Le gouvernement donne son feu vert aux LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax

 |   |  461  mots
Les présidents PS des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, Alain Rousset et Martin Malvy, sont mobilisés de longue date pour défendre ce projet qui mettra notamment Toulouse à 3H10 de Paris.
Les présidents PS des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, Alain Rousset et Martin Malvy, sont mobilisés de longue date pour défendre ce projet qui mettra notamment Toulouse à 3H10 de Paris. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
Le gouvernement a validé la réalisation des lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, dans le cadre du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), malgré l'avis négatif de la commission d'enquête publique.

Considérées comme enclavées par rapport à la capitale, Toulouse et Dax vont considérablement se rapprocher. Le gouvernement a validé la réalisation des lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, dans le cadre du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), malgré l'avis négatif de la commission d'enquête publique, a annoncé samedi le ministre des Transports, Alain Vidalies.

"J'ai averti aujourd'hui Alain Rousset, Alain Juppé et Martin Malvy de la décision prise par le gouvernement de continuer la procédure GPSO sur les deux lignes vers Toulouse et vers Dax sur laquelle la commission d'enquête publique avait émis un avis négatif", en raison, notamment, d'un coût estimé à 8,3 milliards d'euros.

Rattraper le retard de l'Arc atlantique

Selon le ministre des Transports, "les arguments en matière d'aménagement du territoire pour tout l'Arc atlantique, qui est en retard sur le développement de la grande vitesse par rapport à l'Arc méditerranéen" ont pesé dans la décision du gouvernement.

Ce n'est toutefois pas exact : le tronçon Montpellier-Perpignan n'est toujours pas relié par une ligne à grande vitesse, et le projet traîne depuis des années. Pourtant, cette ligne représenterait aussi un enjeu important, puisqu'elle permettrait de "rapprocher" la France de Barcelone, déjà reliée à Perpignan par une ligne à grande vitesse depuis 2014.

Le soutien de l'Europe, "qui a labellisé ce projet comme un projet important" et la nécessité que la "France ne soit pas en retard" par rapport au développement de la grande vitesse du côté espagnol, ont également joué, a-t-il ajouté.

Paris-Dax, épine dorsale de la future région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

Les présidents PS des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, Alain Rousset et Martin Malvy, sont mobilisés de longue date pour défendre ce projet qui mettra notamment Toulouse à 3H10 de Paris.

"C'est une excellente nouvelle pour le sud de l'Aquitaine et pour la future grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes dont la LGV Paris-Dax sera l'épine dorsale", s'est félicité Alain Rousset dans un communiqué.

"A quelques semaines de la COP21, le Gouvernement donne un signe fort aux élus du grand Sud-Ouest qui n'ont pas cessé d'expliquer que leur territoire ne devait pas demeurer abandonné par la grande vitesse ferroviaire", a-t-il ajouté.

Martin Malvy s'est dit "particulièrement satisfait". "C'est une condition majeure à la poursuite de notre développement et à la diversification de l'emploi. L'étape franchie aujourd'hui est l'une des plus importantes de toutes celles que nous avons du surmonter", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, s'est également félicité de cette décision : "La LGV ira à Toulouse et à Dax vers l'Espagne. Bonne nouvelle pour Bordeaux et l'Aquitaine. Le gouvernement a entendu nos collectivités", a-t-il twitté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2015 à 23:58 :
C'est un coup de com avant les régionales
Pas d'inquiétude il n'y a pas les sous et tout sera remis en cause dans 2 ans
a écrit le 27/09/2015 à 18:47 :
une grande victoire pour la région aquitaine:Juppé doit se désister au profit de Holllande,les français revent d'un gouvernement d'union nationale comme en allemagne!
Réponse de le 28/09/2015 à 13:58 :
l'inverse non ? hollande se désister au profit de Juppé ?
en effet et le plus tot sera le mieux. si Juppé fait renaitre la France comme il l'a fait pour bordeaux et bien nous nous en porterons tous bien mieux
a écrit le 27/09/2015 à 17:55 :
Les lignes actuelles ne sont plus entretenues, alors on en construit des nouvelles...
Intelligent !
a écrit le 27/09/2015 à 14:31 :
pourquoi un tel choix ! l'aménagement de la ligne des landes pourrait suffire aux besoins de gain de temps avec une vitesse moyenne de 220 km/h ; faire une LGV c'est gagner quelques minutes tout au plus pour un coût multiplié sans doute par 2 voir 3 alors que la dette française a été multipliée par 2 en 10 ans ! autant dire que l on est dans la fuite en avant !
a écrit le 27/09/2015 à 13:37 :
C'est le resultat du lobbyisme intense des constructeurs puissants du LGV, quasi paralisees depuis le construction LGV Tours - Bordeaux, donc pour part du gouvernement de corruption passive.
a écrit le 27/09/2015 à 10:46 :
Pour cette LGV, on expulse ma soeur et mon beau-frère qui ont travaillé toute leur vie pour acquérir et retaper leur maison. Trois mois après l'annonce de leur expulsion, ma soeur est atteinte d'un cancer avancé. Compte tenu de son hygiène de vie, son médecin est formel : la spoliation de leur maison en est la cause. La ville leur rachète le m2 à 15 euros quand il est estimé à 3000. Ils doivent tout laisser. On vient régulièrement prendre des photos chez eux pour s'assurer qu'ils laissent bien tout. Une fois expulsés, la ville louera leur maison pendant deux ans, sans que rien ne leur sera reversé. Ils doivent se trouver une autre maison ou autre chose, mais ils n'ont pas l'argent pour l'acheter. La ville n'avancera pas ce qu'elle a prévu de donner. Voilà ce qu'il faut savoir, aussi !
a écrit le 27/09/2015 à 8:45 :
Et on continue à investir des milliards dans une entreprise en faillite et dans une technologie celle du rail,vieille de 2 siecles. A quand la sustentation magnétique?
a écrit le 27/09/2015 à 8:44 :
est ce économiquement viable ????
a écrit le 27/09/2015 à 8:07 :
C'est quoi une enquête publique un truc pour faire plaisir aux moutons qui croient encore que leur avis est pris en compte. La France est pour les politiques une royauté qui paie bien et une république bannière pour les gueux enfin pour ceux qui se déplacent soit pour voter soit pour donner leur avis sur une affaire dont le politique a déjà décidé en l'occurrence soit le Roi M. Hollande ou comme sur M. Sarkozy rejouer un référendum à l'assemblée nationale entre amis dont la majorité des députés n'a pas compris la question mais vote car le Roi a dit: votez imbéciles. Il faut reconnaître à nos voyous de la politique qu'ils savent faire croire à des mots qui sonnent faux dans leur bouche, comme démocratie, république, partage, la France et autres balivernes de toute cette maffia qui tient le pouvoir depuis plus de 40 ans.
a écrit le 27/09/2015 à 7:22 :
Cela fait parti des grands travaux imposés par Bruxelles pour faire sa pub, ce qui est bien plus utile pour elle que pour nous! L'avis de la population n'a que peu d'importance!
a écrit le 27/09/2015 à 0:21 :
Le coté espagnol, laissez moi rire..
L'arc méditerranéen...

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/07/20/le-concessionnaire-de-la-ligne-tgv-barcelone-paris-depose-le-bilan_4690502_3234.html
Réponse de le 27/09/2015 à 8:57 :
Je doute également de la rentabilité de ce projet .... Je propose que les politiques soient caution personnelle de ce projet!
a écrit le 26/09/2015 à 22:07 :
Ce gouvernement ne fonctionne que par copinages et ses priorités sont hallucinantes. Alors que le tronçon Montpellier Perpignan est une priorité de niveau européen pour relier Barcelone aux autres grandes villes européennes, c'est la ligne vers l'Atlantique qui est validée. Sans compter que cela aurait permis de rapprocher grandement Toulouse et Montpellier qui vont se retrouver dans la même région. Où est la cohérence ???
a écrit le 26/09/2015 à 19:57 :
donc , les jours de grève ...il y aura encore plus de gens pénalisés ....
a écrit le 26/09/2015 à 19:41 :
C'est le même destin que l'avis défavorable de l'enquête publique pour le projet de construction de la voie ferrée (Oloron-Bedous) dans les Pyrénées-Atlantiques.. Les valets des intérêts des entreprises du CAC 40 ont fait leur job. Au lieu de demander un référendum régional pour vérifier la notion d'utilité publique de ces projets, les mêmes valets gestionnaires de la France ont demandé un référendum pour tenter de conserver le monopole des gouvernances des régions.
a écrit le 26/09/2015 à 18:16 :
La région Est elle n'a pas la chance d'avoir le droit d'avoir un réseau de transport "épine dorsale" de la future grande région. Entre ça et une capitale totalement excentrée et imposée arbitrairement on sent direct que le territoires de la République sont tous logés à la même enseigne...
Réponse de le 26/09/2015 à 19:13 :
Ok si vous etes prets à payer des impots... vous pensez que c'est gratuit en plus ? Le beurre et l'argent du beurre...
Réponse de le 26/09/2015 à 20:40 :
zyal voulait dire que ca va etre finance encore une fois par le pouvoir central, qui fait les choix en focntion, par exemple, de la couleur politique des regions!
oui parce si vous croyez que les impots vont augmenter dans le sud oueat a cause de ca, vous vous mettez le doigt dans l'oeil jusqu'au coude
Réponse de le 27/09/2015 à 1:48 :
Selon le rapport, les retombées économiques sont positives pour la région de Bordeaux, donc où est votre problème ? Et est-ce le cas pour les autres régions ?
Réponse de le 27/09/2015 à 15:56 :
La grande région Est, ou plutôt Nord-Est, l'a déjà, son épine dorsale: Strasbourg est déjà reliée à la capitale par une LGV. Et elle est sillonnée d'autoroutes dans tous les sens. Quant au côté excentré de la capitale, qu'est ce que cela peu faire? Dans ce cas, Moscou ne devrait pas être la capitale de la Russie, ni Londres de l'Angleterre, ni Washington des Etats-Unis, etc... Et en France, la capitale devrait être Bourges. Je parie que vous êtes Lorrain ou Champenois...
Réponse de le 27/09/2015 à 17:08 :
Merci churchill d'avoir compris le fond de mon message.

Effectivement Spip, je suis d'origine troyenne et je dénonce c'est décision prise trop souvent sur la base de calcul politique plutôt que sur la base d'une véritable logique du développement du territoire, logique partisane poursuivie aussi bien par la gauche que la droite. L'exemple de Troyes est frappant. Quand son maire était au gouvernement, le projet d’électrification de la ligne (oui même ça on n'a pas le droit nous) avançait à grands pas. Il a curieusement été freiné brutalement quand la gauche est passée au pouvoir, pourtant il est clair que c'est un élément de développement potentiel important. La région Aquitaine, elle, est déjà fortement développé et richement doté en infrastructure.

Quant à Strasbourg, je ne conteste pas le fait que la ville est une taille critique qui fait d'elle la principale ville du nord-est. Pardonnez-moi toutefois d'avoir la passion de la démocratie et de ne pas tolérer que, dans une république soi-disant décentralisée, on ne puisse pas décider par un vote quelle ville sera capitale. J'ajouterais que je ne connais aucun Champenois qui revendiquais la capitale de cette région, mais une ville comme Metz ( chef-lieu de l’interrégion est, et de la zone de défense si mes souvenirs sont bon) était bien plus indiqué et aurait pu favoriser le développement de la ville. Strasbourg n'avait pas besoin de cela et n'a guère de marge de développement.

Votre comparaison avec Moscou, Paris ou Londres est par contre stupide, ce sont des capitales historiques...

Je présume que vous devez être Parisien ou venir d'un de ces territoires privilégié ...
Réponse de le 27/09/2015 à 19:37 :
Troyes est connue pour être une ville où y a pas d'emplois, les gens y sont hyper agressifs, de mauvaise humeur, y a des crottes de chien dans les rues, mentalité très fermée, pas accueillante...
Réponse de le 28/09/2015 à 12:05 :
@Troyens, je ne sais pas, si c'est vrai ou non. J'ai toutefois envie de dire, quel rapport avec le problème que je pose ?? réponse: aucun ...
a écrit le 26/09/2015 à 18:14 :
@ BONOSOIR : Et les autocars du camarade MACRON que deviennent ils alors????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :