Lufthansa met la pression sur Air France-KLM en supprimant 22.000 postes

 |  | 1023 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Fabrizio Bensch)
Moins de quinze jours après avoir reçu une aide de 9 milliards d'euros du gouvernement allemand, le groupe Lufthansa a annoncé qu'il comptait supprimer 22.000 postes dans le monde, soit 16% de ses effectifs (135.000 personnes), dont la moitié en Allemagne. Fin avril, British Airways avait de son côté annoncé la suppression de 27% de ses effectifs, soit 12.000 postes. Début juillet, Air France dévoilera son plan de réduction des effectifs.

Les mesures de réduction de coûts que prendront les compagnies aériennes pour survivre à la crise sans précédent qu'elles traversent vont-elles faire bouger les lignes en termes de compétitivité intrinsèque? Vont-elles en effet conforter les tendances qui prévalaient avant la crise du Covid-19? Les renforcer? ou au contraire les modifier?

Toutes les compagnies aériennes ont pris des mesures d'urgence pour préserver leur trésorerie pendant la phase de l'arrêt des vols. Et toutes vont se restructurer pour afronter une phase de reprise qui s'annonce poussive puisqu'il faudra plusieurs années avant de retrouver les niveaux de trafic d'avant crise. Les compagnies aériennes vont diminuer de taille pour s'ajuster leurs moyens de production à un trafic qui sera inférieur pendant quelques années à ce qu'il était jusqu'ici. Elles vont donc être plus petites avec moins d'avions et de personnels, mais aussi, pour certaines, des conditions de travail de rémunération revues à la baisse. Objectif : survivre bien entendu, mais aussi avoir un avantage compétitif par rapport aux concurrents et attirer les investisseurs dans la perspective des augmentations de capital qui risquent d'être nécessaires l'an prochain pour un grand nombre d'acteurs....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2020 à 21:51 :
Luft est un monstre à côté de AF : 1 CA à près de 40 mds, soit pas loin de 3 fois celui de AF, 12 filiales dt 8 cies aériennes et pas des moindres ( avec Austrian,Swiss,Brussels...), contre 4 à AF dt les petites cies Hop et Transavia Fr, près de 1354:4 000 agts contre 45 000 à AF.
Le tsunami actuel balaye la belle mécanique aerienne germanique, dt les ailes se st patiemment mais sûrement déployées sur l'Europe de l'W. Mais maintenant en matière de reorg et d'arbitrage, il y a de quoi faire avec un tel puzzle.
Pour AF, la douloureuse n'aura certainement rien à voir: Ok pour le PGE à 3 mds et les 4 mds de prêt bancaire, mais au prix de supprimer ses lignes intérieures au profit du train, et Hop en 2 tps, 3 mvt, ne dessert plus que les hubs, et Transavia la remplace sur les lignes restantes. Une reorg menée à la volée qui remet ses 2 petites filiales en selle.
Reste bien sûr l'inconnue du réseau long cours.
On peut espérer que ds le plan de suppression de poste à venir d'AF, les départs naturels et les départs volontaires seront suffisants...
a écrit le 12/06/2020 à 11:39 :
Je viens de faire quelques recherches pour un voyage vers Lisbonne en classe affaires. Air-france est le plus cher....comme souvent hélas. Ce qui est plus troublant c'est que contrairement à Lufthansa-Swiss-Austrian, Airfrance ne propose aucune prestation à bord pendant le vol de 2h50 alors que LH, SWISS et Austrian propose toujours un repas complet ou une collation, même en economy. Faut pas exagérer tout de même..Certes le vol CDG-LIS est plus long, mais au moins on a droit à une minimum de service..
Réponse de le 12/06/2020 à 22:07 :
Votre commentaire en appelle deux . Premièrement les tarifs du transport aérien ne sont pas dictés par les compagnies mais par le marché . Les tarifs proposés par telle ou telle compagnie , et Air France ne fait pas exception , sont donc le produit de l’état du marché à l’instant où vous réservez votre voyage .
D’autre part si vous aviez réellement effectué la recherche que vous citez vous auriez découvert qu’Air France est la seule compagnie à proposer des vols directs vers Lisbonne en ce moment . Pour trouver moins cher( quelques dizaine d’euros...) il faut passer par Francfort ce qui rallonge un tant soit peu le voyage.... 7 h au bas mot ... pour 2h30 en vol direct ....

Dernier point : "Air France ne propose pas de repas en business Class.... ".
Je pense que vous avez fait rire pas mal de voyageurs fréquents .....

Un commentaire : deux contre vérités ...
a écrit le 12/06/2020 à 11:10 :
La paupérisation de la classe moyenne européenne s’accélère. Dès que les choses iront mieux, les 22000 emplois supprimés seront remplacés par des sous-traitants payés bien moins chers.
Et quant au télétravail, ne croyez pas que les « managers » n’ont pas réfléchi à délocaliser le maximum de postes dans les pays à bas coûts.
Pour faire passer tout ça, il suffit de diviser les salariés en montant une catégorie contre une autre.
Et toute cette politique est payée par les impôts de ceux qui avaient un poste correctement rémunéré.
a écrit le 12/06/2020 à 10:17 :
En parlant d'avion :

La ministre flamande de la Mobilité se met à dos les associations environnementales. Mardi 9 juin, Lydia Peeters est montée à bord d'un avion pour effectuer un vol Bruxelles-Anvers, afin d'assister aux redémarrages des aéroports régionaux flamands. Honteux pour les organisations de défense de l’environnement, qui n'ont pas manqué de souligner qu'il n'y avait que 55 kilomètres pour relier les deux villes belges, rapporte la RTBF. La libérale Lydia Peeters a profité d'un vol de presse organisé par le patron de l’entreprise ASL Group, Philippe Bodson, qui possède des petits jets d'affaires.
Sur Twitter, la porte-parole de Greenpeace Belgique, Juliette Boulet, n'a pas manqué d'épingler la ministre. "Hallucinant! Saut de puce, on appelle ça. Je dirais même de pupuceke. Pour rappel : Bruxelles-Amsterdam (j'ai pas Anvers) en avion = 20kg émission de CO2 par voyageur pour 1, 82Kg en train", a-t-elle écrit.
Réponse de le 12/06/2020 à 11:16 :
C’est sûr, cette ministre a tué la planète a elle toute seule.
Deux observations cependant.
Si elle a bénéficié d’un siège libre sur le vol en question, elle a donc économisé les 1,82kg de CO2 qu’elle aurait généré si elle avait pris le train.
Prendre le train pour assister au redémarrage d’un aéroport, c’est quand même un peu bizarre non ?
a écrit le 12/06/2020 à 10:00 :
Hum... miam miam ! D'un côté des milliards venant de l'argent public, de l'autre 22000 licenciements les dragons célestes allemands doivent se régaler en ce moment !
a écrit le 12/06/2020 à 8:20 :
Les syndicats de pilotes ont proposé à Lufthansa de renoncer aux licenciements secs en échange de baisses de salaires allant jusqu'à 40%. Pourquoi ne pas en exiger autant des "nababs" des cockpits Air France ?
Réponse de le 12/06/2020 à 15:59 :
Parce que la direction voudra les deux : licenciements et baisse drastique des salaires de ceux qui restent. L'idéologie libérale met le personnel en variable d'ajustement, donc les entreprises ont mis les personnes adéquates à leur tête, sans scrupules ni quelconque humanité. Tout cela montre que nous passons d'une société de nations, basées sur une histoire et une civilisation, une économie qui leur est liée, à une forme de dictature totale sur la vie des gens, sans nations ni frontières. L'UE est l'archétype d'une structure anti démocratique par construction, mise en place par des milieux financiers dont la dérive sectaire est vraiment inquiétante. Certains sont déterminés à profiter de la pandémie pour resserrer le lien passé autour de la gorge des populations. Alors les hôpitaux ...
Réponse de le 12/06/2020 à 21:58 :
Ces pilotes st parmi les mieux payés au monde, je crois...
Une assurance tourix pour les coups durs. On y est !!!
Réponse de le 13/06/2020 à 9:05 :
Encore votre sempiternel commentaire sur les nababs , saigneurs du ciel , privilégiés .... changez de disque et surtout renseignez vous.....
Le salaire des pilotes allemands de LH , des Hollandais de KLM ou ceux des anglais de BA est forfaitaire : ils sont payés pour un mois complet d’activité, c’est à dire plein salaire quelle que soit l’activité , même zéro heures !
Pour ceux d’Air France , c’est un salaire à l’activité avec minimum , ce qui implique qu’une baisse d’activité entraîne automatiquement une baisse de salaire allant de 25 à 40% .
Ce que ces compagnies germano anglo saxonnes peinent à mettre en place ( ce qu’elles n’ont toujours pas fait ) Air France le fait depuis mars .

Alors , qui sont les vrais "nababs" très cher Paux- Courrouges ?
Réponse de le 13/06/2020 à 9:23 :
Lors de la quinzaine de grèves des pilotes de lufthansa en 2014/2015/2016 , le pdg de cette compagnie , Carsten Spohr avait déclaré que ses pilotes étaient certes moins bien rémunérés que ceux de KLM mais mieux que ceux d’AF....
Alors , que penser de vos certitudes...?
a écrit le 11/06/2020 à 22:18 :
En chine ils développent des transports propres (TGV sur longue distance)...il faut une compagnie européenne ferroviaire digne de ce nom cela suffit de la technocratie.
Le kérosène c est du pétrole acheté à l’étranger et qui pèse lourdement dans la balance commercial.Il faut arrêter les gaspillages des maintenant!
Réponse de le 12/06/2020 à 1:25 :
c'est sur pour aller au zoo vous n'avez pas besoin d'avion
Réponse de le 12/06/2020 à 8:52 :
Si fait, et donc l'énergie nécessaire aux trains provient de?? En chine du charbon ou du nucléaire, c'est sur, c'est plus propre.....
a écrit le 11/06/2020 à 20:17 :
Si elle veut espérer retrouver de la compétitivité, AF va devoir licencier massivement dans toutes ses catégories de personnels. Il ne sert à rien de conserver des navigants et des personnels au sol pour des avions qui ne volent plus et ne voleront pas de sitôt. Si l'activité reprend dans quelques années, il faudra embaucher prioritairement des pilotes licenciés issus de compagnies low cost. Comme cela les coût salariaux seront bien moindres et il y aura enfin du sang neuf dans une compagnie notoirement sclérosée. Courage à Ben Smith.
Réponse de le 11/06/2020 à 20:52 :
D'accord avec vous.
De plus l'état gâche les milliards du contribuable à autant soutenir AF qui reçoit autant d'argent que toute la filière aéronautique française.
La différence est que AF peut disparaître et d'autres compagnies moins chères, à meilleur service et moins grévistes peuvent reprendre ses slots et ses segments, alors que la filière aéronautique française génère plus d'emplois dont beaucoup sont ultra-qualifiés pour un savoir-faire à la pointe mondiale.
Au passage on se débarrasserait de cette horrible caste de pilotes égoïstes et perturbateurs.
Réponse de le 11/06/2020 à 22:19 :
Comme vous le dites, bon courage à Ben Smith. Air France n’est plus à l’époque des plans de de Juniac ou de Janaillac.
Le gouffre qui s’est ouvert sous les pieds de Ben Smith est sans commune mesure avec tout ce qui s’est produit dans le passé.

L’ampleur des décisions de BA, LH et autres montre que les mesures classiques ne sont plus du tout de mise. Elles ne seront jamais suffisantes.

Il faut passer rapidement à une réforme de fond. Le PIAF est certainement l’instrument qui permettra de rendre au transport aérien français la compétitivité nécessaire par rapport à ses concurrents.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :