SNCF : 1.200 postes en moins en 2017

 |   |  477  mots
SNCF n'en finit plus de réduire ses coûts et ses effectifs.
SNCF n'en finit plus de réduire ses coûts et ses effectifs. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
La direction de la SNCF a annoncé lors d'un comité central du groupe public ferroviaire une nouvelle baisse des effectifs de la compagnie après le non-renouvellement de 26.000 postes depuis 2003. Cette baisse a été unanimement décriée par les syndicats.

La SNCF accélère sa cure d'amaigrissement. La compagnie ferroviaire a annoncé aux organisations syndicales ce mercredi, 1.200 nouvelles suppressions de poste. Au total, 0.8% des effectifs ne seraient ainsi pas renouvelés malgré l'avis négatif mais seulement consultatif des syndicats lors du comité central. Cet objectif s'inscrit dans la continuité du projet du groupe public qui a déjà enregistré 26.000 départs depuis 2003.

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, avait expliqué en juin dernier que le groupe faisait chaque année des gains de productivité de 2% dans son activité ferroviaire, soit l'équivalent de 2.500 à 3.000 emplois. Selon des chiffres annoncés en comité, au moins 1.150 départs en retraite ne seront pas remplacés en 2017, dont 285 au sein de la holding qui chapeaute les branches SNCF Réseau et SNCF Mobilités.

SNCF Mobilités, branche la plus touchée

Dans le détail, parmi les différentes branches de l'établissement public, SNCF Mobilité perdrait 1.215 postes malgré le recrutement de 400 conducteurs supplémentaires pour pallier une pénurie dans certaines régions. Cette réduction s'explique notamment par une année compliquée pour la branche, un chiffre d'affaires (14.8 milliards d'euros) inférieur de 3.1% par rapport aux prévisions et un climat tendu après les grèves du printemps. Un accroissement de la concurrence par les autres moyens de transports et la baisse considérable du nombre de touristes sont également des raisons qui conditionnent ces mesures drastiques.

Au niveau de la branche SNCF Réseau qui est chargée de la construction et de l'entretien des voies, 2.600 embauches sont prévues. Malgré le fait que ce chiffre dépasse de 350 le nombre de départs à la retraite, 270 créations d'emplois seulement ont été mentionnées en comité central du groupe. Le chiffre d'affaires quant à lui est stable (6.4 milliards d'euros) mais la dette devrait encore gonfler de 2.8 milliards pour atteindre les 48 milliards en 2017.

Ce "budget de crise" 2017 sera ainsi présenté ce vendredi 15 décembre en conseil d'administration.

Des organisations syndicales pessimistes

Roland Fourneray, représentant syndical de la CGT, a dénoncé auprès de l'AFP le fait que les prévisions correspondaient rarement au bilan établi en fin d'année : 2.000 postes n'auraient ainsi pas été renouvelés en 2016, contre 1.400 annoncés dans le projet de budget. Il a également ajouté que "chaque année des postes sont supprimés et cela se traduit par une baisse de la qualité du service public et par des agents en souffrance".

Il avance également que les chiffres annoncés ont varié au cours de la journée de mercredi avec une prévision de 1.315 suppressions de postes "sur les documents écrits et des intervenants qui ont donné un chiffre différent". Le groupe syndical SUD quant à lui anticipe 4.000 postes en moins et qualifie le budget comme "le pire jamais vu à la SNCF".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :