Pourquoi Île-de-France Mobilités ne paie plus (pour l'instant) la RATP et la SNCF

L'autorité régionale, organisatrice des transports en Île-de-France, vient d'annoncer qu'elle suspendait ses paiements à la RATP et à la SNCF. Candidate à l'élection présidentielle et présidente d’Île-de-France Mobilités, Valérie Pécresse, avait déjà tiré la sonnette d'alarme mi-septembre.
César Armand

3 mn

(Crédits : Reuters)

Covid ou pas Covid-19, c'est une constante. Chaque mois, dans le cadre de contrats qui les lient sur le fonctionnement des bus, métros, trains, tramways et RER, Île-de-France Mobilités verse 300 millions d'euros à la SNCF et 400 millions d'euros à la RATP. Des paiements que l'autorité organisatrice des transports en Île-de-France vient de suspendre officiellement ce lundi 27 septembre.

Pour l'année 2021 en cours, et du fait de la crise sanitaire, IDF Mobilités accuse en effet un manque à gagner de 1,3 milliard d'euros : soit, dans le détail, environ 1 milliard d'euros de recettes tarifaires - la billetterie pèse 30% de ses ressources habituelles - et près de 300 millions de versements mobilité, dont s'acquittent les entreprises de 11 salariés et plus et qui représentent en temps normal la moitié de ses gains. A cela s'ajoute une dette de trésorerie de 1,5 milliard d'euros. Son conseil d'administration en fait une règle d'or pour la bonne gestion des affaires courantes.

IDF Mobilités négocie avec la RATP et la SNCF pour décembre

D'autant qu'IDF Mobilités négocie cette enveloppe depuis mai-juin avec l'administration et le gouvernement. Selon nos informations, ceux-ci l'ont bien promis de l'aider, mais n'ont jamais semblé pressés. Toujours est-il que le temps, c'est de l'argent, et que l'autorité organisatrice négocie avec la RATP et la SNCF pour les payer au plus tard en décembre prochain.

Déjà l'été dernier, elle avait suspendu ses paiements pendant deux mois pour faire réagir le gouvernement. Aussi, dès septembre 2020, IDF Mobilités avait obtenu de l'Etat près de 1,45 milliard d'euros d'avances remboursables et 150 millions d'euros de subventions.

Aussi, dans le cadre d'un protocole signé à cette occasion, l'autorité organisatrice compte bien revenir à la charge. Une clause de revoyure prévoit en effet une "réévaluation de la situation en cas de nouvelles pertes de ressources imputables à la situation sanitaire".

Pécresse avait déjà tiré la sonnette d'alarme mi-septembre

IDF Mobilités va en outre faire valoir que la situation n'est pas encore revenue à la normale dans les transports collectifs. D'après la présidente de l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP), Marie-Ange Debon, présidente du directoire, la fréquentation s'établit à 85% du niveau d'avant-crise. Du côté de l'autorité organisatrice de transports en Île-de-France, le pourcentage d'un "peu plus de 70%" est évoqué auprès de l'AFP.

"Il ne peut pas y avoir de sortie de la crise Covid en Île-de-France sans compensation des pertes financières sur les transports en commun, comme cela s'est fait partout ailleurs dans le monde", avait alerté, dès le 14 septembre, la candidate à l'élection présidentielle, Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d'Île-de-France et à ce titre d'IDF Mobilités.

En attendant, la RATP déclare disposer d'une trésorerie suffisante

Sollicitée par La Tribune, la RATP refuse, elle, de faire "de commentaire sur les négociations en cours entre l'autorité organisatrice et l'Etat sur le financement des transports publics en Île-de-France", mais assure aussi qu'elle dispose "à ce jour d'une trésorerie suffisante pour assurer, dans le respect de ses obligations de service public, la continuité de l'offre de transport dans les prochaines semaines".

Autrement dit, la RATP continuera à faire rouler ses bus, métros et tramways quoi qu'il lui en coûte. Egalement contacté par La Tribune, le cabinet du ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, n'a, lui, pas encore répondu.

César Armand

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 27/09/2021 à 17:23
Signaler
Etonnant qu'ils n'arrivent pas a emprunter, ils sont éligibles au pspp D'ailleurs quand on regarde la liste des bidules qui y ont droit, la france est championne. La valérie nous ferait pas un petit blocage électoral, regardez je gère bien moi, après...

le 28/09/2021 à 10:05
Signaler
Êtes vous sur que la RATP n'arrivent pas emprunter ou est ce une supposition ? Quand l'Etat nomme un dirigeant dans une entreprise, ce n'est pas pour ensuite lui dicter quoi faire... La RATP adopte une politique économique particulière et s'y tient, ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.