Citilog se diversifie avec succès dans la gestion des feux tricolore

Le leader mondial des systèmes de télé- surveillance pour la sécurité et la fluidité du trafic automobile consacre 17 % de son chiffre d'affaires à la R&D.
(Crédits : dr)

En cours de construction, le deuxième tronçon du tunnel de l'autoroute A86 devant relier Rueil- Malmaison à Versailles bénéficiera d'un système de surveillance sophistiqué conçu par la société Citilog, le leader mondial pour les dispositifs de vidéosurveillance et de gestion du trafic en temps réel. Déjà choisie pour équiper le premier tronçon, mis en service en juin 2009, cette PME (35 salariés) d'Arcueil (Val-de-Marne) a su surmonter les difficultés techniques posées par cet ouvrage à deux étages.

« Ce type d'infrastructure en duplex avec une hauteur de voûte moins élevée réduisant le champ de vision des caméras a nécessité le développement d'une technologie spécifique, mais notre système est opérationnel dans le premier tronçon et répond parfaitement au cahier des charges », souligne Christian Girardeau, le président de Citilog.

Outre l'A86, l'entreprise a beaucoup d'autres vitrines et a déjà équipé quelque huit cents sites à travers le monde comme les tunnels Lincoln (New York) et du Mont-Blanc, les ponts de Shanghai, le viaduc de Millau, la ligne du tramway des maréchaux à Paris.

Citilog réalise près de 90 % de son chiffre d'affaires (6 millions d'euros en 2009) dans son activité liée à la sécurité routière. Grâce à des capteurs vidéo, son système détecte toute situation anormale sur une route. Une analyse et un traitement du signal vidéo permettent ensuite de hiérarchiser les événements importants pour alerter les opérateurs surveillant l'infrastructure.

La Chine, marché capital

Depuis deux ans, Citilog s'est déployé avec succès sur un autre segment, très prometteur, celui de l'optimisation du trafic urbain et de la régulation des feux tricolores aux intersections toujours via la détection vidéo. « Le système doit offrir le meilleur rapport possible entre bonnes alarmes et fausses alarmes. C'est ce qui fait notre force », analyse Christian Girardeau. Autre atout, la robustesse de ses équipements : « Il faut, ajoute-t-il, que le capteur n'ait pas un comportement trop différent selon les conditions extérieures. Ainsi, nous sommes à peu près les seuls au monde à pouvoir équiper des ponts. »

Citilog signe 80 % de ses ventes à l'étranger, notamment en Chine, son principal marché. « Pour garder notre position, nous devons investir tous les ans », insiste Christian Girardeau. Chaque année, Citilog consacre donc environ 17 % de son chiffre d'affaires à la recherche et développement (R&D).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.