Easyjet accélère encore en France face à Air France

 |   |  218  mots
Pour rappel en 2016 et 2017, easyJet a ouvert respectivement 30 et 17 nouvelles routes.
Pour rappel en 2016 et 2017, easyJet a ouvert respectivement 30 et 17 nouvelles routes. (Crédits : Regis Duvignau)
Après avoir annoncé récemment l'ouverture d'une base d'exploitation à Bordeaux, la compagnie aérienne britannique va ajouter l'été prochain un cinquième A320 sur sa base de Nice. Avec l'annonce en décembre de nouvelles routes au départ de France, easyJet va augmenter ses capacités dans l'Hexagone de 7%.

Easyjet accélère encore dans l'Hexagone. Après avoir annoncé récemment l'ouverture d'une nouvelle base française à Bordeaux l'an prochain avec trois appareils, la compagnie à bas coûts britannique va également augmenter ses capacités au départ de sa base de Nice en y ajoutant au cours de l'été 2018 un cinquième A320.

L'appareil va permettre d'ouvrir 4 nouvelles lignes au départ de l'aéroport de Nice Côte d'Azurs et de dépasser l'an prochain le seuil des 4 millions de passagers transportés. D'autres ouvertures de lignes sont prévues l'an prochain. Elles seront annoncées en décembre. Pour rappel en 2016 et 2017, easyJet a ouvert respectivement 30 et 17 nouvelles routes.

Marché porteur

Ces nouvelles lignes permettront à easyJet d'augmenter ses capacités au départ de France de 7% en 2018 par rapport à 2017. Au total, la compagnie low cost proposera 22 millions de sièges.

« La France est un marché prioritaire pour nous. Notre développement est très fort, notamment en province où les besoins de connectivité sont très forts », a déclaré à La Tribune, François Bacchetta, le directeur France et Benelux de la compagnie britannique.

Ce dernier fait état d'un retour à la normale du trafic en direction de la France, après la baisse du trafic qui avait suivi les attentats de 2015 et 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2017 à 19:50 :
Air France va très bien. Les pilotes y sont très heureux. Ils volent beaucoup moins que tous les autres. Et la gestion du personnel, ou plutôt la cogestion se porte bien. Que dire d'autre ? ah ! si, une seule question : dans combien de dizaines de mois la catastrophe industrielle Air France arrivera-t-elle ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :