferroviaire malgré les réticences syndicales à la SNCF, maintenir ou pas la présence de l’Etat dans Alstom, privatiser ADP, assurer un avenir pérenne à Air France, élaborer une stratégie en matière de transports intelligents, tout en clarifiant sa position tant dans le transport public que dans celui de personnes comme Uber ou Heetch, plusieurs dossiers s’annoncent délicats voire explosifs pour Emmanuel Macron.

1 - La fin du monopole de la SNCF

La SNCF risque d'être l'un des dossiers les plus chauds du prochain quinquennat. Les mesures prévues par le nouveau chef de l'État vont à coup sûr susciter la grogne des syndicats. En réponse au think tank TDIE (Transport Développement Intermodalité Environnement), Emmanuel Macron a en effet un peu utilisé tous les mots qui les irritent, puisqu'il a notamment évoqué « la poursuite des efforts de productivité » et « une évolution des règles d'emploi des cheminots » pour que « la SNCF gagne en performance » et dispose d'une « trajectoire financière équilibrée et pérenne ».

À ses yeux, atteindre cet objectif passe par le traitement de la dette colossale de la SNCF, qu'il entend transférer à l'État, ce que ses prédécesseurs s'étaient toujours refusé de faire. Emmanuel Macron souhaite que son gouvernement « consulte le Parlement, les Régions, les associations d'usagers et les cheminots sur le meilleur scénario financier et industriel de long terme pour le Groupe ».

Il entend par ailleurs accélérer l'ouverture à la concurrence, aujourd'hui prévue en 2020 pour les TGV et 2 023 pour les trains intercités et les TER, alors que la réflexion des différents acteurs ferroviaires portait jusqu'ici sur des expérimentations de la concurrence, pour mieux la préparer.

« L'heure n'est pas à une expérimentation [...].  L'État doit permettre aux Régions de recourir à la concurrence dès qu'elles le souhaitent et dans de bonnes conditions », rétorque Emmanuel Macron. « Cela passera donc par une loi qui devra intervenir au début du quinquennat. Cette loi devra notamment préciser les conditions dans lesquelles les personnels pourront être transférés vers les nouveaux opérateurs en cas de transfert de contrat », a-t-il dit.

Un cocktail explosif qui va faire des vagues.

2 - Eviter à Air France un destin semblable à celui d'Alitalia

Air France sera aussi l'un des gros dossiers du quinquennat. Car si la compagnie est revenue dans le vert depuis deux ans grâce à la faiblesse du prix du pétrole, elle affiche toujours une compétitivité inférieure à celle de ses concurrents. Après trois années d'immobilisme marquées par de fortes tensions sociales, la compagnie aérienne risque à nouveau de prendre l'eau en cas de retournement de l'environnement économique et de remontée du prix du baril.

Selon certains observateurs, la priorité d'Emmanuel Macron sera donc moins de sortir l'État du capital d'Air France-KLM (il détient 17,6 %), la maison mère d'Air France, que d'accompagner l'entrée au capital d'un partenaire industriel à l'occasion d'une augmentation de capital. On pense évidemment à l'ogre américain Delta ou encore à un partenaire chinois. Dans tous les cas, une recapitalisation, maintes fois évoquée depuis trois ans, s'impose. Elle doit au préalable s'accompagner d'une amélioration de la performance de la compagnie. Ce qui est loin d'être gagné.

Les difficiles négociations avec les syndicats débouchent sur des mesures d'amélioration de la compétitivité relativement modestes, alors même que la structure de coûts intrinsèques du groupe est parmi la plus élevée des majors européennes. S'ajoute à cela une taxation spécifique sur le transport aérien, plus importante en France que dans la plupart des autres pays. Les compagnies françaises espèrent que le nouveau président sera celui qui prendra des mesures favorables à leur compétitivité.

3 - La privatisation d'ADP, ou le rêve d'un gros chèque

Avec l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, l'idée de privatiser le groupe Aéroports de Paris (ADP), le gestionnaire des sites de Roissy et d'Orly, pourrait bien refaire surface. Si le nouveau chef de l'État ne s'est pas exprimé sur le sujet pendant la campagne, il pourrait bien être tenté de faire entrer un gros chèque dans les caisses publiques. ADP vaut 12,5 milliards d'euros en Bourse et l'État détient 50,6 % du capital du groupe. Son expérience à Bercy montre qu'il n'aura pas d'états d'âme à privatiser. Quand il travaillait sur l'élaboration de ce qui deviendra la loi Macron en 2013, il avait déjà songé à privatiser ADP mais, devant l'opposition d'Alain Vidalies, le secrétaire d'État aux Transports et surtout de son Premier ministre, Manuel Valls, il avait dû faire machine arrière et se contenter de la vente des parts de l'État dans certains aéroports régionaux, comme Toulouse en 2014, puis Nice et Lyon en 2016.

Les sujets aéroportuaires lui sont d'autant moins étrangers que plusieurs fins connaisseurs de ces questions font partie de sa garde rapprochée et pourraient être appelés à des fonctions importantes dans son gouvernement. Il y a bien entendu Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance de l'aéroport de Toulouse, mais aussi Alexis Kohler, son ancien directeur de cabinet à Bercy, pressenti pour le poste de secrétaire général de l'Élysée. Ancien membre de l'Agence des participations de l'État (APE), il connaît ADP comme le fond de sa poche pour y avoir été de longues années administrateur.

Deux possibilités s'offriraient à l'État s'il s'engageait dans cette voie qui, rappelons-le, nécessiterait une loi de privatisation pour lui permettre de passer sous la barre des 50%. « Soit il vend sa participation à un industriel, lequel devra lancer une OPA sur le reste du capital », explique un banquier d'affaires. Ce qui ferait débourser, prime comprise, entre 14 et 15 milliards d'euros. Une somme élevée, mais que des Vinci, Fraport, ou Atlantia seraient capables de réunir dans des consortiums. « Soit il ne vend qu'une partie de sa participation (entre 20% et 30 %) à un industriel », explique la même source.

Ce scénario est jugé d'autant plus crédible pour les investisseurs et banquiers d'affaires que l'État aura besoin d'argent pour d'autres dossiers comme la recapitalisation d'Areva. Il est même anticipé en Bourse au point de provoquer une forte spéculation sur le cours : déjà élevée, l'action ADP bondi de 20 % depuis le début de l'année.

4 - Se désengager d'Alstom et l'aider dans la consolidation

Après les menaces de fermeture du site de Belfort l'an dernier et son sauvetage orchestré par François Hollande, le dossier Alstom sera rapidement inscrit dans l'agenda d'Emmanuel Macron. Non pas pour résoudre une quelconque difficulté industrielle ou financière du groupe, lequel se porte au contraire très bien et dispose d'un carnet de commandes bien rempli. Mais plutôt pour trancher sur le maintien ou pas de la présence de l'État dans le capital.

Pour rappel, après la vente de sa branche « énergie » à General Electric en 2014, l'État avait signé un accord avec Bouygues, le plus gros actionnaire d'Alstom avec près de 30% des actions, selon lequel il pouvait exercer « gratuitement » ses droits sur 20 % des droits de vote de Bouygues dans Alstom. Selon cet accord, l'État peut acheter ces 20 % à Bouygues. Il a jusqu'à octobre pour le faire. S'il le fait, il devra payer 3 milliards d'euros, le prix de rachat étant déjà fixé.

Peu probable qu'Emmanuel Macron y consente, assure un observateur. Pour lui, l'État devra plutôt essayer d'aider l'entreprise à participer à des alliances stratégiques dans le cadre du processus de consolidation du secteur qui se profile. Bombardier, Siemens, Hitachi, le Chinois CRRC... la plupart de ces scénarios sont possibles même si le premier aurait le plus de sens sur le plan stratégique. C'est donc plutôt dans cette perspective que l'État devra définir son rôle dans Alstom. « Et Bouygues est capable de mener de telles alliances internationales », assure un bon observateur.

5 - Révolution numérique et nouvelles mobilités

Conscient de la révolution numérique qui bouleverse en profondeur l'économie du transport, Emmanuel Macron estime que l'État doit se doter d'une stratégie en matière de transports intelligents. Les véhicules autonomes, l'open data, la géolocalisation vont permettre de construire des offres révolutionnaires, dont seules les prémices sont pour l'heure visibles, d'après lui. Pour Emmanuel Macron, la France doit rester dans le peloton de tête des nations en pointe sur le développement des véhicules intelligents. Mais il préconise bien entendu un certain accompagnement de la part de l'État, jugeant nécessaire d'utiliser les possibilités qu'offre la loi pour autoriser la circulation de telles voitures intelligentes sous la responsabilité des constructeurs, sur des périmètres délimités et en accord avec les collectivités concernées.

Selon lui, le marché ne doit pas tout réguler seul. Et l'État devra intervenir à deux niveaux : d'une part pour construire le cadre réglementaire qui donne toute sa place au droit et à l'expérimentation, et d'autre part, en incitant au développement que le marché ne couvrirait pas spontanément, comme par exemple pour les déplacements quotidiens dans les zones rurales ou périurbaines. Dans l'optique de résoudre la problématique du dernier kilomètre, des navettes électriques autonomes sont d'ailleurs expérimentées en ce moment par Keolis à Lyon, et prochainement dans le quartier de La Défense à Paris, ainsi que par la RATP, sur le pont Charles-de-Gaulle entre les gares de Lyon et d'Austerlitz.

6 - La revanche d'Uber et de Heetch

Le nouveau président devra également clarifier certains points dans le secteur du transport de personnes, tout en faisant preuve d'une certaine diplomatie. Et pour cause, le candidat d'En Marche ! est perçu comme un partisan des plateformes, ayant dès le début défendu de tels intermédiaires facilitateurs de mobilité - et particulièrement favorable à Uber, le géant du VTC (pour "voitures de transport avec chauffeur") et à Heetch, la jeune pousse française condamnée par la justice en début d'année.

Lorsqu'il était à Bercy, Emmanuel Macron envisageait surtout Heetch à travers l'opportunité qu'elle représente pour le désenclavement des banlieues. Dans son programme, il proposait ainsi de développer le droit à l'expérimentation dans le respect des impératifs de sécurité, de protection du consommateur et de loyauté de la concurrence.

« Pour un temps limité et dans un cadre fixé par la loi, il sera possible de déroger aux dispositions en vigueur afin de tester de nouvelles solutions. »

Concrètement, cela signifie que des plateformes qui souhaitent tester de nouveaux modèles dans des zones réglementaires « grises » le pourront. Nul doute que la jeune pousse de mobilité nocturne fondée par Teddy Pellerin et Mathieu Jacob aurait pu un temps bénéficier d'une telle « dérogation » provisoire. S'il est trop tard désormais pour elle, cela permettra cependant à d'autres entrepreneurs d'innover à leur tour.

Concernant Uber, Emmanuel Macron voyait surtout d'un bon œil les potentialités qu'elle offre en matière de création d'entreprises et d'emploi, notamment à l'égard des jeunes de banlieue, qui peuvent ainsi mettre un pied à l'étrier. Et pour apaiser les détracteurs du modèle Uber, qui cristallise les craintes liées au salariat, il avait notamment rappelé que le nombre de non-salariés est, selon l'Insee, en baisse depuis les années 1990. Soit bien avant qu'Uber n'arrive en France, et ne vienne bousculer le monopole historique des taxis, et les bénéfices de G7.

Emmanuel Macron est cependant conscient de certaines limites. Face au spectre de la précarisation, il soulignait la nécessité de modifier le système, pour améliorer la protection sociale des indépendants.

Et quand l'évasion fiscale pratiquée par l'entreprise était dénoncée par ses concurrentes françaises et les taxis, il répétait qu'il fallait permettre à cette entreprise américaine de payer des impôts en France.

Reste à voir si le président décidera de laisser inchangée la loi Grandguillaume qui régule le secteur du transport de personnes, alors que les plateformes étaient contre le texte, et que l'Autorité de la concurrence vient récemment de publier un avis très défavorable...

À moins qu'il ne décide de tout remettre à plat et d'écrire un nouveau texte, peut-être sur la base des conclusions du troisième médiateur en la matière, Jacques Rapoport, mais surtout sur celles de l'Autorité de la concurrence. Et de nommer alors un dernier arbitre en vue de régler les questions essentielles qui restent en suspens, comme la création d'un fonds d'indemnisation pour les chauffeurs, et les conditions pour l'heure trop strictes d'entrée dans la profession, qui risque de mettre sur le carreau quelque 15 .000 chauffeurs "Loti" (réglementés par la loi d'orientation des transports intérieurs, de 1982) qui ne pourront obtenir le statut de VTC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2017 à 9:42 :
La situation de la compagnie aérienne qui m’emploie : Air France étant devenue critique dans certains secteurs, plusieurs plans de départs volontaires ont été mis en place afin de résoudre le problème. Mais aucuns de nos grands dirigeants ont pensés a une solution qui pourrait nous faire devenir, je le pense, la meilleure compagnie au monde.
La situation ayant commencée à devenir grave, on a demandé en 2009 à des agents de se porter volontaires pour aller dans différents secteurs commerciaux. M’étant porté volontaire, j’ai été envoyé pendant 6 mois, en renfort aux litiges bagages d’Air France, comme agent d’escale commercial.
J’ai passé le meilleur moment de toute ma carrière professionnelle au cours de mes 35 années de compagnie. J’étais disponible, motivé. Je me levais avec plaisir le matin (même pour commencer à 6h30) et quand je finissais mes vacations que ce soit en matinées ou en soirées, il m’arrivait d’être encore là, 1 heure après, même sans être payé en heures supplémentaires. Pour moi cela m’importait peu, car je faisais ce que j’aimais. J’aurais ce choix à faire je le referais.
Cela se ressentait dans mon travail et auprès des passagers que je renseignais et que j’aidais dans leurs démarches. Ces mêmes passagers qui seraient prêts à se tourner vers une compagnie qui ne soit pas une compagnie à bas coût, pour la qualité du personnel si l’on mettait les bonnes personnes dans les bons emplois.
En effet, j’ai une collègue de travail, qui pour rentrer à Air France, a menti en disant qu’elle aimait le contact du client. On l’a mise à l’enregistrement et à l’embarquement des passagers, mais en fait elle avait une phobie de la foule. Ce qui en a résulté, c’est qu’elle en est tombée malade et que pour résoudre le problème elle a été mutée, dans un service administratif. Et depuis tout va pour le mieux pour elle.
Si donc notre direction pensait a cette solution cela se ressentirait dans tous les domaines car chacun ferait ce qu’il aime et il n’y aurait plus besoin de faire du lowcoast, ni des plans de départs volontaires, car nos voyageurs seraient prêts à faire des sacrifices financiers pour voyager avec une compagnie aérienne de qualité comme Air France.
a écrit le 14/05/2017 à 10:08 :
avec ses dossier on vas vite savoir
si m macron est Français avant tous
ou d'abord mondialiste
car le precedent sous son etiquette de socialo
il a menti toute sa vie
car son virage a droite a ete le plus devastateur pour les francais
a écrit le 13/05/2017 à 13:50 :
Pour Air France et la SNCF, c'est fichu d'avance, tu parles comment les salariés (notamment les planqués de longue date) vont accepter de supprimer leurs avantages indécents (CE de luxe pour AF, billets gratos pour toute la famille, etc etc...). Il faut tout restructurer et repartir d'une feuille blanche. Concernant le rail, il faudrait aussi arrêter avec cette idée du tout-TGV, ça a bien contribué à descendre en flèche les performances financières de la SNCF. Je ne sais pas ce que vaut le père Macron, mais en tout cas je lui souhaite bonne chance pour redresser un pays aussi irréformable que le nôtre.
Réponse de le 15/05/2017 à 12:26 :
Bonjour,

Je suis salarié SNCF.
Si vous considérez qu'avoir un weekend par mois chez soi, travailler les jours fériés, ne pas avoir de congés en juillet-aout depuis 10 ans et être payé 1340 € par mois est "une planque", je vous invite à postuler.
Ajoutons à cela les insultes et remarques désobligeantes que nous subissons au quotidien en gare et parfois même dans le privé. On m'a traité de nanti et de fainéant un 25 décembre à 19h.
Par ailleurs, je serais curieux de savoir combien coûte à l'entreprise l'avantage des facilités de circulation pour les familles de cheminots car que ce soit pour mon cas personnel ou pour mes collègues de travail, rares sont les ayants droits qui utilisent réellement cet avantage.
Mes parents l'ont fait deux fois en dix ans.
Concernant le tout tgv, je rejoins votre analyse. Demander à l'entreprise d'assumer des lignes dont on savait qu'elles ne seraient pas rentables, et que l'état n'assume pas la dette est illogique.
Réponse de le 15/05/2017 à 22:20 :
Vous pouvez être désabusé... mais rien ne vous interdit de renoncer à cet emploi s'il vous apparait mal payé !!!!
Après, je ne comprend pas les critiques (jalousies?) concernant les facilités de circulation : qui s'est trouvé face à un train plein à cause des ayants-droits ??? (peut-être faut-il en supprimer l'accès les jours de départ en vacances?)
Par contre, en tant que professionnel, je suis confronté quotidiennement à l'absence à un rendez-vous de clients du fait de l'annulation ou du retard de trains !!! (ligne Lyon-Vienne: un calvaire!!) La dernière raison en date : non-présentation à son poste du conducteur !! est-ce acceptable ???
Réponse de le 16/05/2017 à 20:17 :
C'est ça, je vais pleurer sur votre sort Ludo. Je gagne à peine plus que vous dans le privé, tout en étant diplômé du supérieur. J'ai connu des gens dont les parents bossaient à la SNCF donc oui je sais de quoi je parle. Et ça, c'est quoi ? http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2016/02/16/29002-20160216ARTFIG00007-la-sncf-engage-une-negociation-sociale-a-haut-risque.php
D'autre part si votre taf est si insupportable, surtout pourquoi rester ? Et pour finir je subis régulièrement le manque de professionnalisme de vos collègues sur les Paris-Le Havre, ainsi que la vétusté hallucinante des trains (merci le tout TGV) !
a écrit le 11/05/2017 à 21:03 :
Les concurrents d'AirFrance sur les lignes intra-européennes sont Ryanair, Easyjet, Volotea, Germanwings et Vueling !!! Il n'y a donc pas 50 solutions : les coûts d'AF et Hop doivent être alignés sur cette concurrence. point barre.
La direction doit à mon avis présenter un tableau comparatif de chacune de ses charges salariales comparées à ses concurrents :
- les Pilotes
- les PNC
- le personnel au sol
- les structures administratives
- la fiscalité, notamment les taxes spécifiques à l'aérien
- etc
L'état DOIT ensuite déterminer quels efforts il est prêt à faire, et exiger de chacune des autres catégories de charges, qu'elles fassent le nécessaire pour s'aligner sur la concurrence !!!
Pour le long courrier, c'est sur FrenchBlue, LEVEL etc qu'il faut s'aligner...
Après, la négociation doit permettre de déterminer COMMENT s'y prennent les différentes catégories pour évoluer, mais certainement pas SI ni QUAND !!!
Ca peut être par des ralentissements d'évolution dans les différents échelons, ça peut être par un développement d'une structure moins onéreuse comme Transavia, éventuellement en long courrier,
Ca peut être par une diminution des jours de congés annuels (je crois que c'est 45 jours par an pour les PNC, soit 15 jours par an de plus que les français moyens...)
En tout cas, si certains se cachent derrière un niveau de charges trop élevés, un plafonnement des cotisations retraites peut toujours être demandé (mais assorti d'un plafonnement des pensions futures!), l'état devra prendre ses responsabilités...
Par contre, je pense que si chacun est prêt à faire des efforts, au besoin en validant un accord au suffrage direct par un référendum auprès du personnel, je suggère à E.Macron , plutôt que de sacrifier AF-KLM à Delta ou autres, de plutôt envisager un développement de cette compagnie facteur de développement économique du pays, et , pourquoi pas, faire jouer ses bonnes relations avec Matteo Renzi pour favoriser une reprise des actifs ALITALIA pour que Alitalia renaisse comme structure LowCost du groupe AirFrance-KLM... Bien entendu, il faudra que la liquidation soit prononcée, et que la ré-embauche des salariés Alitalia soit conditionnée à une forte amélioration de la productivité !!! Pour cela bien sur, le SNPL ne devra pas se mêmer de quoique ce soit qui concerne Alitalia !!!
Réponse de le 12/05/2017 à 7:55 :
Essayez de reprendre votre raisonnement en envisageant de reporter le financement des retraites sur la consommation pour réduire les prélèvements sur AIRFRANCE, par exemple sur une TVA sociale ou la CSG, ou sur une taxe sur l'énergie. Merci.
Réponse de le 12/05/2017 à 12:53 :
Je suis tout à fait d'accord pour reporter les charges patronales sur la consommation.
En ce qui concerne les charges salariales, je rappelle que même les syndicats revendiquent le fait que les charges sont des rémunérations différées ... donc doit-on partager leur coût avec les retraités, les artisans, les commerçants, etc ???
Réponse de le 12/05/2017 à 14:33 :
Votre raisonnement n'est pas complètement juste ni complètement faux.
Air France ce portera mieux lorsque le gouvernement et les dirigeants décideront de porter moins de crédit aux PNT et un peu plus au PS.

Et que dire des différences de gestions primes avancements etc... dont bénéficie les salariés de KLM vis à vis Air France le même groupe avec des reconnaissances divergentes, normal qu'il y ai une meilleur rentabilité côté KLM, et je n'entrerais pas dans les petites combines des dirigeants qui consistent à monter entre les salariés des deux entreprises.
Réponse de le 12/05/2017 à 14:52 :
Je complète : pour les cotisations retraites dans les charges salariales, ce ne doit être envisagé QUE si l'opération se fait à salaire net égal ...
Réponse de le 12/05/2017 à 16:29 :
Les PN ont 5 semaines de congés 5x7 = 35 jours
Plus 11 jours au titre des jours fériés qui n'existent PAS chez les PN
35 + 11 = 46
Il y a donc un déficit d'un jour.
Le moins productif n'est pas celui que l'on croit.
Réponse de le 12/05/2017 à 17:50 :
On aligne les salaires des plombiers sur les salaires des plombiers polonais,
Les maçons sur les maçons turques.
Les ingénieurs sur les indiens,
Les médecins sur les cubains.
Etc....
Réponse de le 15/05/2017 à 22:29 :
11 jours de congés payés : dans le cadre d'une annualisation, on compte 7 jours, 4 jours tombant en moyenne un dimanche ou jour de repos !! Il y a donc 3 jours à récupérer de ce côté pour simplement aligner les PNC sur les Français Lambda !!!)
En ce qui concerne les 45 jours (et non 35 jours) je vous invite à lire l'accord collectif : http://www.sud-aerien.org/IMG/pdf acg_2013_2018_chapitre_d_conges.pdf
CQFD
Réponse de le 15/05/2017 à 22:30 :
Apparemment, vous préférez être aligné sur le personnel ALITALIA !!!?
a écrit le 11/05/2017 à 15:32 :
Fraîchement élu le président Macron fait sa première reculade sur les réformes des 35 retraites spécifiques qui sont reportés dans 5 ans et 10 ans refile le marron chaud à son futur prédécesseur. Macron en bon bonimenteur ne touchera pas et ne fera aucunes réformes sur l'état , la fonction publique et territoriale et de même pour les entreprises publiques préférant envoyer son pays dans le déclin. Il suffit de prendre connaissance de son programme qui ne se prive pas de taper encore dans le prive tellement plus facile... cela finira par exploser dans une guerre civile contre ce monarque et ses 6 millions de vassaux fonctionnaires qui ruinent notre pays.
Réponse de le 13/05/2017 à 16:51 :
son "futur prédécesseur"...??????????????
a écrit le 11/05/2017 à 14:25 :
La campagne présidentielle débute avec un mois de retard...
a écrit le 11/05/2017 à 14:18 :
Il suffirait d'appliquer la note n°6 du CAE pour régler le problème. Qu'est ce qu'on attend?
Réponse de le 12/05/2017 à 14:26 :
Facile à dire, mais l'appliquer dans le cas du transport aérien et ferroviaire en France c'est une autre paire de manche !
a écrit le 11/05/2017 à 12:53 :
Air France, SNCF, ADP, Alstom; on peut encore ajouter EDF et on aura tout les CHAMPIONS nationaux.... Bien joué!!! Il vaudrait mieux avoir un grand nombre de petites et moyennes entreprises qui réussissent comme en Allemagne ou en Suisse.
Réponse de le 12/05/2017 à 14:27 :
Vous avez faux sur Air France qui n'est plus une entreprise nationale !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :