Le point sur le crash de l'A320

La "personnalité" du copilote, soupçonné d'avoir provoqué volontairement le crash de l'avion de Germanwings, est "une piste sérieuse", a déclaré samedi à l'AFP un enquêteur français à Düsseldorf. La police allemande a découvert "un grand nombre de médicaments" destinés au traitement de troubles psychiques à son domicile. La Tribune fait le point.
La compagnie low cost Germanwings propriétaire de l'Airbus qui s'est écrasé mardi dans les Alpes françaises avec 144 passagers et six membres d'équipage à bord, pourrait faire face à des demandes d'indemnisation très supérieures à ce qui est habituellement accordé en la matière, estiment des avocats spécialisés.
La compagnie low cost Germanwings propriétaire de l'Airbus qui s'est écrasé mardi dans les Alpes françaises avec 144 passagers et six membres d'équipage à bord, pourrait faire face à des demandes d'indemnisation très supérieures à ce qui est habituellement accordé en la matière, estiment des avocats spécialisés. (Crédits : JEAN-PAUL PELISSIER)

L'enquête avance. La "personnalité" du copilote, soupçonné d'avoir provoqué volontairement le crash de l'avion de Germanwings et qui semblait souffrir de troubles psychologiques, est "une piste sérieuse", a déclaré samedi le général Jean-Pierre Michel, sous directeur de la police judiciaire à la direction générale de la gendarmerie nationale, n'écartant toutefois pas l'hypothèse d'une "faute involontaire ou une défaillance technique":

"On a un certain nombre d'éléments qui nous permettent d'avancer dans cette piste, qui est présentée comme une piste sérieuse, mais qui ne peut pas être uniquement la seule"

Aucune explication

Il a ajouté qu'à ce stade de l'enquête, il n'y avait toujours "pas d'élément particulier" dans la vie du copilote, comme une rupture amoureuse ou un problème professionnel, qui pourrait expliquer un geste volontaire pour détruire l'avion.

Andreas Lubitz, en arrêt maladie le jour du vol selon une attestation d'un médecin retrouvée à son domicile de Düsseldorf, semblait souffrir de problèmes psychiatriques, selon des informations recueillies par la presse allemande.

Selon le quotidien allemandWelt am Sonntag, la police aurait en effet découvert "un grand nombre de médicaments" destinés au traitement de troubles psychiques au domicile d'Andreas Lubitz, le copilote. Interrogés par l'AFP, des enquêteurs français et allemands n'ont cela dit souhaité ni confirmer, ni démentir cette information.

Le jeune homme aurait également été pris en charge par "plusieurs neurologues et psychiatres", poursuit le journal, citant un "enquêteur de haut rang". Il aurait souffert d'un stress important et était gravement dépressif, selon des documents personnels exploités par les enquêteurs. Il n'y a en revanche aucun élément indiquant que ce jeune homme de 27 ans ait été dépendant à des drogues ou à l'alcool. Aucun stupéfiant n'a été retrouvé.

Par ailleurs, la police serait en train d'interroger "en ce moment" même les amis, collègues et connaissances du copilote, écrit encore le Welt am Sonntag.

Action volontaire

Il est soupçonné d'avoir volontairement fait chuter mardi l'Airbus A320 de Germanwings dans les Alpes françaises, alors qu'il était aux commandes, entraînant la mort de 149 personnes en plus de la sienne.

"On va essayer de comprendre ce qui dans sa vie aurait pu l'amener à ce passage à l'acte", a déclaré l'enquêteur, ajoutant:

"l'environnement qui va être fait d'Andreas Lubitz va être extrêmement important et il l'est déjà parce qu'il nous permet déjà de mieux comprendre l'homme qu'il est".

Le général Michel fait partie d'une délégation de trois enquêteurs français venue à Düsseldorf pour coopérer avec les autorités allemandes. Il a expliqué qu'il s'agissait notamment de faire le lien entre les "constatations techniques" ainsi que les relevés effectués en France et les éléments sur la vie et la personnalité d'Andreas Lubitz rassemblés en Allemagne lors d'auditions et de perquisitions.

"Le travail actuellement conduit pas nos camarades allemands est orienté vers la compréhension de ce qui s'est passé, sur une éventuelle préméditation ou prédisposition peut-être à ce genre d'acte", a-t-il dit.

Autres hypothèses

Il a également souligné l'importance de la deuxième boîte recherchée sur les lieux du crash dans les Alpes françaises. "L'importance de la dernière boite noire est ( ) comprendre en gros ce qui s'est passé dans les dernières minutes sur les commandes de l'appareil, (...) essayer de comprendre bien sûr s'il y a une action volontaire ou une faute involontaire ou une défaillance technique", a-t-il précisé. "On n'écarte pas un travail sur d'autres hypothèses" que celle privilégiée d'un acte volontaire, a-t-il assuré.

Par ailleurs, l'ancienne petite amie du copilote affirme samedi dans le quotidien allemand Bild qu'Andreas Lubitz disait qu'un jour il "changerait le système" et que "tout le monde connaîtrait son nom". "Lorsque j'ai appris cet accident, je me suis souvenue d'une phrase qu'il avait prononcée:

'Un jour, je ferai quelque chose qui changera le système et alors tout le monde connaîtra mon nom et s'en souviendra'

"Je n'ai pas compris alors ce qu'il avait voulu dire, mais aujourd'hui, c'est clair", poursuit cette hôtesse de l'air de 26 ans qui a eu une liaison avec le pilote de la filiale low-cost de la Lufthansa en 2014.

Maria W. ajoute que Lubitz avait compris qu'"en raison de ses problèmes de santé, son grand rêve de travailler pour la Lufthansa comme pilote sur des vols long-courriers était pratiquement impossible".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 30/03/2015 à 11:03
Signaler
Laissons la police s'occuper du présumé assassin; je ne veut retenir que le dévouement des Gendarmes, Policiers, Enquêteurs pour leur travail éprouvant sur le site , et dire ma fierté quand je vois l'accueil et l'aide des habitants auprès des parents...

à écrit le 29/03/2015 à 15:33
Signaler
Quand on voit les coûts de sécurisation du transport aérien, on se dit que la France a eu raison de diversifier son offre de transport avec les TGV. Je préfère faire 800 km en TGV avec un bon siège confortable, ne pas attendre des heures dans un aéro...

le 29/03/2015 à 16:16
Signaler
Beatrice ; avez vousdeja fait Strasbourg - Bordeaux et retour en TGV ......dans la journée ? Non ? Alors essayez et vous direz dans quelle "bonne forme" vous serez !

le 29/03/2015 à 16:16
Signaler
"Je préfère faire 800 km en TGV avec un bon siège confortable," Vous parlez donc de voyager en 1ère classe…. car après avoir fait 800 km en deuxième classe TGV on descend lessivé, j'en ai fais l'expérience. Pas de confort en 2ème des TGV.

le 29/03/2015 à 16:46
Signaler
C'est sur que pour ceux qui n'ont pas de bonnes lignes TGV, c'est pas toujours drôle... Mais quel plaisir de faire Paris-Marseille 800km en presque 3 heures de temps.

le 29/03/2015 à 20:57
Signaler
Moi je prend le TGV Lille-Marseille en 4h30 pour plus de 1000 km et le confort est 10 fois mieux qu'en avion surtout car le voyage en avion est très éprouvant pour mon organisme et c'est très difficile de travailler a l'ordinateur pendant le voyage ...

à écrit le 29/03/2015 à 14:28
Signaler
Tant qu'un contrôle anti "dopage" fréquent et général pratiqué à l'improviste ne sera pas institué sur tout les transports en commun nous serons co-responsables de terribles accidents ..

à écrit le 29/03/2015 à 14:20
Signaler
Il y a quelque chose qui me turlupine : "Et si le commandant de bord avait décidé d'aller aux toilettes alors que l'avion survolait une grande ville, le copilote aurait-il décidé de se suicider en descendant lentement mais surement vers cette ville e...

le 29/03/2015 à 16:12
Signaler
La question a été déjà posée ailleurs mais je vous passe la réponse : VOUI, le dément qui co-pilotait ce A320 l'aurait lancé sur une ville comme Marseille, ou Grenoble, Annecy, Genève, Besançon, Nancy, ou même Cologne. Nous l'avons échappé belle….

à écrit le 29/03/2015 à 12:31
Signaler
Si l’enquête confirme l’hypothèse la plus vraisemblable, ce drame écornera l’image de sérieux et d’efficacité que donnent souvent les entreprises allemandes : les procédures de recrutement et de suivi du copilote étaient absolument inadaptées, c'est ...

le 29/03/2015 à 16:26
Signaler
Il est difficile de juger avant de connaitre tous les elements du dossier medical du copilote.Par contre fait est que la Lufhansa dispose de 20 medecins "aero" pour suivre de près de 6000 pilotes-. La visite medicale est annuelle. Fait est que...

à écrit le 29/03/2015 à 12:07
Signaler
- Pour le moment il faut attendre le résultat des données de la seconde boîte noire (partie technique) avant d'émettre des suppositions.

à écrit le 29/03/2015 à 11:36
Signaler
Personnes avec „ profil à risque“ = il en a dans tous milieux : conducteur de TGV. chauffeur de poids lourd, garde de nuit dans une usine chimique, vigie sur un supertanker etc ….. Tous ces gens, s ils «déraillent » peuvent produire un même resu...

à écrit le 29/03/2015 à 10:33
Signaler
Un autre crash d'un A320 d'Air Canada à Halifax ce soir. On finira par s'y habituer….

à écrit le 29/03/2015 à 10:20
Signaler
Quand on est responsable, on ne précipite pas dans la mort 150 personnes, des adolescents plein de vie, et 150 familles dans la douleur et la détresse.alors, il faut encore et encore s'interroger sur les responsabilités de ce drame, celles de l'entre...

à écrit le 28/03/2015 à 21:13
Signaler
Ils ont laissé. Un malade mental conduire un avion et Ca fini en une folle histoire Tous le reste n'est qu enfumage

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.