Le géant Car2Go se déploie enfin à Paris

 |   |  407  mots
Car2Go compte utiliser les 1.000 bornes mises à disposition par la ville de Paris, sur les vestiges de l'ancien réseau Autolib, pour recharger la flotte de Smart EQ. Le nouvel opérateur doit également encourager ses clients à rapporter les véhicules sur des points de recharge en créditant 3 euros sur leur compte.
Car2Go compte utiliser les 1.000 bornes mises à disposition par la ville de Paris, sur les vestiges de l'ancien réseau Autolib, pour recharger la flotte de Smart EQ. Le nouvel opérateur doit également encourager ses clients à rapporter les véhicules sur des points de recharge en créditant 3 euros sur leur compte. (Crédits : Daimler)
Après Renault et PSA, c'est Daimler (Mercedes, Smart) qui installe son service de location de voiture en libre service à Paris. Car2Go a été fondé en 2008 et réunit déjà plus de 3,6 millions d'abonnés à travers 26 villes dans le monde. Mais Paris sera sa quatrième ville où il opérera une flotte 100% électrique.

Lancé en 2008, l'un des pionniers de la voiture partagée en libre-service installe enfin son service à Paris. Sept mois après la fin d'Autolib, Paris voit donc l'arrivée d'un troisième opérateur privé et sans délégation de service public cette fois, proposer ses services, après Moovin (Renault-Ada) et Free2Move (PSA).

Mais cette fois, c'est un géant du secteur qui s'installe dans la Ville Lumière. Fondée en 2008, la filiale de Daimler (Mercedes, Smart) opère déjà dans 25 villes dans le monde et dispose d'un portefeuille de 3,6 millions d'utilisateurs. Paris est donc la 26e de la liste, mais la 4e en tout électrique après Stuttgart, Madrid et Amsterdam.

Vers une flotte de 800 voitures à Paris

Car2Go déploie dans un premier temps 400 Smart EQ, la version 100% électrique de la célèbre micro-citadine fabriquée en Lorraine. La flotte devrait monter à 800 voitures courant 2019, soit bien davantage que les flottes lancées par les deux français.

Olivier Reppert, le directeur général de Car2Go, présent à Paris pour l'inauguration du service, veut se différencier de ses concurrents. Selon lui, il n'y aura pas de chaîne logistique de nuit pour récupérer les véhicules afin de les recharger et ensuite les redéployer. Ce qui reste un véritable obstacle en terme de rentabilité du modèle. Il veut utiliser les 1.000 bornes mises à disposition par la ville de Paris, sur les vestiges de l'ancien réseau Autolib, pour recharger la flotte de Smart EQ. Car2Go doit également encourager ses clients à rapporter les véhicules sur des points de recharge en créditant 3 euros sur leur compte.

Lire aussi : Free2Move débarque à Paris sur les vestiges d'Autolib

En outre, Car2Go mettra en place une tarification différenciée en fonction des zones les plus demandées. Cette grille tarifaire évoluera dans une fourchette allant de 0,24 à 0,34 centime la minute, au-delà des 15 premières minutes gratuites (qui permettent de rejoindre l'emplacement de la voiture).

La fusion avec BMW en route

D'un point de vue stratégique, Olivier Reppert a indiqué avoir reçu toutes les autorisations des autorités de la concurrence américaines et européennes pour conclure la fusion avec DriveNow, la filiale de BMW également spécialisée dans la location de voiture en libre service. Celle-ci est également en discussion avec la ville de Paris pour proposer ses services.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :