Redevances d'ADP : Air France dit non, Easyjet dit oui

 |   |  361  mots
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
La Commission consultative économique ("cocoéco) d'ADP a rejeté la proposition d'évolution des redevances prévue par le gestionnaire des aéroports parisiens en 2017. ADP a proposé une augmentation moyenne des tarifs de 0,86%. Easyjet s'est distingué des autres transporteurs en approuvant cette proposition. Le dossier va être transmis à l'autorité de supervision indépendante (ASI).

Grosse surprise mardi lors de la Commission consultative économique ("cocoéco") d'ADP, qui devait se prononcer, à titre consultatif, sur la proposition d'évolution des redevances pour 2017 du gestionnaire des aéroports parisiens. Fait rarissime dans les "cocoéco" des aéroports français, ADP s'est retrouvé en minorité lors du vote sur sa proposition tarifaire du fait, notamment, de l'abstention du président de la "cocoéco", Jean-François Vivier. Pour rappel, cette "cocoéco" est composée de responsables du gestionnaire des aéroports parisiens, de la direction générale de l'aviation civile (qui ne votent pas), mais aussi des compagnies aériennes (Air France, FedEx, Easyjet, Vueling) et d'associations professionnelles (IATA, FNAM, SCARA, BAR...).

+1,67% devient 0,86%

Après un gel des redevances en 2016, conformément au contrat de régulation économique (CRE) pour la période 2016-2020 signé en 2015 par ADP et l'Etat, le gestionnaire des aéroports parisiens a proposé d'augmenter toutes ses redevances de 1,67%, (ce qui correspond au plafond du même CRE), à l'exception de celle concernant l'utilisation d'un service informatique, nécessaire notamment pour l'enregistrement des passagers, laquelle est gelée. De fait, la hausse moyenne en 2017 proposée par ADP est de 0,86% pour 2017.

Vote favorable d'Easyjet

Pour autant, cette structure tarifaire a fait hurler un certain nombre de compagnies aériennes, dont Air France. Car la compagnie française n'utilise pas ce logiciel informatique et ne paie donc déjà pas pour ce service. Pour elle et toutes les compagnies qui n'utilisent pas ce service, la hausse des redevances en 2017 sera de 1,67%. Un niveau qui ne satisfait pas Air France qui demande au contraire une baisse des redevances de 3-4% pour relancer le trafic vers Paris, durement touché par l'impact des attentats et de la menace terroriste.

Les compagnies ne sont pas toutes sur la même longueur d'ondes. Selon nos informations, Easyjet, qui utilise le logiciel informatique, a voté pour la proposition d'ADP, qui lui permettra d'avoir une hausse moins élevée que celle d'Air France. Vueling s'est abstenue.

Le dossier va être transmis à l'autorité de supervision indépendante (ASI), en charge de l'homologation des tarifs. Interrogé, ADP n'a pas souhaité faire de commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2016 à 7:45 :
Les faux .... avec le brexit , easy a peur donc ils font de la lèche pour que personne ne s'oppose à sa manipulation de transfert de siège social de Londres à Dublin ou bucarest ...
a écrit le 24/11/2016 à 7:43 :
Les faux .... avec le brexit , easy a peur donc ils font de la lèche pour que personne ne s'oppose à sa manipulation de transfert de siège social de Londres à Dublin ou bucarest ...
a écrit le 24/11/2016 à 7:42 :
Les faux .... avec le brexit , easy a peur donc ils font de la lèche pour que personne ne s'oppose à sa manipulation de transfert de siège social de Londres à Dublin ou bucarest ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :