Des gâteaux sans œufs grâce à une micro-algue, la recette d'Algama

 |  | 894 mots
Lecture 5 min.
Présentes dans tous les produits d'Algama, les micro-algues sont riches en
protéines, vitamines et oligoéléments.
Présentes dans tous les produits d'Algama, les micro-algues sont riches en protéines, vitamines et oligoéléments. (Crédits : Algama)
Créée en 2013, la start-up Algama propose d'introduire dans notre alimentation des micro-algues, bénéfiques, selon ses dirigeants, à la fois pour la santé des consommateurs et celle de la planète.

Un pot de mayonnaise, de la brioche ou des cookies chocolatés : à première vue, les produits de la start-up Algama, trouvés dans les rayons d'Auchan, Carrefour ou encore Franprix, ressemblent à tous les autres. Et pourtant, ils contiennent un ingrédient peu répandu dans les étals des grandes surfaces : des micro-algues, comme la spiruline ou la chlorelle. Grâce à un procédé maintenu secret, l'entreprise parvient à substituer les protéines d'origine animale par ces minuscules organismes végétaux unicellulaires.

Car ceux-ci présentent d' « incroyables bénéfices », assure le cofondateur d'Algama, Alvyn Severien. « Ce sont de véritables bijoux nutritifs », vante-t-il. Et le jeune chef d'entreprise sait de quoi il parle : avant même de créer la société, en 2013, il en était lui-même fidèle consommateur - sous forme de compléments alimentaires. Conquis par leurs propriétés « exceptionnelles » pour la santé, il lui vient alors une idée novatrice, lors d'un projet de fin d'études : les intégrer dans les biens courants de consommation. « Je souhaitais trouver un moyen de les valoriser, pour démocratiser leur accès »,  avance-t-il aujourd'hui.

Lire aussiDes micro-algues pour nourrir la planète

Le train est lancé. Son diplôme en poche, il s'associe à une équipe de chercheurs, notamment au CNRS, pour débuter l'étude des souches existantes. Et la mayonnaise prend rapidement, puisque l'entreprise décroche un prix au Salon de l'Alimentation un an plus tard, avant d'engendrer d'importantes levées de fonds. Fin janvier 2021, c'est la Région Ile de France qui distingue la start-up en lui accordant 600.000 euros de subvention dans le cadre du plan de Relance Industrie. De quoi financer de nouveaux produits, comme le dernier en date, le « tamalga », une mixture végétale permettant de remplacer l'œuf dans les préparations.

Enrichir nos assiettes

Présentes dans toutes leurs recettes, les micro-algues offrent un avantage considérable : elles peuvent pousser partout, y compris hors-sol, à condition de baigner dans un milieu aquatique. « On peut les produire sur des surfaces verticales, les cultiver en intérieur... Y compris à Paris par exemple », précise le chef d'entreprise. Et même si elles se développent dans l'eau, elles en consomment in fine beaucoup moins que certaines matières céréalières et que les animaux d'élevage, pour des niveaux de protéines équivalents ou meilleurs, insiste le cofondateur. « D'autant que cette eau sera récupérée pour les prochaines cultures », ajoute-t-il.

Cependant, « l'objectif n'est pas de remplacer toute l'industrie agroalimentaire par des micro-algues », affirme Alvyn Severien. Mais de l'enrichir, tout en diminuant son empreinte environnementale. « Nos assiettes se basent essentiellement sur une vingtaine d'ingrédients seulement, souvent produits de manière industrielle. Le but est de constituer un mix plus varié, avec des méthodes différentes et plus respectueuses de la planète », souligne-t-il.

A « mi-chemin » entre agriculture cellulaire et production classique, il espère ainsi séduire de plus en plus de consommateurs. « Sans aller jusqu'à fabriquer des produits de synthèse, de manière artificielle, on montre qu'il est possible d'utiliser la biomasse naturelle pour créer des produits différents de ce qu'on voit d'habitude », fait valoir Alvyn Severien.

Structurer la filière

Positionné en aval sur la chaîne, Algama n'a pas non plus pour vocation de produire la matière première. « Des milliers d'entreprises le font, mais aucune ne propose des produits facilement utilisables pour l'agro-alimentaire », précise le cofondateur. Pour transformer la matière première, l'entreprise s'approvisionne « essentiellement en France et en Europe ».

Mais la tâche n'est pas aisée : la texture particulière et le goût iodé caractéristique des micro-algues ne sont pas du goût de tous, surtout en Occident. Et le produit, très riche, favorise le développement de bactéries, qui peuvent elle-même provoquer l'apparition de maladies. « Pour l'éviter, on multiplie les efforts sur la R&D, en partenariat avec des instituts mais aussi dans nos propres laboratoires, de manière à ne prendre que ce qu'il y a de meilleur, et laisser le reste. C'est un processus vertueux, qui se fait entièrement sans solvant », développe Alvyn Severien. Ainsi, promet-il : le goût final de ses produits se rapproche de ceux qu'ils substituent.

Quid des composants non retenus ? Afin d'éviter le gaspillage, ils pourront être utilisés par d'autres industries, assure-t-il. Car les promesses du micro-organisme marin sont nombreuses, et s'étendent à une multitude de domaines - de la cosmétique aux  biomatériaux. « Pour que cela profite à tous, nous mettons en place des projets de mutualisation », affirme le cofondateur.

Lire aussiDes micro-algues pour améliorer la qualité de l'air en classe

La stratégie d'Algama est claire : encourager une coopération entre ces secteurs, de manière à pouvoir structurer une filière. Et ainsi diversifier les débouchés et faire baisser les coûts de la matière première, encore élevés. « Il existe beaucoup d'acteurs qui s'y intéressent en France. Ils doivent pouvoir avancer dans la même direction », souligne Alvyn Severien. Y compris dans nos assiettes, alors que la demande des consommateurs pour une nourriture saine et respectueuse de l'environnement explose. Le chef d'entreprise en est convaincu : en la matière, « les micro-algues peuvent répondre aux enjeux de demain », affirme-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2021 à 17:27 :
il n'y a plus qu'à supprimer la farine et le sucre.
Désolé je préfère les formules traditionnelles. On assiste en ce moment a un déferlement du n'importe quoi par des messieurs je sais tout.
a écrit le 19/04/2021 à 13:26 :
Nutritif, sans doute, mais pour quel plaisir ? Manger, cela va au delà de la simple fonction alimentaire.
Après la junk food, voici venir le temps de la techno food...une " couillonade" supplémentaire...une de plus !
a écrit le 19/04/2021 à 12:16 :
ON a deja depuis un bail maintenant les choux à la crème sans crème !
Il appellent cela des chouquettes ! C'est pour les gens qui font la quête ?
Preuve parmi tant d'autre de l'appauvrissement du à la stratégie des bourgeois basée sur le Renminbi dévalué !

Les patisseries, croissants en supermarché, quelle honte ! De la pâte digne de "l'aile ou la cuisse"

Honte d'être Français !
a écrit le 19/04/2021 à 10:46 :
"la spiruline" peut être polluée, méfiance selon sa provenance, même en tant que "complément alimentaire"...
a écrit le 19/04/2021 à 10:41 :
Bah c'est bon les oeufs et avoir deux poules c'est pas bien difficile. Hum les oeufs mimosa...
a écrit le 19/04/2021 à 8:20 :
Bientôt des oeufs sans poule quelle époque !!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 19/04/2021 à 10:45 :
on en connait déjà à Pâques. :-) De vrais œufs, enfin, très ressemblant.
Vous pouvez faire de la mousse au chocolat avec du jus de cuisson de pois chiche, pas besoin de blanc d’œuf. Les élevages vont bientôt disparaitre, les citadins installés à la campagne, qu'ils croient insonore, vont dormir tranquille, plus de coqs non plus (pas d'élevage = pas de poussins donc pas de coqs). Triste futur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :