SNCM : quatre nouvelles offres de reprise déposées

 |   |  404  mots
Le tribunal de commerce a rejeté toutes les précédentes offres de reprise, le 10 juin.
Le tribunal de commerce a rejeté toutes les précédentes offres de reprise, le 10 juin. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
Les groupes Stef et Baja Ferries, le consortium Corsica Maritima, l'ancien directeur du port de Marseille Christian Garin et le groupe corse Rocca ont déposé une offre de reprise devant le tribunal de commerce de Marseille. Ce dernier examinera les propositions le 25 septembre.

Qui va racheter la SNCM en redressement judiciaire depuis novembre 2014. ? Le suspense est intact. Après le rejet du tribunal de plusieurs offres de reprises, le 10 juin, plusieurs sociétés tentent leur chance. Quatre offres de reprise de la compagnie maritime en difficulté, la SNCM, ont été déposées mercredi 2 septembre devant le tribunal de commerce de Marseille, a-t-on appris de sources concordantes.

Une première offre fédérée conjointement par les groupes Stef et Baja Ferries, une deuxième d'un consortium d'entreprises corses, sous le nom de Corsica Maritima (CM), et les deux autres viennent de l'ancien directeur du port de Marseille, Christian Garin, et du groupe corse Rocca (transports routiers, immobilier et traitement des déchets).

Stef et Baja veulent reprendre trois activités de la SNCM

Comme il l'avait annoncé, Stef - maison-mère de La Méridionale, co-contractant avec la SNCM de la délégation de service public de continuité territoriale entre Corse et continent - fédère un projet de reprise, avec le groupe Baja Ferries. Stef et Baja Ferries ont déposé deux "offres, conjointes et indissociables, (qui) ont pour ambition d'assurer un avenir pérenne aux activités Corse et Maghreb de la SNCM", détaillent-ils dans un communiqué, précisant que les navires seront sous pavillon français.

"Ces deux offres comportent des conditions suspensives", notamment l'aval de l'Autorité de la concurrence, et la reconnaissance par Bruxelles d'une discontinuité économique entre la SNCM et la future société, afin d'effacer les 400 millions d'euros réclamés par les autorités européennes au titre d'aides jugées indûment perçues.

Ainsi, la première partie du projet de Stef et Baja Ferries "propose la reprise de trois activités de la SNCM: la desserte maritime de la Corse; la mission d'agent général pour le compte de divers armements; l'activité d'entretien et de maintenance des navires". Elle prévoit la reprise de 535 emplois, et est portée par des transporteurs maritimes regroupés au sein d'UniMed, et par Stef, à hauteur de 40% chacun, et par des transporteurs routiers corses à hauteur de 20%.

La seconde partie du projet, portée par Baja Ferries, concerne les activités avec le Maghreb, avec 191 emplois repris. Aucune précision n'a été donnée sur les trois autres offres.

Le tribunal de commerce de Marseille examinera les offres lors d'une audience le 25 septembre.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :