Les trains de nuit de la SNCF, nouvelle bataille de la CGT

 |   |  281  mots
La CGT observe que les six lignes de train de nuit qui doivent être supprimées comptent près de 75 millions de recettes cumulées pour 1,2 million de passagers et un taux d'occupation de 38% à 54%.
La CGT observe que les six lignes de train de nuit qui doivent être supprimées comptent "près de 75 millions de recettes cumulées pour 1,2 million de passagers et un taux d'occupation de 38% à 54%". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le gouvernement, qui veut se désengager de six des huit lignes existantes de trains de nuit, avait laissé jusqu'au 24 juin aux éventuels repreneurs privés pour se manifester, dans le cadre d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI). Des annonces sont attendues prochainement.

Après l'accord sur le temps de travail auquel elle s'est longuement opposée avant de finalement décider fin juin de ne pas faire jouer son droit d'opposition, la CGT a trouvé son nouveau cheval de bataille. Le syndicat estime "urgent" mercredi qu'un accord soit trouvé entre l'État et la SNCF pour maintenir les trains de nuit, "maillon vital" du service public de transport, dont l'État veut se désengager.

Le gouvernement veut se retirer de six des huit lignes existantes de trains de nuit. Il avait laissé jusqu'au 24 juin aux éventuels repreneurs privés pour se manifester, dans le cadre d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI). Des annonces sont attendues prochainement.

Pour la CGT-Cheminots et l'Union interfédérale des transports CGT, "l'État refuse d'assumer sa responsabilité dans la dette de la SNCF" (50 milliards d'euros fin 2015), ce qui a conduit à "des choix entraînant la dégradation" de certaines lignes, "qui répondent pourtant à des besoins de déplacement" au vu des "34,2 millions de voyages par an (soit 100.000 voyageurs/jour)" enregistrés.

75 millions de chiffre d'affaires

S'agissant des trains de nuit, qui "sont au coeur de ce démantèlement du service public de transports", la CGT observe que les six lignes en question comptent "près de 75 millions de recettes cumulées pour 1,2 million de passagers et un taux d'occupation de 38% à 54%".

La CGT propose, pour équiper ces trains "d'un matériel digne du XXIe siècle", que les ingénieurs de la SNCF et d'Alstom "travaillent ensemble à l'élaboration de nouvelles voitures couchettes".

>> Lire aussi Après les TGV Ouigo, la SNCF étudie des Intercités et des TER low-cost !

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2016 à 19:30 :
Vignes et châteaux aux chinois, autoroutes construites avec NOS impôts bradées à Vinci, aéroports, construits avec nos impôts, peut-être à un fonds d'investissement turc, et maintenant les trains de nuit, c'est la grande braderie de François Hollande. Que le meilleur gagne et l'emporte ! Bientôt, les sociétés privées commanderont le pays.......
La porte vous est grande ouverte Mr Hollande, n'oubliez pas votre coiffeur et votre porte-parapluie, car même en Angleterre, la Reine tient son parapluie !
Ne nous inquiétons pas pour les politiques, ils trouveront facilement leur place dans les sociétés privées......
a écrit le 14/07/2016 à 17:19 :
Au delà du sujet dont une organisation syndicale s'empare ( en mal de notoriété après plusieurs mois de chaos) il convient de reconnaître que c'est l'aménagement de nos territoires qui se joue un peu plus ...
Faut-il continuer à creuser les déserts ou annoncer le branle-bas ?
Alors que le chômage gangrène notre société depuis plusieurs décennies n'y a t'il pas matière à relancer ... le RÉAMÉNAGEMENT des territoires afin de reconstruire la maison FRANCE et à la clef du travail ? (type plan Marshall)
Il conviendrait de comparer notre pays à d'autres , abstraction faite de nos différences et de nous inspirer des bonnes idées.
N'oublions pas que si les votes populistes ont le vent en poupe c'est d'abord et surtout à cause de ce sentiment d'abandon ressenti par nombre de Français dans les banlieues et campagnes ...
a écrit le 14/07/2016 à 15:59 :
Une timide concurrence qui, espérons, fera baisser le coef de nuisance des cheminots en grève, et la CGT habituée à la defence des super-protégés ne goûte guère ce nouveau défi. Martinez, cirez vos chaussures, il y a de la marche dans l'air.
a écrit le 14/07/2016 à 13:51 :
L'avion est moins cher et plus accueillant : ambiance repoussante dans cette S.N.C.F pour les usagers ( la valeur et respectabilité du client roi est rejetée par l'extreme gauche ). Que La S.N.C.F de la C.G.T Communiste remette les trains de nuits, et augmente tous les tarifs pour financer.
Réponse de le 14/07/2016 à 21:46 :
Ou alors création de bus, à faible émisson de gaz, couchettes à deux niveaux : le taux d'innoccupation ne sera plus de 62%. Ils rouleront indivduellement quasi complets, mis sur route si clients ( et surtout pas sous direction et commandement de la C.G.T)
Réponse de le 14/07/2016 à 21:53 :
De toutes les façons le temps est compté pour la S.N.C.M, Heu, erreur je veux dire la S.N.C.F Appartenant aux Syndicats Extreme Gauche C.G.T et S.U..D, ouverture intégrale du transport par rail, à la concurrence, et interdiction de " recapitaliser " dans moins de 4 ans.
a écrit le 14/07/2016 à 9:47 :
Est-ce le gouvernement qui dirige la SNCF?
Ce même gouvernement qui n'est pas foutu de sortir in budget en équilibre? ce même gouvernement t qui brade nos nationaux pour accepter des migrants sans papiers? Ce même gouvernement qui demande à la GB de sortir de l'UE immédiatement alors que le "timing" est libre? Ce même gouvernement qui veut interdire à Barroso de travailler avec qui bon lui semble, compte tenu qu'il est tout à fait dans son droit? Ce même gouvernement, enfin, qui se ridiculise par son inaction généralisée et ses bévues de toutes dimensions! Etc.
Bref Ce gouvernement ferait mieux de laisser aux entrepreneurs l'action d'entreprendre et la gestion d’entreprises.
Je n'ai plus rien à ajouter. Merci de n'avoir lu. Vous pouvez retourner à une vie normale.... just kidding.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :