Gilets jaunes : Vinci prêt à faire un geste sur les péages autoroutiers

 |   |  401  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Pour répondre à la demande de la ministre des Transports, Vinci se dit favorable à trouver des formules tarifaires pour les usagers qui utilisent les autoroutes dans le cadre de leurs déplacements domicile-travail.

Xavier Huillard, le Pdg du groupe Vinci, est prêt à faire un geste sur les tarifs des péages autoroutiers, comme l'a demandé la ministre des Transports Élisabeth Borne, qui a appelé mardi sur France Info les sociétés d'autoroutes "à la responsabilité et à prendre en compte les attentes des Français en termes de pouvoir d'achat".

"Nous sommes favorables au fait de trouver des formules montrant que nous ne sommes pas autistes", a déclaré ce mardi à Lisbonne Xavier Huillard, en marge de la signature d'un accord avec le gouvernement portugais pour l'extension des capacités aéroportuaires de Lisbonne. "Une réponse collégiale [de l'ensemble des sociétés d'autoroute, Ndlr] est la meilleure formule, a-t-il précisé.

Hausse théorique d'environ 1,9% en février

Alors que les contrats de concessions signés par l'État et les sociétés d'autoroutes prévoient le 1er février prochain une hausse théorique des péages de 1,8% à 1,9%, la ministre attend de la part des concessionnaires des propositions commerciales "mi-janvier", notamment sur les trajets domicile-travail. Une demande entendue par Vinci.

"Nous sommes prêts à imaginer des choses qui redonnent un peu d'air à ceux qui utilisent les autoroutes entre leur domicile et leur lieu de travail", a expliqué Xavier Huillard.

Les sociétés d'autoroutes pourraient ainsi généraliser des formules d'abonnements locales pour les déplacements pendulaires, comme c'est le cas par exemple à Toulouse.

Vu le calendrier serré, il ne peut y avoir des contreparties allongeant la durée des concessions, a-t-il précisé. "C'est un système intelligent, mais il demande des mois", a indiqué le Pdg de Vinci.

Pas de gel des tarifs

Élisabeth Borne a balayé l'idée d'un gel des tarifs des péages autoroutiers comme l'avait imposé Ségolène Royal en 2015.

"La très mauvaise idée, ça serait de refaire ce que qui a été fait en 2015 en annonçant un gel imposé par l'État, qui donne droit à compensation à ces sociétés concessionnaires, ce qui fait que c'est le pouvoir d'achat de demain qu'on ampute en faisant semblant de préserver le pouvoir d'achat d'aujourd'hui", a-t-elle indiqué.

Pour mémoire, le rattrapage sur quatre ans du gel décidé en 2015 doit notamment se traduire cette année par une augmentation des tarifs des péages de 0,25 point de pourcentage, incluse dans la progression prévue en 2019.

Fabrice Gliszczynski,
à Lisbonne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2019 à 19:35 :
Beaucoup d'intervenants sont opposés à la privatisation des autoroutes, ou des aéroports, et peut-être en suis-je (tout a un prix, et tout dépend ce à quoi sert l'argent public). Mais on notera que cette situation est consécutive à la dérive des finances publiques. Dépenses trop élevées, prestations sociales intenables dans nos budgets, et bien sûr, impossibilité de lever des impôts supplémentaires conduisent à cette situation. Vinci fera sans doute un effort pour les personnes qui pourront démontrer que pour se rendre à leur travail, elles usent des autoroutes. Donc un effort strictement dédié sur le trajet domicile-travail..
Réponse de le 11/01/2019 à 22:23 :
C'est bien ce que dit notre bon maitre, tout ces cadeaux octroyés à des gens, ingrats de plus, coutent un pognon de dingue . Heureusement il peut compter sur un philanthrope comme Vinci ! Aider l’État, ça mérite la légion d'honneur !
a écrit le 10/01/2019 à 11:11 :
Son altesse est trop bonne...
a écrit le 10/01/2019 à 7:44 :
Merci not' bon maitre.
a écrit le 09/01/2019 à 18:30 :
"Élisabeth Borne a balayé l'idée d'un gel des tarifs des péages autoroutiers comme l'avait imposé Ségolène Royal en 2015".

Élisabeth Borne ministre des transports connait bien ce secteur.Elle y a travaillé avec un salaire de 26.955 euros par mois en 2016 en tant que directrice générale de la RATP. Mais il faut dire que sa collègue du gouvernement Florence Parly, ministre des Armées et ex-directrice générale chargée de SNCF Voyageurs a touché 52 569 euros mensuels…
Quand ils vous disent que les cheminotes sont des privilégiés.
a écrit le 09/01/2019 à 12:50 :
trop cher ! les français n'ont plus les moyens. Personnellement, je vais boycotter les autoroutes payantes je paye suffisamment d'impôts, je ne vois pourquoi je dois payez en plus ces gens pour rouler. Ils devaient baisser sinon ils auront moins de clients et ces autoroutes deviendront très chères pour ceux qui ont les moyens
Réponse de le 09/01/2019 à 20:23 :
Du lourd !
a écrit le 09/01/2019 à 10:47 :
Autiste vous dites ? Bravo la comm ! Décidément vous les cherchez à la lanternes les ennuis.
Le seul geste crédible que vous pourriez faire serait de restituer la concession aux français cher monsieur.

Votre entreprise dispose d'un pouvoir abusif. Il faut diluer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :