SNCF : au tour de l'Unsa et de la CFDT d'appeler à la grève reconductible

 |   |  356  mots
L'appel des syndicats CGT et SUD entrainera des perturbations mercredi. La SNCF prévoit un TER sur deux, 40% des Intercités, deux TGV sur trois et, en Ile-de-France, 3 RER sur 4.
L'appel des syndicats CGT et SUD entrainera des perturbations mercredi. La SNCF prévoit un TER sur deux, 40% des Intercités, deux TGV sur trois et, en Ile-de-France, 3 RER sur 4. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Désormais, les quatre premiers syndicats de la SNCF ont appelé à des grèves reconductibles mais à des jours différents. Ils demandent un cadre social "de haut niveau", alors que des discussions sont programmées jusqu'à début juin pour bâtir des règles communes au secteur et revoir l'organisation du travail à la SNCF.

Avis de grève généralisé à la SNCF. L'Unsa et la CFDT, respectivement deuxième et quatrième forces syndicales à la SNCF, vont déposer des préavis de grève reconductible à partir du 31 mai pour peser dans les négociations sur les règles de travail des cheminots, ont indiqué mardi à l'AFP leurs représentants.

La CGT-Cheminots, premier syndicat, a déjà appelé à des débrayages tous les mercredi et jeudi et SUD-rail à une grève reconductible jusqu'au 11 juillet, lendemain de la finale de l'Euro de football. La CFDT a précisé qu'elle déposerait "dans les prochaines 24 heures" son préavis pour "une grève reconductible à compter du 31 mai à 20H00".

Des perturbations dès mercredi

L'appel des syndicats CGT et SUD entrainera des perturbations mercredi. La SNCF prévoit un TER sur deux, 40% des Intercités, deux TGV sur trois et, en Ile-de-France, 3 RER sur 4.

Le groupe public devait communiquer mardi en fin de journée ses prévisions de trafic pour jeudi. C'est jeudi également que les syndicats retrouveront les représentants des entreprises ferroviaires, réunis au sein de l'UTP.

Négociations sur l'organisation du travail

Les syndicats demandent un cadre social "de haut niveau", alors que des discussions sont programmées jusqu'à début juin pour bâtir des règles communes au secteur et revoir l'organisation du travail à la SNCF. Ils avaient "haussé le ton" lors d'une manifestation unitaire le 10 mai à Paris, qui avait rassemblé plusieurs milliers de cheminots (15.000 selon la CGT, 5.500 selon la police), jour d'une nouvelle réunion de négociation au niveau de la branche.

Les négociations au niveau de la branche, ouvertes fin 2013 pour harmoniser les règles de travail dans le secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé) en vue de l'ouverture totale à la concurrence, doivent aboutir avant juillet, comme la renégociation concomitante de l'accord temps de travail à la SNCF.

Vendredi dernier, la SNCF a indiqué aux organisations syndicales qu'elle n'entendait pas réduire le nombre de jours de repos des cheminots. Elle mise sur une organisation du travail plus flexible, notamment dans le fret. Mais ce projet n'a convaincu aucun syndicat.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2016 à 3:13 :
Savent t'ils ces braves gens les raisons pour lesquelles ils font grève, Ils sont pas contents , ils sont déçus , mais voyons pour quelles raisons ?
Vous aurez compris le sens très saccarstique de mes propos.........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :