Des micro-algues pour améliorer la qualité de l'air en classe

 |  | 661 mots
(Crédits : Reuters)
Une "bulle d'air pur" générée par des micro-algues ou des filtres pour l'atmosphère des classes: des entreprises développent des solutions pour améliorer la qualité de l'air dans les écoles, des petits pas face à un problème de santé publique majeur.

A l'école élémentaire Victor Hugo de Poissy (Yvelines), un étrange pavé de 5 mètres de long et de 3 mètres de hauteur a fait son apparition dans un coin de la cour. Cette grosse boîte développée par Suez va capter de l'air à hauteur d'enfant -là où il est justement le plus pollué- avant de le traiter et de le recracher une fois purifié.

"L'idée est de créer une véritable bulle d'air pur dans la cour de récréation pour protéger les plus jeunes, qui sont les plus sensibles à la pollution atmosphérique", explique Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, qui avait lancé un appel à projets.

L'efficacité de cette bulle invisible d'une superficie théorique de quelques dizaines de mètres carrés, dont la surface est matérialisée par des dessins colorés au sol, va désormais être testée pendant un an.

Le sujet est d'importance puisque la pollution de l'air (intérieur et extérieur) entraîne chaque année la mort de quelque 600.000 enfants de moins de 15 ans dans le monde en raison d'infections aiguës des voies respiratoires, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cette pollution affecte également le développement neurologique et les capacités cognitives des plus jeunes.

La purification par les algues

Concrètement, la boîte de purification conçue par Suez avec la société Fermentalg, spécialisée dans les micro-algues, fonctionne avec plusieurs systèmes de traitement.

"On va capter les particules fines par un système d'ionisation positive: on fait passer un très faible courant électrique qui va polariser les particules, qui vont aller s'accrocher sur des plaques collectrices comme un aimant", explique Jérôme Arnaudis, directeur du pôle Air de Suez.

"La deuxième technologie, ce sont des charbons actifs de dernière génération qui, eux, vont capter le dioxyde d'azote et les composés organiques volatils", poursuit-il. "Le charbon actif capte la pollution et la restitue aux microalgues, qui vont se nourrir de cette pollution."

Les micro-algues vont ensuite fabriquer de l'oxygène et grossir. Elles seront finalement évacuées par le réseau d'assainissement et transformées en biométhane en station d'épuration. La prochaine version du système permettra peut-être "de capter aussi les virus", selon M. Arnaudis.

"Tout est bon à prendre"

Suez n'est pas la seule grande entreprise présente sur ce créneau. Veolia -qui souhaite d'ailleurs racheter son grand rival- avait ainsi lancé il y a un an une initiative avec la ville du Raincy (Seine-Saint-Denis) pour y "garantir une bonne qualité de l'air intérieur" dans deux écoles.

"Avant traitement on avait des niveaux relativement élevés en CO2" dans les classes, indique Frédéric Bouvier, directeur du pôle compétences Air de Veolia.

"On a installé dans les salles de classe des systèmes capables de prendre l'air à l'extérieur, de le filtrer pour enlever les particules et ensuite de le nettoyer pour enlever les composés chimiques. Ensuite on le souffle dans la salle de classe pour avoir en permanence de l'air neuf qui rentre", détaille-t-il.

Deux lycées sont également équipés de ce système, "et là on est en discussions avec plusieurs mairies pour avancer sur ce sujet", même si la pandémie de COVID-19 a quelque peu freiné les choses, indique M. Bouvier.

Pour les associations qui alertent sur "l'enjeu de santé publique immense" de la qualité de l'air, ces avancées sont les bienvenues.

"Évidemment, la première chose à faire, c'est de diminuer la pollution, mais on ne peut pas attendre", estime ainsi Olivier Blond, directeur de l'association Respire.

"Des mesures d'épuration ou d'adaptation sont les bienvenues parce qu'on est face à une urgence sanitaire, on ne peut pas attendre 20 ans". Selon lui, "tout est bon à prendre pour sauver des vies."

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2020 à 14:24 :
Il faut que ce soit une mesure qui soit remplacée à terme par un air plus pur pour toute la ville. Ne pas assécher des marres pour fabriquer des usines à micros-algues svp, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :