SNCM : le tribunal de commerce rejette toutes les offres de reprise, et s'oppose à Bruxelles

 |   |  526  mots
Les juges consulaires ont finalement décidé de reporter leur décision, précisant qu'une audience aura lieu le 25 septembre afin d'examiner les nouvelles offres de reprise.
Les juges consulaires ont finalement décidé de reporter leur décision, précisant qu'une audience aura lieu le 25 septembre afin d'examiner les nouvelles offres de reprise. (Crédits : © Philippe Laurenson / Reuters)
Malgré le rappel à l'ordre de Bruxelles, le tribunal de commerce de Marseille a finalement rejeté, mercredi 10 juin, les trois offres de reprise de la compagnie maritime en redressement judiciaire depuis novembre 2014.

Le feuilleton, en suspens, se transforme en incertitude. La justice a finalement rejeté les trois offres de reprises mercredi 10 juin, et ce malgré le rappel à l'ordre de Bruxelles soulignant "que la prolongation d'observation pour une période de 3 ou 4 mois soulèverait des difficultés". Il y a quelques jours, le Premier ministre Manuel Valls, en déplacement à Marseille n'avait pas hésité à faire part de son optimisme sur l'épineux dossier, assurant qu'une solution était "à portée de main". Le dénouement attendu n'a finalement pas eu lieu.

Le tribunal de commerce de Marseille a également demandé aux administrateurs judiciaires de procéder à un nouvel appel d'offres de reprise, et annoncé qu'une nouvelle audience aurait lieu le 25 septembre pour examiner les nouvelles offres de reprise qui lui seront soumises, comme le rapporte l'AFP.

CFE-CGC et CGT satisfaits de cette décision

Suite à cette annonce, Maurice Perrin, le représentant synbdical CFE-CGC s'est félicité de cette décision : "On enregistre avec satisfaction le fait que le tribunal n'a pas cédé aux pressions".

De son côté, Jean-François Simmarano, délégué syndical CGT des personnels sédentaires a fait savoir que la saison estivale -qui représente plus de la moitié de son chiffre d'affaires annuel- ne serait pas perturbée, estimant qu'il n'y avait "plus de frilosité à avoir pour leurs clients : il n'y aura pas de liquidation et pas de conflit lié à une reprise qui aurait été pipée". Pour rappel, l'été dernier une grève avait paralysé le trafic entre le continent et la Corse pendant les vacances d'été.

Le 26 mai, les organisations syndicales avaient fait savoir qu'elles rejetaient les offres des trois candidats à la reprise, les jugeant "largement insuffisantes" sur le nombre de salariés repris, et avaient déposé un préavis de grève de 24h renouvelables pour la journée du 11 juin, soit le lendemain de la décision du tribunal.

Fin mai, Brice Robin approuvait l'offre du mexicain Baja Ferries

Le 22 avril, les juges consulaires avaient tout simplement refusé d'entendre les offres des repreneurs ne les estimant pas abouties. Un mois plus tard, le mercredi 27 mai, dans le cadre d'une audience à huis clos, Brice Robin, le procureur de Marseille avait donné sa préférence à l'offre de Daniel Berrebi, dirigeant du groupe mexicain Baja Ferries, tout en prenant en considération celle du transporteur corse Rocca. Brice Robin avait en revanche écarté l'offre de reprise de Christian Garin, l'ancien directeur du port de Marseille.

Mais, coup de théâtre, quelques jours seulement avant la décision du tribunal de commerce de Marseille, deux nouveaux candidats à la reprise faisaient connaître leur intérêt pour la compagnie maritime. La première de ces nouvelles propositions émanait du groupe Stef-TFE, spécialiste européen de la logistique et du froid, également propriétaire de la Compagnie méridionale de navigation, partenaire historique de la SNCM. La seconde est venue d'un consortium économique corse représentant "60% du trafic maritime corse", qui a adressé une lettre, en date du 5 juin, au procureur de Marseille - un courrier rendu public le lundi 8 juin, dans le quotidien insulaire Corse-Matin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2015 à 13:28 :
La liquidation et on n'en parle plus,le contribuable en a marre......
a écrit le 11/06/2015 à 16:11 :
Ce qui est étonnant c'est encore de trouver des postulants, quelque peu maso, à la reprise de cette compagnie coulée par le Cancer Généralisé du Travail et qui malgré cela continue à essayer de faire la pluie et le beau temps. Bon, quoi qu'il arrive, les délégués seront recasés eux, les autres iront se faire voir à pôle emploi.
a écrit le 11/06/2015 à 15:11 :
Laissons la nature économique passer et mettre un point final au “Travail” de sape initiée par la CGT depuis de nombreuses années…
a écrit le 10/06/2015 à 20:42 :
C'est marrant que LT ne pipe pas mot des marins de la SNCM accusés de trafic d'armes et de drogue. Un coup dur pour la société, certes, mais nos presse-médias ont opté pour y faire du silence. Marrant.
a écrit le 10/06/2015 à 17:52 :
Les syndicats se réjouissent de la décision du tribunal ... Ils sont donc "heureux" que ce dernier repousse les dernières chances de reprise de la sncm ... Stupidité ou ...
Réponse de le 11/06/2015 à 22:46 :
ou intelligence , ce qui manque à beaucoup de français !!
a écrit le 10/06/2015 à 17:22 :
On devine que le contribuable va continuer de se faire plumer par une clique paramafieuse mais combien respectable dans notre "république". Le système est bien huilé et le racket peut continuer. C'est beau la gauche...
Réponse de le 10/06/2015 à 18:41 :
En tout cas, les éventuels vacanciers sur les destinations desservies ont pris leurs précautions et choisi la concurrence. Précaution est mère de sûreté. Un peu comme pour Air France. Dommage mais on est plus sûr d'arriver à bon port.
a écrit le 10/06/2015 à 16:46 :
La CGT qui a détruit cette compagnie par la grève ,ferait mieux de se taire et ne pas avoir droit aux négociations !
Réponse de le 10/06/2015 à 17:16 :
fanfan7 ce que tu écris ne sert à rien.
Réponse de le 10/06/2015 à 19:33 :
cribou : ecrire la vérité ne sert a rien?
Réponse de le 11/06/2015 à 12:18 :
Tout cela est honteux ! Quand supprimera-t-on toutes aides à la CGT ?:?
Réponse de le 11/06/2015 à 17:16 :
si vous supprimez ce que l etat donne a la CGT vous supprimez la CGT alors supprimons toutes les aides a tous les syndicats et a beaucoup d ong
Réponse de le 11/06/2015 à 17:16 :
si vous supprimez ce que l etat donne a la CGT vous supprimez la CGT alors supprimons toutes les aides a tous les syndicats et a beaucoup d ong

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :