Vinci : «sur la privatisation des autoroutes, beaucoup disent n'importe quoi » (PDG)

 |   |  729  mots
Xavier Huillard, PDG de Vinci
Xavier Huillard, PDG de Vinci (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Xavier Huillard, le PDG de Vinci, particulièrement visé par des politiques ainsi que le mouvement des "Gilets jaunes" pour ses bénéfices attribués à la privatisation des autoroutes dans les années 2000, a regretté ce mercredi 6 février un "délire" et du "n'importe quoi".

Dans le débat sur la privatisation d'ADP, le gestionnaire des aéroports parisiens, la comparaison avec la privatisation des autoroutes est souvent citée par les opposants à cette opération, lesquels dénoncent la vente des bijoux de famille à bon compte pour des opérateurs privés qui s'en mettent depuis plein les poches à coups d'augmentations continues des prix des péages. Le discours agace au plus point le PDG de Vinci, Xavier Huillard. Et il ne s'en cache pas.

« Chacun y va sur son petit couplet et (dit) absolument n'importe quoi », a-t-il déclaré ce mercredi 6 février à l'occasion de la présentation des résultats annuels du groupe, évoquant un "nouveau délire" alors que plusieurs sénateurs ont cité la veille le cas de Vinci pour rejeter la privatisation d'ADP (pour laquelle Vinci est un prétendant).

"Les concessions ne sont pas un business normal"

Et de se justifier :

« Ces autoroutes, nous les avons payées. Je rappelle que nous avons acheté ASF et Escota en 2005 et 2006 sur la base d'une valeur d'entreprise de 19 milliards d'euros. Je rappelle aussi que la rentabilité d'une concession ne se mesure pas comme un business normal avec une rentabilité nette divisée par le chiffre d'affaires, mais en TRI (taux de retour sur investissements), et ce n'est qu'à la fin de la concession, en 2032-2036, que nous saurons si nous avons gagné convenablement ou non de l'argent. Pourquoi faut-il mesurer en TRI ? Car ce sont des activités qui ont une fin, 2032, 2036. Nous avons acheté cher quelque chose qui a une durée limitée. Dans ces conditions, nous ne sommes pas dans un business normal. J'ai encore lu récemment que nous aurions des marges identiques à celles des industriels du luxe. C'est totalement ridicule. C'est (la gestion des autoroutes, NDLR) une activité risqué. La preuve : après la crise de 2008, le trafic autoroutier des poids lourds n'a retrouvé le niveau de trafic qui était le sien avant 2008 que l'an dernier. Je suis peiné de voir beaucoup d'observateurs continuer de raconter absolument n'importe quoi sur le sujet des autoroutes ».

Pour autant, pour d'anciens membres de cabinets ministériels précédents, la stratégie de Vinci mise en place à l'époque de la privatisation des autoroutes lui avait permis de se retrouver en position de force face à l'Etat. Par exemple, en ayant raflé plus de 21% du capital d'ASF au cours des années précédant la privatisation en 2005, personne n'était venu se frotter à Vinci pour prétendre à cette acquisition. C'est pour cela d'ailleurs que le gouvernement précédent s'est débrouillé pour que la dernière cession de participation de l'Etat dans ADP en 2013 ne débouche sur une situation similaire. Aujourd'hui, Vinci ne possède que 8% d'ADP.

"ADP n'est pas un monopole"

Certains commentaires sur ADP font, selon Xavier Huillard, fausse route.

« Quand on dit qu'ADP est un monopole, c'est juste ignorer que les plateformes parisiennes sont en concurrence avec Amsterdam, Francfort, Londres... et si on ne prend pas ça en compte, on va finir par avoir un manque de dynamisme dans l'attractivité de notre pays », a-t-il dit.

Xavier Huillard a par ailleurs confirmé que son groupe était candidat à l'achat des 49% que détiennent les actionnaires chinois dans l'aéroport de Toulouse, mais a précisé qu'il n'était pas prêt à "faire n'importe quoi" et qu'il "serait vigilant sur les prix eu égard à l'évolution de la régulation". Le PDG de Vinci a en effet fait référence à la non-homologation des évolutions de redevances proposées par les aéroports de Nice, Marseille et Paris.

Lire aussi : Aéroport de Toulouse : au moins quatre Français lorgnent la part des Chinois

« L'aéroport de Toulouse serait bien pour Vinci mais nous saurions faire croître Vinci Airports sans », a ajouté Xavier Huillard.

Le groupe a annoncé mercredi des résultats marqués par une nette baisse des revenus dans les autoroutes au dernier trimestre en raison des dégradations de plusieurs péages par les "Gilets jaunes". Alors que Vinci prévoyait une hausse de trafic de 1,7% sur l'ensemble de l'année 2018, il a enregistré une baisse de 0,5% en raison du mouvement des " Gilets jaunes".

A l'échelle du groupe, le bénéfice net annuel a crû de 8,6% à près de trois milliards d'euros, sur un chiffre d'affaires de 43,5 milliards d'euros (+8,1%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2019 à 10:21 :
"De l’autoroute publique aux péages privés" https://www.monde-diplomatique.fr/2012/07/DESCAMPS/47973 (article gratuit)

Oui c'est ça on va vous croire hein... Il serait temps que ces gens là, tellement méprisant, affichant tellement de peur vis à vis de nous autres qui ne leur voulons pas de mal pourtant, arrêtent avec leurs habitudes oligarchiques de dire des trucs qui seraient vrais seulement parce que c'est eux qui le disent.

Merci Trump de nous faire remonter tout ça à la surface.
a écrit le 07/02/2019 à 4:44 :
Mettre d'urgence un vincithon en oeuvre.
Cet homme est dans le besoin, il faut l'aider.
a écrit le 06/02/2019 à 17:55 :
Souvenir :

L'économiste français Alain Minc, un des proches conseillers du président Nicolas Sarkozy, a été nommé président des autoroutes Sanef, a annoncé, mercredi, le groupe espagnol d'infrastructures et de services Abertis, maison mère de Sanef.

"Le conseil d'administration de Sanef, filiale française d'Abertis, a donné aujourd'hui (mercredi) son feu vert à la nomination d'Alain Minc comme nouveau président de la société, en remplacement de Pierre Chassigneux, qui prendra sa retraite après avoir occupé ce poste depuis 2003", a précisé le groupe dans un communiqué.
Alain Minc est déjà présent au conseil d'administration de deux entreprises espagnoles, la banque catalane CaixaBank et le groupe de médias Prisa, qui édite notamment le quotidien El País. Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France) appartient à Abertis depuis sa privatisation en 2006.
a écrit le 06/02/2019 à 16:59 :
Quand j'étais petit, j'ai vu construire l A6, En ce temps là, j'ai entendu à la radio que les autoroutes seraient gratuites 30 ans plus tard...!, aujourd'hui, elles n'ont jamais été aussi chères !
a écrit le 06/02/2019 à 16:27 :
Ces autoroutes vous les avez achetées sans notre accord ! Et le pire c'est que pour avoir accès au contrat, c'est une galère noire.

Vous faites des profits hallucinants et j'aimerais bien qu'un jour on ait accès à vos éléments comptables détaillés. Je serais curieux de lire ce qui remonte au corpo Vinci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :