Grève SNCF : quelles perturbations ce mercredi ?

 |   |  401  mots
Les quatre syndicats représentatifs de la SNCF appellent désormais les cheminots à une grève dure, reconductible de jour en jour.
Les quatre syndicats représentatifs de la SNCF appellent désormais les cheminots à une grève dure, reconductible de jour en jour. (Crédits : JACKY NAEGELEN)
Il s'agit du cinquième épisode de grève des cheminots depuis début mars pour défendre leurs conditions de travail. Ce mouvement s'inscrit également dans la contestation du projet de la loi Travail.

Le trafic SNCF était perturbé mercredi matin mais "moins que la semaine dernière". La SNCF avait dénombré environ 15% de grévistes, alors que la CGT-cheminot ("plus d'un cheminot sur trois") appelle à des grèves reconductibles chaque mercredi et jeudi et que Sud-rail (troisième syndicat) couvre les cheminots depuis une semaine par un préavis reconductible, jusqu'au 11 juillet. Ce mouvement s'inscrit également dans la contestation du projet de la loi Travail.

Voici en détails les prévisions de trafic de la SNCF en ce cinquième épisode de grève des cheminots depuis début mars pour défendre leurs conditions de travail.

TER et Intercités affectés, les TGV presque épargnés

Un porte-parole de la SNCF a indiqué que 3 TGV sur 4 et 4 RER sur 5 étaient en circulation.

En régions, la SNCF annonce 2 TER sur 3 et 6 Intercités sur 10.

Trafic "normal" en Île-de-France

Dans le détail, en région parisienne, le trafic est "normal" sur la ligne A du RER, ainsi que les lignes H et K du Transilien, et quasi normal (90%) sur le RER D.

Sur les lignes B et U, environ 4 trains sur 5 circulent, et sur le RER E et la N, 3 sur 4. Les liaisons les plus touchées sont les Transilien J, L et R, avec 1 train sur 2, ainsi que le RER C et la ligne P, avec 2 trains sur 3.

Dernière phase de négociations avant l'ouverture à la concurrence

Les négociations avec la direction de la SNCF sur un nouvel accord sur le temps de travail et avec le patronat du secteur ferroviaire sur une convention collective harmonisée pour l'ensemble du secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé), en vue de l'ouverture élargie à la concurrence à partir de 2020, sont entrées dans leur dernière phase.

Mardi, la CGT, premier syndicat à la SNCF, a déposé à son tour un préavis de grève à compter du 31 mai à 19 heures pour peser dans la phase finale de négociations sur les conditions de travail des cheminots. Les quatre syndicats représentatifs de la SNCF appellent donc désormais les cheminots à une grève dure, reconductible de jour en jour.

L'Unsa (deuxième force) et la CFDT (quatrième) avaient déjà lancé des préavis illimités à partir du 31 mai dans la soirée et Sud-rail (troisième) couvre les cheminots depuis une semaine par un préavis reconductible, jusqu'au 11 juillet.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2016 à 11:21 :
Messieurs et mesdames de syndicat, mais que cherchez vous ? Sous prétexte de vouloir défendre les droits d'une minorité, votre objectif n'est qu égocentrique ! Vouloir montrer votre force en bloquant un pays est une anomalie digne de la folie. Au lieu de montrer une image de dynamisme et entreprenarial que pourrait etre ce magnifique qu'est la france, vous ne faites que l'enfoncer en montrant un visage sclérose par la peur, démontrer votre incompréhension totale à comprendre que le monde change et tel des moules accrochées à votre rocher, on attends ... surtout ne pas bouger ! Honte à vous messieurs, qui par des bribes d'orgueil mal placees voulez montrer que vous avez le pouvoir de dire non et braver les décisions prise au plus haut niveau. Contre qui irez vous vous battre lorsqu'il sera trop tard pour avancer dans un intérêt commun ?
Réponse de le 25/05/2016 à 15:01 :
@Lorette: je ne crois au communisme sous aucune de ses formes, car nous avons chacun des intérêts personnels qui parfois peuvent revêtir un caractètre général. Le système français est vertical, c'est-à-dire que si tu es hiérarchiquement ou socialement inférieure, ta voix compte pour du beurre et tu peux toujours aboyer, tout le monde s'en tape. Il faut donc fusionner avec des personnes qui ont les mêmes intérêts passagers que les tiens (les syndicats en l'occurrence) qui vont te manipuler pour parvenir à leurs propres fins. On est tous égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres disait George Orwell. L'horizontalité des intérêts n'est pas pour demain. C'est malheureux, mais c'est comme ça :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :