La SNCF se lance dans l’aventure du train autonome : les voyageurs seront-ils prêts ?

 |   |  867  mots
Les TGV du futur commandés à Alstom seront équipés pour être automatisés
Les TGV du futur commandés à Alstom seront équipés pour être automatisés (Crédits : Alstom)
La SNCF envisage de faire circuler d'ici à 2023 des prototypes de trains entièrement automatiques pour les voyageurs et les marchandises, avant une éventuelle généralisation dans les années suivantes en fonction des besoins et de l'adhésion du public.

Après l'électrification du réseau tout au long du XXème siècle puis l'arrivée de la grande vitesse au début des années 80, le transport ferroviaire est à l'aube d'une nouvelle révolution : celle du train autonome s'appuyant sur le terreau des nouvelles technologies digitales et de l'intelligence artificielle.

Lire aussi : SNCF : le train autonome, c'est pour demain !

Un concept sur lequel travaillent déjà les secteurs automobiles et aéronautiques et qui, dans le domaine du ferroviaire, est devenu une réalité en Australie en juillet sur une ligne de fret. Si l'expérience des métros automatiques qui roulent déjà depuis le début des années 1980, sera précieuse, la transposition aux chemins de fer est néanmoins complexe. Alors que le Japon planche sur une liaison périurbaine autonome et que la Chine prépare un prototype de train à grande vitesse automatisé, la SNCF met les bouchées doubles dans ce domaine.

"Les briques technologiques existent déjà. L'enjeu, c'est la combinaison de toutes ces briques dans l'univers ferroviaire, qui est un univers ouvert dans lequel l'aléa est la règle", a indiqué le président du directoire du groupe SNCF, Guillaume Pepy. "Industriellement, la porte s'ouvrira pour des trains autonomes à partir de 2025", estime Pierre Izard, le directeur général délégué chargé des technologies ferroviaires à la SNCF.

Un train automatisé sur la ligne E du RER en 2023

Des projets sont déjà en cours. Dès 2021, la SNCF prévoit en effet de faire circuler des trains de transport de marchandises téléconduits par un conducteur au sol ("les trains drones"). Puis, à partir de 2023, sur la ligne E du RER qui sera prolongée à cette date de la gare Saint-Lazare à Mantes-La Jolie à l'ouest de Paris, un train équipé d'un système de signalisation et de commandes automatiques permettant d'automatiser les fonctions d'accélération et des freinage, avec un conducteur à bord assignés à des tâches de surveillance et de détection des obstacles (niveau d'automatisme GOA2).

Si ces trains ne seront pas totalement autonomes, ils permettront néanmoins de faire un saut extraordinaire en termes de capacité puisque il est prévu de faire circuler 22 trains par heure à une vitesse deux fois plus importante qu'elle ne l'est aujourd'hui (120 km/h contre 60-70 km/h).

Deux prototypes pour l'autonomie complète entre 2021 et 2023

Mais la SNCF veut aller plus loin dans l'autonomie. En partenariat avec Railenium, l'institut de recherche technologique de la filière ferroviaire basé à Valenciennes, elle pilote deux consortiums regroupant chacun des industriels de renom, qui vont être chargés de fabriquer un prototype de train autonome (niveau GO4, sans conducteur) de fret et de voyageurs (TER). Ces derniers seront testés en circulation réelle entre 2021 et 2023, pour un déploiement espéré à partir de 2025. Le premier regroupe Alstom, le groupe d'ingénierie Altran, le spécialiste italien de la signalisation Ansaldo STS (groupe Hitachi) et Apsys, filiale d'Airbus en charge de la cybersécurité. Le second, dédié aux voyageurs, doit automatiser un TER.

Il se compose du constructeur canadien Bombardier, de l'équipementier allemand Bosch, du spécialiste de l'intelligence artificielle SpirOps et du groupe technologique Thales. L'Etablissement public de sécurité ferroviaire (EPSF) et l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) ont été associés à l'aventure. Ces deux consortiums disposent d'une enveloppe de 57 millions, financés à 60 % par la SNCF et Railenium (qui a le soutien de l'État), et le reste par les différents partenaires.

La grande vitesse n'est pas oubliée. Une fois le système européen de gestion du trafic ERTMS installé sur la ligne Paris-Lyon à partir de 2024-2025, la SNCF compte faire circuler des TGV, non pas 100% autonomes, mais de niveau G0A2. Commandés cet été à Alstom par la SNCF, les 100 TGV du futur seront configurés de manière à pouvoir être automatisés. Les livraisons doivent s'étaler de 2023 à 2031.

Réduire les coûts et améliorer la qualité

Les objectifs du train autonome sont multiples. En circulant sur les réseaux existants, ils pourront augmenter le nombre de trains sur le réseau ferroviaire en évitant d'investir des milliards dans la construction de lignes nouvelles, laquelle se chiffre en milliards d'euros, dix fois plus que celle des systèmes de contrôle des trains. En outre, comme le montre l'expérience du métro, les trains autonomes permettront d'améliorer la ponctualité.

"Les deux grands défis du ferroviaire qui sont le coût du système ferroviaire et la qualité de service seront résolus par le train autonome", affirme Patrick Jantet, le président de SNCF Réseau.

Reste à voir si les passagers vont accepter de voyager sans conducteur à bord.

"Tout dépendra de l'acceptabilité psychologique par les voyageurs des trains sans conducteur à partir de 2024 -2025 (...). Personne ne peut dire aujourd'hui qu'il y aura des TGV sans conducteur en 2025", a déclaré Guillaume Pepy, qui renvoie à l'horizon 2022-2023 pour reparler de ces questions.

Pour autant, pour lever la barrière de l'acceptabilité, le transport ferroviaire, contrairement à l'automobile ou à l'aviation, bénéficie de l'expérience éprouvée de l'automatisation dans le métro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2018 à 10:27 :
Des obstacles pour le train automatiques il y en a plein...le premier est de savoir si les équipements tiendront avec les aléas météorologiques etc...quand je vois des aiguilles bloquées par la neige ça me fait rire...faites déjà des trains propre en bonne état et à l’heure au lieu de vouloir aller trop loin.
Le conducteur en milieu ouvert devra tout de façon être présent en cabine comme dans les avions.En cas de suicidée d’une personne ou dépannage du train au milieu de nul part.
Les coûts /gains pour moi ne sont clairement pas justifier car aucune garantie que cela marche deplus que fera t ont dû personnel’ a supposer que cela fonctionne? pôle emploi s en occupera pour encore gonfler le déficit?
Pour moi c’est juste un effet d’annonce.
Le conducteur n’est pas celui qui coute le plus cher à là SNCF...à méditer.
a écrit le 14/09/2018 à 1:28 :
La France est en avance dans le domaine de la signalisation ferroviaire et l'automatisation. On fait circuler la première ligne automatique,au niveau mondial,depuis 20 ans. On sera pas en retard dans les trains autonomes.
a écrit le 14/09/2018 à 1:23 :
Nico,lorsque l'IA, l'automatisation, la robotisation elimineront des postes de travail dans tous les domaines,vous rigolerez beaucoup moins.
a écrit le 13/09/2018 à 15:09 :
Me viens une idée, peuvent pas faire la même chose pour nos ports?Ce serait beau de les voir sauver en se débarrassant de la CGT.
Valable pour la presse aussi, sacré syndicat tueur d'activité là aussi!
Réponse de le 14/09/2018 à 14:10 :
pour la presse, si la nouvelle loi reste en l'état, qui doit entrée en vigueur en 2019, ce sera le cas.
a écrit le 13/09/2018 à 15:05 :
Non mais faut arrêter les craintes à 2 balles, on s'en tamponne de qui est aux manettes du train. En plus, peut être que le gars actuel il joue à la game boy ou lit un bouquin.
Si en plus c'est une IA qui fait jamais grève et qui plombe pas les régimes de retraite j'applaudis des 2 mains. On peut même enfin voir le fret se développer!
a écrit le 13/09/2018 à 14:07 :
Si il existe bien un moyen de transport où il semble plus facile de faire déplacer des véhicules automatisés, c'est bien le train. Il existe de nombreux métros sans conducteurs déjà. De toute manière, nous sommes en France, cela se fera avec une lenteur telle que nous pourrons observer cela au Japon, en Chine et ailleurs bien avant, puis après nous verrons bien...
a écrit le 13/09/2018 à 12:13 :
Je commencerais par tester les trains de marchandises et, en fonction des résultats, je ferais ou pas la même chose pour les voyageurs.
a écrit le 13/09/2018 à 2:24 :
Il ne faut pas dire n'importe quoi. Les TGV automatiques avaient été annoncés pour 2022, depuis belle lurette. Là, on nous annonce des TGV semi-automatiques pour 2023-2025.Cela n'a rien à voir avec la grève.
En ce qui concerne la dette,il s'agit de 47 milliards d'euros fin 2017,dont 2/3 viennent d'être requalifiés en dette d'état par L'INSEE. Cette dette à comme origine l'achat des rames,l'entretien et surtout la construction des voies ferrées,notamment pour les TGV.
Il ne s'agit pas du tout d'une ardoise laissée par les cheminots. Il faut être précis.
a écrit le 12/09/2018 à 19:22 :
Parfait ! La grève du printemps aura au moins contribué à accélérer les choses en ce qui concerne les trains autonomes en France. Ciao Bello amis saboteurs ! Vous avez vraiment fait la grève pour nous, sur ce plan ...
a écrit le 12/09/2018 à 18:57 :
Super plus de cheminots, plus de grève en longueur d'année, plus de gueule de cheminot mal luné, plus de m'en foutisme... Mais c'est que du bonheur l'automatisation à la sncf et bon pour le portefeuille des usagers clients... Quand je pense que cette caste de cheminots laisse une ardoise de 40 millards d'euros et fait explosé la dette de l'état. On ne peut que se réjouir de la disparition de ces fainéants de cheminots !
Réponse de le 13/09/2018 à 9:48 :
Cher "super !!", votre commentaire est digne d'un candidat malheureux qui a été recalé lors de son embauche ... à la SNCF il y a quelques années !
Les automatismes sont déjà légion dans les transports mais aussi dans d'autres secteurs d'activités (aviation, industrie, métro,...)
J'habite dans le périmètre de la Métropole Européenne Lilloise (MEL) où depuis 1983 une première puis une seconde ligne de métro automatique fonctionnent avec une régularité proche de 100% (hors incivilités).
Le rail constitue un terreau d'innovations intéressantes.
Savez-vous "super !!" que la LGV Paris/Lyon fonctionne depuis septembre 1981 sans signalisation visible de l'extérieur ?
Le cantonnement y est assuré par le système Transmission Voie Machine (TVM version "300" ) avec visualisation exclusive en cabine et qui sera prochainement remplacé par ERTMS version 2 encore plus performant offrant un cadencement renforcé (16 TGV par sens) et une régularité encore améliorée (gain de plusieurs points de régularité supplémentaires).
La nouvelle ligne TGV Sud-Europe-Aquitaine qui permet de faire Paris/Bordeaux en 2h08 en est déjà équipée.
Quant à la dimension humaine que vous mettez en avant , celle-ci n'a qu'un caractère subjectif et n'engage que vous et ne mérite pas votre présence sur ce blog...
a écrit le 12/09/2018 à 18:33 :
Le transport public et ferroviaire ne peuvent pas se passer des subventions publiques.Pourriez-vous payer un Paris-Marseillle 400 euros aller -retour?.Personne ne prendrait le train ,si on devait payer le vrai coût. Les trains autonomes,diminueront la dépenses en personnel,mais il faudra amortir le coût des nouvelles rames , de la signalisation et les coûts informatiques. Après il y a le coût des péages à payer à SNCF mobilités(ex RFF),de l'entretien,l'électricité consommée et le personnel qui continuera à travailler pour la SNCF, etc. ,etc.
a écrit le 12/09/2018 à 18:23 :
Super ! Je suis déjà prêt, plus de grève !
a écrit le 12/09/2018 à 17:21 :
les voyageurs seront plus que prets et même surendettés a l'insu de leur plein gré, même s'ils ne sont pas voyageurs, juste pigeons

Que c'est beau le progres
a écrit le 12/09/2018 à 17:07 :
Rassurez moi, autonome sans veut bien dire sans subventions d'état? Hein c'est ça oui?
a écrit le 12/09/2018 à 17:02 :
La SNCF va mettre en place des trains sans conducteur, et les clients vont inventer le train sans voyageur. Et bientôt, nous aurons les avions sans pilote, et les salles d'opérations sans chirurgien. On peut continuer comme cela, longtemps. J'oubliais, les journaux sans journalistes, un logiciel fera ça très bien.

Avec toutes ces merveilles automatisées le chômage n'augmentera pas, qu'ils disent...
Réponse de le 12/09/2018 à 21:10 :
@lcailleurs: Et la France sans Président! Je suis persuadé que nous y survivrions. La Belgique a survécu à une année sans gouvernement, sans grave problème, me semble-t-il...
Réponse de le 14/09/2018 à 14:13 :
@henry dans un état fédérale avec un roi, s'il n'y a plus momentanément de gouvernement, le pouvoir fédérale très fort en belgique et le roi peuvent prendre le relais, ça n'a rien à voir avec l'organisation en france.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :