Le concessionnaire de la LGV Paris-Barcelone dépose le bilan

 |   |  286  mots
Lancée en 2010, la LGV Paris-Barcelone a coûté 1,1 milliards d'euros en tout.
Lancée en 2010, la LGV Paris-Barcelone a coûté 1,1 milliards d'euros en tout. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
Filiale du français Eiffage et du groupe espagnol ACS, TP Ferro n'est pas parvenu à négocier une restructuration de sa dette malgré le délai de 4 mois accordé par le tribunal pour les échéances dues au 31 mars dernier.

Elle explique ne pas avoir eu d'autre choix, après l'échec des négociations entamées avec ses créanciers ainsi que les Etats français et espagnol pour restructurer sa dette, qui arrivait à échéance le 31 mars.

Elle avait à l'époque obtenu du tribunal un délai de quatre mois supplémentaire pour tenter de trouver une solution.

'Maintenir le service public"

Eifface et ACS, "soucieux du maintien du service public et de laisser un délai à la recherche d'une restructuration de la dette de TP Ferro avec les concédants et les prêteurs, ont donné à TP Ferro les moyens de poursuivre l'exploitation de la section internationale dans les mêmes conditions de haut niveau de sécurité, de fluidité et de régularité qu'auparavant", assure TP Ferro dans le communiqué.

Le concessionnaire ferroviaire assure aussi que ce nouveau développement "ne signifie pas nécessairement la fin des activités de la concession".

Son objectif et celui de ses actionnaires est de trouver "une solution pérenne à la précarité actuelle et non soutenable de son modèle économique", assure-t-il.

Les fonds publics sollicités

Selon la presse, les difficultés de TP Ferro s'expliquent par la faiblesse du trafic et le concessionnaire aurait réclamé, en vain, une rallonge de 34 millions d'euros aux gouvernements français et espagnol.

TP Ferro avait conclu en 2005 des prêts pour un montant total de 532 millions d'euros afin de financer le projet.

La ligne à grande vitesse entre les deux villes a été mise en service en décembre 2010, sur un tronçon comportant un tunnel de 8,3 kilomètres de long à travers les Pyrénées qui a coûté en tout 1,1 milliard d'euros.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2015 à 12:28 :
La "LGV Paris Barcelone" ??? Ha bon !
Ce ne serait pas plutôt Barcelona - Figueres - Perpignan ?
Ah, ces parisiens !!
a écrit le 21/07/2015 à 7:10 :
?? ligne Paris - Barcelone ??
comme vous y allez !
il sagit seulement du tronçon Perpignan/ Figueras ...( pour info : 45 kms ).
d'autre part , c'est bien une filiale Eiffage / ACS ...à 50 / 50 .
enfin , vous mentionnez Paris-Barcelone , mais , pour votre info , le tronçon Perpignan / Montpellier n'est pas ouvert ...
alors dites moi voir :
quel zozo paierait le train ( pour 45 kms ) + cher que la voiture quand , en plus , à Figueras on peut faire son plein + ses courses à moins cher ?
a écrit le 20/07/2015 à 16:53 :
Nouvelle illustration de notre réseau TGV surdimensionné et de notre croyance démesurée dans les politiques de grands travaux. Cela n'empêchera pas le Lyon-Turin de se faire...Malheureusement!
Réponse de le 21/07/2015 à 16:37 :
Si on veut faire un vrai report modal (largement plus que les 10mt qui ont saturé la ligne actuelle en 1999-2000) il faut faire le Lyon Turin. Le tunnel du mt cenis est obsolète. Selon les normes il faut un bitube.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :