Le président de SNCF Réseau démissionne

Jacques Rapoport a démissionné "pour raisons personnelles", a annoncé le secrétaire d'Etat aux Transports. Selon une source proche du dossier, sa décision ne serait pas liée à l'enquête sur la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge.

2 mn

Dans quelques semaines, j'atteindrai la limite d'âge réglementaire des fonctions que j'exerce comme président délégué du directoire de SNCF et de président de SNCF Réseau dans à peine plus d'un an. Je ne suis donc pas en mesure, de ce fait, d'inscrire l'action dans [une] temporalité nécessairement longue, écrit Jacques Rapoport.
Dans quelques semaines, j'atteindrai la limite d'âge réglementaire des fonctions que j'exerce comme président délégué du directoire de SNCF et de président de SNCF Réseau dans à peine plus d'un an. Je ne suis donc pas en mesure, de ce fait, d'inscrire l'action dans [une] temporalité nécessairement longue", écrit Jacques Rapoport. (Crédits : Reuters)

Nommé en décembre 2012 à la tête de Réseau ferré de France (RFF), intégré à SNCF Réseau l'an dernier, Jacques Rapoport, âgé de 63 ans, a "remis sa démission vendredi 19 février", a précisé le secrétaire d'Etat dans un communiqué. Le président de SNCF Réseau a démissionné de ses fonctions "pour raisons personnelles", a annoncé mercredi le secrétaire d'Etat chargé des Transports, Alain Vidalies.

"Le gouvernement procédera à la nomination de son successeur selon les procédures en vigueur", est-il indiqué dans le même communiqué.

Dans sa lettre de démission, que s'est procurée l'AFP, Jacques Rapoport écrit:

"Âgé de 64 ans dans quelques semaines, j'atteindrai la limite d'âge réglementaire des fonctions que j'exerce comme président délégué du directoire de SNCF et de président de SNCF Réseau dans à peine plus d'un an. Je ne suis donc pas en mesure, de ce fait, d'inscrire l'action dans [une] temporalité nécessairement longue."

Sa décision ne serait pas liée à l'enquête sur la catastrophe de Brétigny

Pour mémoire, le dossier d'instruction de la catastrophe ferroviaire, consulté par Le Figaro, évoque ainsi les "profondes mutations" qui sont à conduire pour que SNCF Réseau "puisse atteindre les performances légitimement demandées par les pouvoirs publics et toutes les parties prenantes. La conduite efficace d'une telle action [...] implique la présence d'un président disposant de la durée pour impulser une dynamique s'inscrivant nécessairement dans le temps", selon lui.

Jacques Rapoport "en avait fait part depuis quelque temps, et il allait prochainement atteindre la limite d'âge pour ce poste", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier, affirmant que cette décision n'était pas liée à l'enquête sur la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne). "Il n'y a pas d'autre problème", a assuré cette source.

Les écoutes révélées par Le Canard enchaîné

Fin janvier, Le Canard enchaîné avait révélé que des dirigeants de la SNCF avaient été placés sur écoute par les juges chargés de l'enquête. Ces enregistrements ont mis en évidence "un double langage" de la part de certains témoins, supervisés par des cadres du service juridique de l'entreprise publique. "Nous n'avons jamais demandé à quiconque de dissimuler des informations", avait rétorqué M. Rapoport début février.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 11/03/2016 à 0:55
Signaler
Evidemment que cette démission n'est pas liée à Brétigny. A l'époque de l'accident, SNCF infra, en charge de la réalisation de la maintenance des voies, était sous la responsabilité hiérarchique de Guillaume Pépy, pas de Jacques Rapoport. Si démissio...

à écrit le 26/02/2016 à 10:08
Signaler
Je passe outre certains commentaires malheureusement et trop souvent stériles ... La situation du rail Français est semblable à celle de l'époque du "château de Versailles"ou derrière les dorures (le réseau TGV ) : il y a la misère ( le réseau class...

à écrit le 25/02/2016 à 22:40
Signaler
pour des raisons personnelle ok mais c'est pas bien d'arrêter les train pour manque de personnel alors qu'il y a 8 millions de chômeurs en France. c'est pas bon.

à écrit le 25/02/2016 à 17:24
Signaler
Il veut éviter de perdre sa chemise dans les futurs "négociations" du Groupe avec les syndicats !

à écrit le 25/02/2016 à 12:30
Signaler
Cette entreprise communiste est au bout du rouleau. Le prix d'un billet ne couvre pas la moitié du coût du voyage. Le reste est pour les contribuables. Les trains sont rarement à l'heure, ils sont vieux et rouillés bien souvent. C'est la fin. Le modè...

le 27/02/2016 à 0:04
Signaler
Sur 15000 trains roulants quotidiennement, 13500 arrivent à l'heure, excusez du peux. quand aux nouveaux TER et aux TGV ils sont magnifiques. Quand avez-vous pris le train pour la dernière fois ?

à écrit le 25/02/2016 à 11:29
Signaler
Ce qu'il y a à comprendre, c'est que le réseau SNCF est obsolète et que la société chargée de l'entretenir n'a pas les moyens de financer les travaux. C'est le dernier stade avant la privatisation de cette activité, suivie ensuite par la SNCF toute e...

le 26/02/2016 à 7:34
Signaler
y a t il qu une société pour entretenir toutes les lignes dites sncf? subvectif ce subjonctif interrogatif! et c est pas parcequ il quitte ce poste cette fonction de fonctionnaire qu il finit et sa carriere et les carrieres de l E U R O P E

à écrit le 25/02/2016 à 9:51
Signaler
Comment peut-on laisser ces gens en place alors qu'ils refusent non seulement d'assumer leur responsabilite mais mentent à la France (actionnaire) et aux victimes. Encore un AZF...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.