SNCF Réseau crée une entreprise de drones

 |   |  332  mots
La création d'une filiale doit apporter de la souplesse, dans une activité qui est en plein développement, a expliqué le président de SNCF Réseau, Patrick Jeantet.
La création d'une filiale doit apporter de la souplesse, "dans une activité qui est en plein développement", a expliqué le président de SNCF Réseau, Patrick Jeantet. (Crédits : Décideurs en région)
La SNCF détenait déjà un "Pôle drones" depuis 2012 et utilise ces engins volants dans la maintenance des infrastructures ferroviaires.

Le gestionnaire d'infrastructure ferroviaire SNCF Réseau a annoncé jeudi la création d'une filiale dédiée aux drones, baptisée Altametris, qui doit permettre l'utilisation industrielle de drones, notamment pour la maintenance du réseau.

La SNCF détient un "Pôle drones" depuis 2012 et utilise ces engins pour surveiller les voies ferrées ou encore inspecter les ponts ou parois rocheuses, mais la création d'une filiale doit apporter de la souplesse, "dans une activité qui est en plein développement", a expliqué à l'AFP, en marge d'une conférence de presse, le président de SNCF Réseau, Patrick Jeantet.

"Vendre notre savoir faire"

En créant cette filiale, la SNCF cherche à développer une toute autre activité en parallèle qui ne concerne pas uniquement ses propres infrastructures. "Le deuxième avantage d'une filiale, c'est qu'une fois que les technologies sont déployées industriellement, validées industriellement, à ce moment là on peut vendre notre savoir-faire, vendre nos prestations à d'autres, que ça soient d'autres gestionnaires d'infrastructure ou d'autres industriels", notamment les réseaux téléphoniques, a précisé Patrick Jeantet.

Une équipe de 20 ingénieurs, télé-pilotes et développeurs sont affectés à cette filiale, qui dispose d'une flotte de 12 drones et dont le capital n'a pas été communiqué.

"Il s'agit d'autre part de confirmer le leadership français sur les drones civils, avec le souci de rester en pointe", a affirmé lors de la conférence de presse, le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies. La France est en effet considérée comme pionnière par les professionnels, notamment par l'adoption d'une loi sur l'utilisation des drones civils dès 2012. L'Hexagone compte également des champions du secteur, à l'image de la marque Parrot. Enfin, dans le sillon d'Amazon, la Poste a réalisé sa première livraison de colis par drone dans le Var, en décembre dernier, et a annoncé la mise en place d'une ligne commerciale dans la région.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2018 à 16:07 :
Le drone ce développe très vite et de façon un peu anarchique, la réglementation essais de suivre difficilement, mais en 2018 sa va encore changer !
Il devient de plus en plus difficile de trouver un bon pilote de drone qualifié et déclaré à la DGAC pour réaliser des prestation dans la légalité !
J'ai trouvé un groupement de professionnels indépendant offrant toutes le garanties et respectant les règles de sécurité et la réglementation aérienne, ils interviennent sur toute la France et en Europe, plus d'infos sur leur site drone-malin.com avec des renseignements sur leurs services, les pilotes et de nombreux exemples de réalisations
a écrit le 16/01/2017 à 14:19 :
Le pôle drone est d'utilité pour la SNCF, néanmoins devenir "leader" dans la réalisation de ces prises de vues et analyses est certainement trop hors de leur cœur métier.
De nouveaux entrants proposent déjà ce type de services comme https://minutedrone.com . Peut être qu'il devrait plutôt "chaperonner" une entreprise Française plutôt que de monter une nouvelle structure.
a écrit le 06/01/2017 à 12:10 :
Voila a quoi sert les impots des francais==> A financer une boite deficitaire qui augmente le prix des billets de train, qui ne reforme pas et qui dilapide son argent a faire des drones .

La SNCF devrai se concentrer sur ces problemes au lieu de faire des drones...
a écrit le 06/01/2017 à 12:02 :
Voyons le bon côté des choses, les livraisons de pizza et autres courses ultra rapides par drones vont empêcher que tout ces jeunes continuent d'avoir des accidents, le mauvais côté étant, une nouvelle fois, qu'ils vont être sans emploi.

Il va vite falloir que le revenu universelle devienne une réalité sinon c'est une véritable bombe sociale qui va nous exploser à la figure.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :