Grave crise de liquidités pour HNA, l'actionnaire chinois de Servair, Aigle Azur, Hilton, Swissport, Pierre & Vacances....

 |   |  699  mots
Après des années de développement extraordinaire, HNA se concentrait désormais sur l'intégration de ses opérations, la création de synergies entre les ressources locales et étrangères, ainsi que l'amélioration de la gestion du groupe, faisait valoir le président de HNA, Chen Feng : 2018 est notre année de l'efficacité. Mais du côté des autorités chinoises, l'inquiétude est très vive.
Après des années de "développement extraordinaire", HNA se concentrait désormais sur l'intégration de ses opérations, la création de synergies entre les ressources locales et étrangères, ainsi que l'amélioration de la gestion du groupe, faisait valoir le président de HNA, Chen Feng : "2018 est notre année de l'efficacité". Mais du côté des autorités chinoises, l'inquiétude est très vive. (Crédits : Thomas White)
Le conglomérat chinois a annoncé à des créanciers qu'il pourrait se trouver face à un déficit de liquidités d'au moins 15 milliards de yuans (2,4 milliards de dollars ou 1,9 milliard d'euros) au premier trimestre, malgré ses efforts pour céder des actifs et réduire son endettement.

Les 50 milliards de dollars injectés depuis deux ans pour accompagner une stratégie d'acquisitions ou de prises de participations tous azimuts dans les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie, du transport aérien, de l'aéronautique, mais aussi de la banque et de l'immobilier, sont difficiles à digérer pour le conglomérat chinois HNA. A l'image de ses compatriotes Wanda (présent dans l'immobilier, le cinéma, les parcs d'attraction), ou Fosun (tourisme, divertissement) et Anbang (assurance, hôtellerie), HNA est un gigantesque conglomérat.

Maison mère de la compagnie aérienne Hainan Airlines, HNA est entré au capital de plusieurs compagnies aériennes étrangères comme Aigle Azur en France, Virgin Australia, TAP au Portugal, ou encore Azul au Brésil, et est également présent dans les métiers de l'assistance en escale (Swissport) comme dans la restauration à bord des avions puisqu'il a mis la main sur le suisse Gategroup et sur Servair dans laquelle Air France est encore au capital.

Sans faire l'inventaire de toutes les cibles du conglomérat chinois, ce dernier est également présent dans la location d'avions avec le rachat en 2016 de la branche de location d'avions du groupe américain CIT pour 10 milliards de dollars (rachat par Avolon, un loueur d'avions déjà détenu par HNA), ou encore dans l'hôtellerie (Hilton, Pierre & Vacances) et même dans la banque (Deutsche Bank).

Pénurie de liquidités

Selon Bloomberg, qui cite des proches du dossier, la direction a annoncé, la semaine dernière, aux principales banques créancières que le groupe pourrait se trouver face à un manque de liquidités d'au moins 15 milliards de yuans (2,4 milliards de dollars ou 1,9 milliard d'euros) au premier trimestre, malgré ses efforts pour céder des actifs et réduire son endettement. Le groupe doit rembourser au premier trimestre une dette d'environ 65 milliards de yuans (env. 8,2 milliards d'euros). Le résultat d'un endettement colossal, qui s'élevait en novembre à environ 638 milliards de yuans (env. 81,5 milliards d'euros), en hausse de 36% par rapport à fin 2016. Un montant qui pourrait même atteindre environ 1.000 milliards de yuans (env. 127,45 milliards d'euros) en prenant en compte l'ensemble des entités contrôlées par HNA, selon les sources interrogées par Bloomberg.

Dans un entretien à Reuters mi-janvier, le président d'HNA, Chen Feng, avait reconnu un problème de financement, après avoir qualifié jusque-là de rumeurs les informations de presse qui évoquaient le sujet depuis plusieurs mois. Invoquant les hausses de taux de la Réserve fédérale et le désendettement en Chine qui ont provoqué une pénurie de liquidités à la fin de l'année pour de nombreuses entreprises chinoises, Chen Feng s'était déclaré confiant sur ses capacités à gérer ce problème de financement.

Vive inquiétude des autorités chinoises

Après des années de "développement extraordinaire", HNA se concentrait désormais davantage sur l'intégration de ses opérations, la création de synergies entre les ressources locales et étrangères, ainsi que l'amélioration de la gestion du groupe, faisait-il valoir. Pour lui, "l'objectif à long terme restait inchangé, à savoir devenir une entreprise de classe mondiale". "2018 est notre année de l'efficacité", lançait-il.

Du côté des autorités, l'inquiétude est en revanche très grande. Et HNA est dans le collimateur de Pékin.

Les cession d'actifs devraient s'accélérer au second trimestre

Comme Wanda, HNA s'efforce de réaliser des cessions et de se désengager de coûteux actifs immobiliers pour renflouer sa trésorerie. Le groupe s'attend donc  à ce que la pression sur ses finances s'atténue au deuxième trimestre à la faveur d'une accélération des cessions, a ajouté Bloomberg.

En décembre, Zhao Quan, le patron des activités de HNA dans le tourisme et nouveau membre de son conseil d'administration, avait en effet annoncé que le groupe avait entrepris un réexamen de ses actifs étrangers mais qu'il faudrait du temps pour évaluer et trouver d'éventuels acheteurs. La semaine dernière, un immeuble aurait été vendu à Sydney pour environ 205 millions de dollars australiens (134 millions d'euros). Le conglomérat s'est refusé à tout commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2018 à 10:16 :
pays de poudre aux yeux et laxisme comme les anglo-saxons, les teutons ou les autres BRICS.
a écrit le 31/01/2018 à 8:29 :
"geant aux pieds d'argile". Ils sont helas nombreux en Chine.
a écrit le 30/01/2018 à 23:28 :
Azul, TAP, voire AigleAzur ...
Parallèlement, AirFrance-KLM envisage de développer une LowCost long courrier ...
Puisque HNA pourrait être obligé de céder (brader?) certains actifs ... pourquoi pas des compagnies aériennes ?
AirFrance-KLM devrait rester à l'affut, d'autant que tenter de créer une lowcost long courrier ex-nihilo est peine perdue, car le SNPL bloquera systématiquement !
a écrit le 30/01/2018 à 19:05 :
Des licenciements en perspective....manifestement nos élites sont prêtes à tout vendre aux investisseurs chinois....eh bien continuons....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :