Nuxe veut devenir un leader mondial en cosmétologie naturelle

 |   |  533  mots
(Crédits : dr)
Le groupe développe ses marchés et sa présence à l'international. Avec l'ambition d'être dans le peloton de tête de la cosmétIQUE naturelle en pharmacie.

De l'ambition, ­Aliza ­Jabès n'en manque pas ! Présidente du Laboratoire Nuxe, qu'elle a racheté il y a vingt ans, elle a su développer un véritable groupe autour de la marque des débuts. Un groupe qui poursuit désormais son développement dans plusieurs directions simultanément. Création de la marque Bio-Beauté, ouverture d'une dizaine de spas, rachat de la société Docteur Renaud spécialisée en produits d'instituts, lancement d'une gamme pour hommes, Nuxe Men... Le Laboratoire Nuxe est devenu un groupe multimarques qui a su rester fidèle à son positionnement : des produits à base de plantes, haut de gamme à des prix abordables et vendus en pharmacie et parapharmacie. Cela lui a valu d'être distingué ce printemps par un « Coup de coeur » 2010 du jury Île-de-France du Prix de l'Ambition, concours organisé par la Banque Palatine en partenariat avec « La Tribune ».

Avancer en Europe et en Asie

Parallèlement, le groupe se développe à l'international. « C'est notre cheval de bataille », avoue Aliza Jabès, qui affirme vouloir faire de Nuxe un leader mondial en cosmétologie. Après avoir créé des filiales en Allemagne et en Italie, Nuxe a ouvert un premier bureau pour le Moyen-Orient, à Dubai, en 2009, puis un bureau régional pour l'Asie en mai dernier. « L'Europe et l'Asie sont nos zones prioritaires. C'est là que nous allons concentrer nos efforts pour les trois prochaines années ».

En Europe, la stratégie consiste à dupliquer le modèle français, car les circuits de distribution et les attentes des consommatrices sont très proches. En Asie, région où les perspectives de croissance sont importantes, Nuxe distribue ses produits classiques comme l'Huile Prodigieuse ou la Crème Nirvanesque, mais a également développé des produits spécifiques, adaptés au teint pâle des femmes asiatiques. La société a, par exemple, déposé un brevet sur l'utilisation du crocus blanc pour son action éclaircissante et antitache. Pour faire de Nuxe le leader mondial qu'elle ambitionne, Aliza Jabès suit des règles simples : « Il faut aller chercher la croissance, se donner des priorités et surtout ne pas viser tous les pays d'un coup, mais progresser dans chaque pays jusqu'à y devenir un leader », explique-t-elle.

Depuis la fin des années 1990, le groupe Nuxe s'était habitué à un taux de croissance annuel compris entre 20 % et 25 %. En 2009, malgré la crise, il a bénéficié d'une croissance de 15 %. Son chiffre d'affaires consolidé s'est établi à 94,5 millions d'euros. « La crise nous a touchés, bien sûr, reconnaît Aliza Jabès. Mais nos clientes ont continué à consommer nos produits, car leur prix est abordable et ils sont distribués en pharmacie. Nous avons moins souffert que d'autres marques ! ». Et 2010 a bien démarré : +14 % au premier trimestre en France, +30 % à l'export et +50 % en Italie. Quand on lui demande si le groupe est bénéficiaire, Aliza Jabès lance aussitôt : « Oh oui ! Depuis dix ans, nos bénéfices sont dans la bonne moyenne de l'industrie cosmétique et nous réinvestissons tout pour le développement et la construction du groupe. » Des investisseurs ont été accueillis au capital en 2008, pour financer l'internationalisation, mais la famille reste majoritaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :