Ces étiquettes intelligentes qui communiquent à distance

Depuis mars, le centre logistique du fabricant d'articles de prêt-à-porter TNT-XV Serge Blanco est équipé en RFID. Ces puces dotées d'une antenne réagissant aux ondes radio dévoilent à distance les informations qu'elles contiennent.

Depuis la mise en place en mars dernier de notre système RFID [Radio Frequency Identification ? système d'identification par radiofréquence, Ndlr], nous sommes capables de traiter quotidiennement 35.000 articles réceptionnés avec deux personnes, contre 25.000 avec dix personnes auparavant », détaille Mathieu Pradier, directeur des opérations TNT-XV Serge Blanco. En 2007, le fabricant de prêt-à-porter réfléchissait sur les capacités de son centre logistique au regard de l'augmentation de son réseau de distribution. Le choix était binaire : créer un nouveau centre logistique ou optimiser les flux. C'est cette dernière option qui a été retenue.

En octobre 2008 débutait l'analyse fonctionnelle avec les solutions du français Tagsys. « Utiliser des étiquettes RFID ne change en rien nos habitudes de travail. Initialement, ce projet visait à optimiser le système de distribution, mais une fois les étiquettes posées sur les vêtements, elles sont présentes dans tout notre réseau de boutiques », résume Mathieu Pradier.

Un inventaire en deux heures

Jusqu'alors, les projets RFID se limitaient en effet à la partie logistique de la distribution. TNT-XV Serge Blanco voit désormais plus loin et envisage des applications au niveau du réseau de distribution, jusqu'à l'amélioration du service rendu aux clients. Désormais, dans un magasin équipé de lecteurs RFID, l'inventaire se déroule en deux heures, et n'implique plus une fermeture de deux jours. Résultat, les inventaires deviennent plus fréquents et les stocks sont au plus justes, « ce qui permet une meilleure information aux clients concernant les articles disponibles ou non, les différentes tailles, etc. ».

En outre, la boutique située au centre-ville de Toulouse, siège de l'entreprise, est le magasin pilote pour la caisse enregistreuse RFID. Munie d'une plaque horizontale, elle permet de lire et d'encaisser indifféremment un ou quinze articles empaquetés ensemble. Le gain de temps à la caisse apparaît évident.

Autre application possible, utiliser les étiquettes RFID comme antivol. Il suffirait de placer un lecteur à l'entrée des magasins pour détecter le passage de vêtements non enregistrés en caisse. À la clé, l'économie des badges magnétiques pour chaque vêtement. Il reste à équiper l'ensemble du réseau de distribution, soit 60 franchisés en monomarque et une vingtaine de magasins en propre. Cependant, tempère Mathieu Pradier, il faudra compter deux saisons pour écouler le stock de vêtement étiquetés avec des codes-barres.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.