Résultats trimestriels en trompe-l'oeil pour Air France-KLM

 |   |  898  mots
(Crédits : Christian Hartmann)
Le groupe a dégagé un résultat d'exploitation de 400 millions d'euros au deuxième trimestre, en hausse de 15,3% par rapport à la même période de l'an dernier. Mais cette hausse est liée à la base de comparaison défavorable l'an dernier en raison des grèves à Air France. Par ailleurs, les pilotes du SNPL ont voté favorablement à l'accord de développement de Transavia.

Article mis à jour à 19 heures

Résultats financiers en trompe-l'oeil pour Air France-KLM au deuxième trimestre de l'exercice 2019. Certains en interne les qualifient carrément de "médiocres".

Certes, d'avril à juin, le groupe a dégagé un résultat d'exploitation de 400 millions d'euros, en hausse de 15,6% par rapport au deuxième trimestre de l'année précédente (pour un chiffre d'affaires en hausse de 6,4% à plus de 7 milliards d'euros), mais la base de comparaison est justement tronquée par l'impact de 260 millions d'euros de la grève à Air France l'an dernier.

L'évolution du groupe "est très largement tirée par une absence de grève par rapport à l'an dernier", a indiqué Frédéric Gagey, le directeur financier du groupe, lors d'un entretien avec les journalistes des agences de presse.

Baisse des résultats au premier semestre

En effet, par rapport au résultat d'exploitation du deuxième trimestre dégagé l'an dernier hors impact de la grève, le résultat d'exploitation d'Air France-KLM cette année baisse de 33%. Le recul est encore plus prononcé sur la période du premier semestre. Sans même retirer l'impact de la grève l'an dernier, le résultat d'exploitation est en baisse cette année de 58%, à 97 millions d'euros. Hors impact de la grève cette fois (335 millions d'euros), le résultat d'exploitation dégringole de plus de 80% !

Hausse du cours de l'action

A titre de comparaison, le groupe Lufthansa, qui n'est pas au mieux, a annoncé hier un résultat opérationnel ajusté de 754 millions d'euros au deuxième trimestre, en recul de 25%.

Pour autant, dans un communiqué, Ben Smith, le directeur général d'Air France-KLM, a qualifié les résultats du deuxième trimestre de "solides" dans un "environnement concurrentiel difficile". Il est vrai que plusieurs indicateurs sont encourageants. La recette par passager en particulier a été en hausse de 0,8%. Ce qui tranche avec Lufthansa. Les prévisions sont d'ailleurs beaucoup plus positives que celles du groupe allemand, qui prédit une pression sur les recettes unitaires à partir de septembre, alors qu'Air France-KLM s'est voulu rassurant en faisant état d'un niveau de réservations sur les vols long-courriers "en moyenne en hausse sur la période août-décembre par rapport à l'an dernier". Ces deux points (combinés à l'annonce positive sur le développement de Transavia), sont à l'origine de la hausse du cours de l'action de 8,45% ce mercredi.

"Les prévisions pour les prochains mois constituent la grosse différence entre Air France-KLM et Lufthansa. Celles d'Air France-KLM sont plus optimistes et sont crédibles car cela fait trois ou quatre trimestres qu'elles se vérifient", explique à La Tribune un analyste.

Par ailleurs, les coûts unitaires ont baissé de 2,3% grâce à "l'effort fourni sur la réduction des coûts chez Air France", mais aussi en raison de la base de comparaison élevée l'an dernier en raison des grèves chez Air France, selon le groupe.

Hausse des coûts salariaux

Ce résultat est cependant "en partie contrebalancé par une hausse des coûts unitaires chez KLM s'expliquant par les accords salariaux signés l'an dernier", précise le groupe, qui ajoute que les coûts nets salariaux du groupe ont augmenté de 4,6% au cours du trimestre, en raison des embauches accompagnant la hausse des capacités et des accords salariaux pour les personnels d'Air France et de KLM.

"Par rapport à l'an dernier, le nombre moyen de salariés a augmenté au deuxième trimestre 2019 de 1 650 ETP (Equivalent Temps Plein), dont 700 pilotes et 650 personnels navigants commerciaux. Toutefois, la productivité a augmenté de 3,1%", assure Air France-KLM.

La direction a confirmé ses perspectives annuelles avec une diminution de ses coûts pour 2019 "entre -1% et 0% à charges et carburants constants".

"La légère hausse de la recette unitaire passage que nous avions anticipée, et la poursuite des initiatives de réduction de coûts unitaires ont plus que compensé la hausse des coûts de carburant" dont la facture a augmenté de 220 millions d'euros au deuxième trimestre à 1,4 milliard d'euros", a souligné Ben Smith.

Les résultats divergent entre Air France et KLM. Air France a dégagé un résultat d'exploitation de 143 millions d'euros, 115 millions de moins que KLM (258 millions), qui a néanmoins subit une baisse de 70 millions d'euros par rapport à l'an dernier. Le résultat d'exploitation de Transavia (composée de Transavia Holland et de Transavia France) a baissé de 9 millions d'euros, à 52 millions d'euros.

Développement de Transavia

L'entité française du pôle low-cost du groupe pourra se développer. Les pilotes du SNPL ont en effet voté favorablement au projet de développement de Transavia France. Le plafond de 40 avions, que ne pouvait pas dépasser Transavia, saute. Son développement reste néanmoins très encadré. Il s'effectuera de ses bases existantes d'Orly, Nantes et Lyon sans exclure la possibilité d'en ouvrir d'autres en France. Des bases à l'étranger sont interdites. La flotte de Transavia France devra être composée uniquement d'avions monocouloirs. Les trajets ne devront pas dépasser 3.000 miles nautiques et les vols transatlantiques sont interdits. Transavia n'exploitera pas de vols réguliers au départ de Roissy-Charles de Gaulle, le hub d'Air France.

Mardi, le groupe a annoncé la signature d'un protocole d'accord avec Airbus pour commander 60 A220 (avec une possibilité d'en acquérir 30 exemplaires supplémentaires) pour renouveler sa flotte court et moyen-courrier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2019 à 2:10 :
En fait l'A220 est un avion de nouvelle génération,construit en partie avec des matériaux composites(comme le B787 ou l'A350,pour les longs courriers)et avec des nouveaux moteurs(comme l'A320 neo et le B737MAX).A cause de cela,il est plus performant que l'A319 neo.C'est pourquoi Airbus a laissé tomber l'A319 neo.Par contre face aux A320-321 neo, il n'y a pas de nouveau modele équivalent au A220(ex-C séries).
Si B.Smith et la direction d'AF,décident de ne commander que l'A220,ils prennent le risque d'être en sous capacité sur certaines destinations.Mais,avec le mouvement "honte de prendre l'avion", il y aura sans doute une diminution du nombre de passagers aériens pour les destinations proches et moyennes ,dans les années qui viennent.
a écrit le 01/08/2019 à 8:52 :
Qu'un homme d'affaire canadien, propulsé à la tête d'Air France, passe une méga commande d'avion, des A200, ex bombardier, fabriqués principalement au Canada, ne semble troubler personne.
Réponse de le 01/08/2019 à 11:44 :
Cette gamme d'appareils est justement passée sous pavillon Airbus parce que le groupe ne produisait rien de semblable jusqu'à présent !
a écrit le 31/07/2019 à 18:51 :
...et l'avion reste une catastrophe écologique, un non sens économique, une gabegie de ressources qui pourraient être employées à des fins plus utiles à l'humanité...
Réponse de le 31/07/2019 à 20:29 :
... et l'économie du numérique, qui gère vos mais par exemple, produit le double de CO² que le transport aérien ! Vos mails sont-ils si indispensables que ça ?
a écrit le 31/07/2019 à 14:12 :
La Bourse qui fait à 1400 progresser le cours de 7 % ne paratge visiblement pas l'avis du journaliste de la tribune .
a écrit le 31/07/2019 à 14:10 :
Les résultats sont tellement en trompe l’œil qu’ à 14h, l’action était en hausse de 7,34%.
Visiblement, tout le monde n’a pas la même lecture des résultats économiques du groupe AF KLM.
Réponse de le 31/07/2019 à 18:51 :
La Bourse n'est pas la Vérité non plus. Si vous suivez de près depuis longtemps le lien entre résultats et cours de bourse, ils sont souvent liés aux prévisions en amont des analystes. Si les résultats sont mauvais, mais moins que prévu, le titre bondira. Si les résultats sont bons mais moins bons que prévu, le cours de Bourse baissera.
De plus, les investisseurs regardent surtout le "wording" et les prévisions de la l'entreprise. -)
Réponse de le 31/07/2019 à 19:38 :
le cours a bondi grâce à l'accord des pilotes TO... Sur les résultats, il faut évidemment prendre compte de la grève de l'an dernier pour les commenter. Donc rien à redire là-dessus.
Réponse de le 02/08/2019 à 10:34 :
cela ne veut rien dire ... résultats IAG largement supérieurs et l'action ne gagne que 2% à 10h30....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :