Trains de nuit : faute de repreneurs, la moitié des lignes fermera à l'automne

 |   |  375  mots
Cette décision vise à résorber les pertes financières des trains de nuit, qui ne transportent que 3% des voyageurs.
Cette décision vise à résorber les pertes financières des trains de nuit, qui ne transportent que 3% des voyageurs. (Crédits : REUTERS/Benoit Tessier)
Les lignes reliant Paris à la Savoie et Strasbourg à Nice sont notamment concernées. Les trains de nuits représentent actuellement un quart du déficit des Intercités.

Quatre des huit lignes de trains Intercités de nuit, dont l'Etat a déjà annoncé l'arrêt des subventions, fermeront le 1er octobre si aucun opérateur privé ne veut les reprendre et que les régions concernées ne les financent pas, a annoncé jeudi le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies.

Les lignes appelées à disparaître cet automne sont celles reliant Paris à la Savoie (Saint-Gervais et Bourg-Saint-Maurice) et à Albi, ainsi que celles reliant Strasbourg et Luxembourg à Nice et Portbou (Espagne).

3% des voyageurs seulement

Deux autres lignes, reliant la capitale à Irun (Espagne) et à Nice bénéficieront d'un sursis, respectivement jusqu'en juillet et octobre 2017, tandis que les liaisons Paris-Briançon et Paris-Latour-de-Carol seront maintenues, comme annoncé en février par le secrétaire d'Etat.

Lire aussiLes trains de nuit de la SNCF, nouvelle bataille de la CGT

Cette décision vise à résorber les pertes financières des trains de nuit, qui ne transportent que 3% des voyageurs mais représentent un quart du déficit des Intercités (au moins 400 millions d'euros prévus cette année), soit "plus de 100 euros de subvention publique" par billet vendu, a souligné le secrétaire d'Etat aux Transports lors d'une conférence de presse.

Transdev intéressé par les deux lignes préservées

"Je confirme la décision du gouvernement de ne plus financer l'exploitation de ces lignes, mais je reste à l'écoute de toute offre de reprise" ou "de financement tiers, c'est-à-dire par les régions", a-t-il déclaré, signalant qu'une discussion "est en cours entre la région Occitanie et SNCF Mobilités" au sujet de la liaison Paris-Toulouse-Cerbère.

Aucun opérateur privé n'a répondu de manière satisfaisante à l'appel à manifestation d'intérêt lancé en avril par le gouvernement pour les six lignes qui ne seront pas conservées.

Le groupe français Transdev (filiales de la Caisse des dépôts et de Veolia) a proposé de reprendre les deux lignes que l'Etat entend garder, pour éventuellement "en sauver une ou deux de plus". Mais cette réponse "ne correspondait pas à la demande", a estimé Alain Vidalies, indiquant toutefois que "la porte reste ouverte pour trouver une solution" qui "n'implique pas les finances de l'Etat".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2016 à 19:24 :
Encore un service public qui disparaît. La redondance et la large choix offert par les services publics est la marque du développement économique. Quand il n'y a plus de sous, la SNCF ferme des lignes, mais inévitablement, son déficit sera augmenté de l'amputation des recettes correspondantes. En fait l'Etat cherche de nouveaux contribuables pour assurer son énorme train de vie : ventes de biens publics et concessions de services publics en tout genre pour payer les employés de l'Etat en nombre de plus en plus excessif.
a écrit le 22/07/2016 à 20:35 :
Enfin ! Pourquoi les contribuables paient-ils des services utilisés par une minorité de citoyens ? Il n'est pas égalitaire de payer pour autrui. Le mieux est de payer ce qui est consommé. Je paie ma voiture, son carburant. Vous prenez le train et je paie à votre place : inégalitaire et inéquitable.
a écrit le 22/07/2016 à 20:34 :
Enfin ! Pourquoi les contribuables paient-ils des services utilisés par une minorité de citoyens ? Il n'est pas égalitaire de payer pour autrui. Le mieux est de payer ce qui est consommé. Je paie ma voiture, son carburant. Vous prenez le train et je paie à votre place : inégalitaire et inéquitable.
a écrit le 22/07/2016 à 20:34 :
Enfin ! Pourquoi les contribuables paient-ils des services utilisés par une minorité de citoyens ? Il n'est pas égalitaire de payer pour autrui. Le mieux est de payer ce qui est consommé. Je paie ma voiture, son carburant. Vous prenez le train et je paie à votre place : inégalitaire et inéquitable.
a écrit le 22/07/2016 à 7:47 :
Si ces lignes ferment, les collaborateurs SNCF qui travaillent pour ces lignes seront-ils licenciés ? Parce que sinon, ça ne sert pratiquement à rien de fermer ces lignes...
a écrit le 22/07/2016 à 7:46 :
3% des voyageurs....1/4 du déficit...
Forcément ça pique. La décision est logique. Le service public à ses limites quand l'état n'a plus de fonds.
Rien à voir avec un soit disant lobby pétrolier...encore une théorie du complot.
a écrit le 21/07/2016 à 19:33 :
Bonne décision.
a écrit le 21/07/2016 à 19:22 :
Moi je prends pas ces trains, est ce qu'on peut me donner ces 100 euros plutôt. Comme ça je pourrai manger correctement pour quelques temps.
a écrit le 21/07/2016 à 19:11 :
C'était pourtant un excellent service, le train est la première victime du puissant lobby pétrolier c'est un fait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :