Feu vert à deux nouvelles LGV, comment seront-elles financées ?

 |   |  357  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le feu vert samedi du ministre des Transports, Alain Vidalies à la réalisation des lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, dans le cadre du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), suscite l'ire du député de député de Gironde, Gilles Savary, rapporteur de la loi du 4 août 2014 sur la réforme ferroviaire et grand spécialiste des transports.

« Après le cas de la LGV Poitiers-Limoges, le gouvernement vient une nouvelle fois de passer outre les conclusions négatives de la Commission d'enquête publique, en démontant l'utilité publique des LGV du Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO), bien qu'il ait saisi le Conseil d'Etat", déplore Gilles Savary dans un communiqué de presse.

"Cet arbitrage intervient alors que le système ferroviaire français ne cesse de creuser son endettement, établi à ce jour à 44 milliards d'euros, et qu'aucune solution alternative moins coûteuse pour relier Toulouse à Paris et Bordeaux à l'Espagne à plus de 250km/h (définition européenne de la grande vitesse ferroviaire) n'a été envisagée », poursuit-il.

Quels financements?

 Et d'ajouter :

« cette décision engage ainsi l'Etat à de nouvelles dépenses publiques, puisqu'elle permet aux propriétaires fonciers impactés par le tracé d'exiger l'expropriation. Elle n'apporte pour autant aucune solution aux dessertes ferroviaires de Toulouse et de l'Espagne avant 2025/2030, car les projets colossaux du Tunnel Lyon-Turin et du Canal Seine Nord, pourtant exclus des conclusions prudentes de la Commission Mobilité 21, ont été confirmés et nécessitent des dépenses considérables imprévues».

Quelques jours avant cet arbitrage, Gilles Savary dit avoir adressé à l'ensemble des autorités publiques concernées un long courrier les prévenant que l'investissement LGV, pour considérable qu'il soit, « n'empêchera pas une régénération d'ampleur de la ligne ferroviaire Bordeaux-Toulouse actuelle, de plus en plus sollicitée du fait de la croissance démographique de la vallée de la Garonne et de la métropolisation de l'emploi à ses deux extrémités ».

Par ailleurs, Gilles Savary regrette que l'Etat « oublie de préciser comment il financera ce projet, (dont le coût est estimé à 8,3 milliards d'euros, ndlr)alors qu'il ne cesse de professer la réduction de la dette publique, la rigueur budgétaire et la maîtrise fiscale.

Le député de Gironde considère que « la seule conclusion que l'on puisse tirer de cette approche incohérente est qu'elle fera des déçus. Il s'efforcera pour sa part que ce ne soit pas les usagers quotidiens des trains « domicile-travail » vers Bordeaux ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2015 à 13:01 :
ça sent vraiment vraiment mauvais !!!
a écrit le 29/09/2015 à 7:32 :
Je suis toujours surpris quand on se pose la question du financement en France. La réponse est toujours la même. Moi, nous directement ou indirectement par nos taxes, impôts, nos achats de billets dans ce cas. L'argent ne vient pas de Mars ou des USA. Il vient de notre travail, de nos portefeuilles. Nos enfants, nos petits-enfants seront mis à contribution dans cet investissement dispendieux, non rentable.
Le gouvernement nous donne des leçons de morales à longueur d’année que nous devons accepter les décisions des machins trucs. Mais quand la réponse est non pour lui, il passe par-dessus foulant un processus républicain. Le Roi décide, le roi a. Le peuple n’en veut pas, il l’aura quand même. Il en paiera le prix et les conséquences. Voilà une belle morale de démocratie
a écrit le 28/09/2015 à 15:45 :
8 milliards d'euros ! on peut en construire des écoles, des hôpitaux, des centres pour handicapés avec tout cet argent!!!tout ça pour gagner 10 minutes!!!un SCANDALE!!!
Réponse de le 29/09/2015 à 2:35 :
Ce qui manque c'est pas les écoles ou les hopitaux, ne dites pas n'importe quoi, ce qui manque, c'est les profs et les médecins. Alors qu'attendez vous pour faire des études de prof ou de médecine ?
a écrit le 28/09/2015 à 13:58 :
non en fait la ligne bordeaux-toulouse n'est absolument pas financée; les représentants de lot-et-garonne département particulièrement impacté par le projet ont refusé tout financement de la ligne...de plus deux choses qui ont déjà été dites: la cour des comptes et l'enquête d'utilité publique ont rendu un avis défavorable à ce projet; alors deni de démocratie ? oui sans aucun doute ! le coût d'une telle gabgie: 8 milliards d'euros (aujourd'hui) mais combien à l'arrivée ?
a écrit le 28/09/2015 à 11:51 :
2001 LGV Méditerranée: 3.7 milliard d'euros pour 250 km de voies.
2007 LGV Est: 5.1 milliard d'euros pour 400 km de voies.
20011 LGV Rhin-Rhône: 2.4 milliards d'euros pour 140 km de voies.
2017 Contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier: 2.2 milliards d'euros pour 80 km de voies !!
2017 LGV Sud Europe Atlantique: 6.2 milliards d'euros pour 300 km de voies.
2017 LGV Bretagne-Pays de la Loire: 3.4 milliards d'euros pour 180 km de voies.
2025 LGV Bordeux-Toulouse/Dax: 8.3 milliards d'euros pour 400 km de voies.

Bizarre cette propension qu'ont les projets de LGV à couter de plus en plus chère, que ni l'inflation, ni l'ajout de nouvelles normes environnementales ne justifient.
Les constructions de LGV font vraiment le bonheur du BTP, encore plus rentable que de construire un autoroute.

Je regrette qu'on n'ait pas retenu l'idée de moderniser la ligne Bordeaux-Dax en quadruplant les voies aptes à la vitesse de 250 km/h et en la reélectrifiant en courant moderne (25000 Volts 50 Herz). C'est la ligne ferroviaire la plus droite de France où la SNCF a doublement battu le record de vitesse sur rail en 1955.
On pourrait prendre l'exemple de nos voisins outre-Rhin qui modernisent leurs lignes ferroviaires pour les rendre aptes à la vitesse de 250 km/h; exemple la ligne historique et très chargée Karlsruhe - Freibourg - Bâle. C'est certes un peu moins rapide qu'une LGV neuve, mais c'est beaucoup plus économique, le chantier est facilement phasable, le gain de temps est tout même présent !!
a écrit le 28/09/2015 à 10:58 :
Une illustration de la cohérence de ce gouvernement. D'un coté on cède aux élus en leur accordant leur joujou et de l'autre on sait que le projet ne sera pas rentable mais qu'importe! D'un coté on favorise le train et de l'autre on le concurrence avec les cars!
a écrit le 28/09/2015 à 10:25 :
En republique, le roi decide et le roi execute! Qui donc sont ces manants qui osent lui faire de l'ombre!
a écrit le 28/09/2015 à 0:19 :
Pourquoi pas construire le LGV bien vers la côte Atlantic, enfin de proteger les habitants litorales?
a écrit le 27/09/2015 à 18:39 :
Faites comme Macron votre copain mettez des bus, plein de bus.....
a écrit le 27/09/2015 à 18:34 :
Les contribuables encore une fois. Car une conclusion négative d'utilité (d'inutilité) publique ne suffit pas à modifier le choix de nos politiques. Mais ils éludent... En 2017 ce ne sera plus leur problème... Mais ça restera toujours le notre.
a écrit le 27/09/2015 à 12:53 :
Combien de trains vont circuler par jour sur cette nouvelle ligne?
Réponse de le 27/09/2015 à 16:36 :
Moins de 10. Cible commerciale, 30% des plus riches.
Financement par le privé (PPP). Pertes à assumer par les contribuables.
Escroquerie.
Financement des partis, corruption, lobby.
Réponse de le 27/09/2015 à 16:47 :
2

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :