Maersk annonce des émissions réduites de 40% en 2020 et un navire neutre en carbone en 2023

 |  | 232 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : Reuters)
Prenant en compte la demande croissante de ses clients pour des chaînes d'approvisionnement durables, le troisième armateur mondial A.P. Moller-Maersk accélère la décarbonisation de ses opérations maritimes.

Le transporteur danois AP Moller-Maersk, très engagé dans la lutte contre le changement climatique, a annoncé mercredi qu'il lancerait son premier navire neutre en carbone en 2023, sept ans plus tôt que son objectif initial.

Carburant retenu: le bio-éthanol

"Grâce aux progrès technologiques et à la demande croissante des clients pour des chaînes d'approvisionnement durables, A.P. Moller-Maersk accélère les efforts de décarbonisation des opérations maritimes avec le lancement du premier navire de ligne neutre en carbone en 2023 - sept ans avant l'objectif initial de 2030", a indiqué le numéro un mondial du transport maritime de conteneurs dans un communiqué.

Le bateau doit fonctionner au bio-méthanol et naviguera sur les routes intra-régionales.

Lire aussi : Pollution de l'air au fioul lourd : un capitaine de paquebot de croisière jugé à Marseille, du jamais-vu

Lire aussi : À Marseille, polluée au très toxique fioul lourd, la croisière n'amuse plus personne

Vente à Total des activités pétrolières et réduction des émissions

Maersk, qui a vendu en 2017 sa division pétrolière à Total, entend atteindre un bilan carbone neutre d'ici 2050. En 2020, il a rapporté une baisse de près de 42% de ses émissions sur l'ensemble de l'année.

L'entreprise opère dans 130 pays et emploie quelque 80.000 personnes dans le monde.

Lire aussi : Total achète Maersk Oil : décryptage d'une acquisition à 6,3 milliards d'euros

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2021 à 12:51 :
"Carburant retenu: le bio-éthanol" et dans l'article "Le bateau doit fonctionner au bio-méthanol", un carbone a sauté en route.
Y aurait pourtant une logique si l'installation prototype (Fos s/Mer ?) pour transformer le CO2 en méthanol (CH3OH) était fonctionnelle (un article en parlait comme projet, où en est-ce ?), des camions apportant du CO2 issu d'activités qui en produisent beaucoup mais capté à la source.
La betterave, le vin sans usage, la fermentation, ça donne de l'éthanol H3C-CH2-OH (et un petit peu de méthanol).
Le Brésil en produit/exporte beaucoup, je crois, d'éthanol.
J'ai cru lire il y a peu qu'un porte conteneur à GNL avait été construit et que d'autres commandes attendaient. C'est un intermédiaire entre fuel maritime sulfuré et le zéro carbone.
a écrit le 17/02/2021 à 11:04 :
Tant que nous n'aurons pas des institutions de contrôles crédibles, difficile de croire en ces belles promesses et de grâce ne pas faire comme avec l'eau à savoir c'est la société qui se fait du fric dessus qui paye les gens sensés en contrôler l'activité, c'est tout simplement illégitime et dorénavant bien trop grossier à l'ère d'internet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :