Legris tourne la page Keyria

 |   |  499  mots
Les entités françaises de Keyria, la filiale du groupe industriel, ont été placées en redressement judiciaire. Près de 600 emplois sont en passe d'être supprimés.

Après la cession en 2008 de Legris SA (raccords, tubes, robinets industriels, etc.), filiale historique de Legris Industries, Keyria était devenue la filiale la plus importante de l'industriel rennais avec 427 millions d'euros de ventes et plus de 1.900 salariés. L'année 2009 a considérablement changé la donne. « Tout a commencé à la fin 2008, expliquent les porte-parole du groupe. Touchée de plein fouet par les crises financière et immobilière, Keyria [achetée en 2006 et spécialisée dans l'ingénierie des matériaux de construction, Ndlr] a dû faire face à des annulations de commandes pour un montant de 140 millions d'euros. » Dans la foulée, le carnet de commandes s'effondre de 70 % au premier trimestre 2009. La trésorerie se tend, les pertes opérationnelles se creusent. « En juillet, nous avons bâti un projet de restructuration de Keyria dans le cadre d'une procédure de conciliation, précisent les porte-parole. Quelque 50 millions d'euros devaient être injectés dans la société, dont la moitié par le groupe. Dès août, Legris industries a donc débloqué 12,5 millions d'euros. » Las, en septembre, les commandes continuent de chuter et compromettent la viabilité du projet de restructuration.

érosion des ventes

Dès juillet, l'une des huit filiales françaises de Keyria, Ceric Automation (Nolay, Côte-d'Or) est placée en redressement judiciaire. Suivie, fin octobre, par les sept autres ? Tecauma (Les Essarts, Vendée), Fimec (Le Pin-en-Mauges, Maine-et-Loire), Adler (Crèvecoeur-le-Grand, Oise), Ceric SA (Paris), Pelerin (Soissons, Aisne), Ceric Wistra (Limoges, Haute-Vienne) et Hallumeca (Baisieux, Nord). La société mère, Keyria SAS, et des filiales étrangères (Allemagne, Italie) sont placées en procédure de sauvegarde. Fin 2009, les ventes de Keyria n'atteignent plus que 215 à 220 millions d'euros...

à ce jour, quatre des huit filiales ont trouvé repreneurs : Ceric Wistra, rachetée par un concurrent, Elmetherm. Tecauma, Fimec et Adler reprises par des salariés. Restent les sociétés du « pôle est » de Keyria, sur lesquelles les tribunaux de commerce de Paris et Dijon exercent une double compétence. Celui de Dijon a rendu sa décision en faveur de Tellus pour la reprise de Ceric Automation, le 9 mars. Mais un recours en nullité a été déposé. Celui de Paris réentendra les porteurs de projets (Tellus et Ceric nouvelle) mercredi prochain avant de trancher. « Nos deux projets divergent, admet Philippe Pénillard de Tellus, avec l'un concentré sur Nolay et l'autre plus présent à Paris. Nos stratégies aussi. Mais, ce qui importe surtout, c'est que nos entreprises trouvent rapidement une issue pour se sortir de la crise et de la situation dans laquelle elles sont tombées. »

En attendant, près de 600 salariés de Keyria ont perdu ou perdront leur emploi. Avec eux, « la France se prive d'un précieux savoir-faire », regrette l'un des délégués du personnel de Ceric qui n'entend pas rester bras croisés. Legris Industries a engagé 10 millions d'euros dans le cadre des plans de revitalisation et de sauvegarde de l'emploi. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2010 à 14:21 :
legris a vider les caisses sans se souciers un instant de ces ouvriers merci.
a écrit le 26/03/2010 à 7:15 :
Ce qui reste le plus curieux dans toute cette malheureuse histoire, c'est l'absence presque totale des médias (mis à part La Tribune), le pouvoir de Mr Legris est-il si important ou ses relations si haut placées qu'il puisse agir pour bloquer les informations et arréter les enquétes des journalistes spécialisés dans ce domaine? Ou est-ce une volonté de notre gouvernement d'éviter de faire trop de bruit sur le manque total de professionalisme et de sens d'anticipation économique des Polytecniciens et autres ingénieurs placés à la Téte de CERIC S.A en fin 2006 qui géne enormément nos dirigeants au pouvoir? Lamentable cette histoire.....
a écrit le 24/03/2010 à 20:38 :
Vous pouvez utilement consulter le blog ceric2010.blogspot.com concernant le projet de reprise par des cadres de l'entreprise Ceric, exleader mondial dans son domaine.
a écrit le 24/03/2010 à 18:35 :
Bonsoir,
A ce jour Legris n'a pas versé 1 euro de dédommagement à ses employés licenciés. A vous de juger !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :