Feux de forêts : pourquoi ils sont deux fois plus menaçants qu'il y a 20 ans

La surface forestière brûlée est aujourd'hui deux fois plus importante qu'il y a 20 ans, selon les résultats d'une étude publiée mercredi et les données conjointes du Global Forest Watch, le Watch Resources Institute et l'université du Maryland. Le réchauffement climatique est l'une des explications à la fréquence et l'ampleur du phénomène.
Incendie de la forêt en Gironde à la mi-août.
Incendie de la forêt en Gironde à la mi-août. (Crédits : Reuters)

Les incendies spectaculaires qui ravagent aujourd'hui les forêts de nombreux pays, notamment européens, relèvent d'un phénomène croissant. Aujourd'hui, 2 fois plus de forêts partent en fumée qu'il y a 20 ans, selon une enquête publiée mercredi par Global Forest Watch. 5 hectares en moyenne ont brûlé chaque année dans la période récente. C'est 3 millions de plus qu'en 2001, soit l'équivalent de la superficie de la Belgique. Au total, de 2001 à 2021, 119 millions d'hectares de forêts ont été dévorés par les flammes, selon Global Forest Watch, sur une superficie totale de 4 milliards d'hectares de forêts. Une situation qui risque d'empirer. « 2022 est déjà une année record », souligne à l'AFP Jesus San Miguel, coordinateur de l'EFFIS (European Forest Fire Information System), alors même que la saison des feux n'est pas terminée. Au 15 août, les incendies avaient ravagé quasiment 663.000 hectares de forêts dans l'Union européenne, selon l'EFFIS.

Des feux de plus en plus fréquents et dévastateurs

Ce qui est inédit dans le phénomène actuel est la fréquence et l'ampleur de ces incendies. Aujourd'hui, ils s'attaquent même de plus en plus aux forêts tropicales, où sont historiquement plutôt atypiques. Selon les chercheurs, le réchauffement climatique, avec les vagues de sécheresse et de chaleur extrême qui en découlent, explique « probablement » en grande partie cette nouvelle tendance.

Or les incendies sont aussi responsables d'importantes émissions de gaz à effet de serre, qui renforcent le changement climatique. Plus précisément, non seulement ces feux de forêt par la combustion libèrent du dioxyde de carbone et d'autres polluants qui endommagent les écosystèmes forestiers. Mais ils libèrent aussi le CO2 enfoui dans les sols. En effet, comme les océans, les forêts constituent des puits de carbone majeurs :  les arbres absorbent une partie du carbone de l'atmosphère qui finit stocké dans l'arbre lui-même, mais aussi dans le sol. « Le CO2 s'est accumulé dans le sol pendant des centaines d'années et a été protégé par une couche humide sur le dessus. Ces incendies brûlent cette couche supérieure et libèrent ce CO2 », explique l'analyste de Global Forest Watch à l'AFP, James Mc Carthy.

Autrement dit, c'est un cercle vicieux : les incendies causés en grande partie par le réchauffement climatique le renforce. Lutter contre l'un revient donc à lutter contre l'autre.

Une cause parmi d'autres de la déforestation

Si les feux semblent être un danger majeur pour les forêts, ils ne sont ni le seul ni le plus important. Loin de là. Entre 2001 et 2021, les incendies ont été responsables à 21% du recul de la forêt. La sylviculture, l'ensemble des activités d'entretien et de gestion de la forêt, est responsable d'un peu moins de 30% des pertes en forêts dans le monde. L'agriculture itinérante, qui consiste à défricher un terrain, souvent par le feu, pour le cultiver un temps puis le laisser en jachère pour gagner d'autres terrains, compte, elle, pour 20%. Enfin, un autre facteur est la déforestation induite par la culture de produits de base, responsable de 20% aussi de la déforestation mondiale.

Certains pays ont pris la mesure de l'importance de ces autres facteurs. Ainsi, 141 Etats se sont engagés collectivement à « arrêter et à inverser la déforestation et la dégradation des sols d'ici 2030 » au cours de la déclaration des leaders de Glasgow sur les forêts et l'utilisation des sols en 2021.

Mais la forêt gagne du terrain dans certains pays

Mais malgré tout, la forêt s'étend dans beaucoup de pays depuis au moins le milieu du XXe siècle, relvèvent les chercheurs de l'Université d'Oxford Hannah Ritchie and Max Rose, dans leur article Deforestation and Forest Loss, publié en 2021. En Amérique du Nord et en Europe, la surface des forêts a augmenté, et ce de manière générale dans les pays dits développés. En France, par exemple, de 14 millions d'hectares en 1985, la surface de forêt est passée à 17 millions en 2018.

Ce phénomène a été observé, indiquent les deux auteurs, par le chercheur Alexander Mather qui l'a nommé le « Forest Transition Model ». En effet, dans les années 1990, il constate que les forêts refont surface dans beaucoup de pays industrialisés où elles avaient fortement reculé. De ces constats empiriques naît un modèle : une courbe en U qui lie les stades de développement d'un pays à la surface qu'y occupe sa forêt. Selon ses observations, aux premiers stades de développement, les pays rognent sur leur surface forestière, jusqu'à atteindre un seuil plancher (le bas du U). Puis vient le temps de la reforestation : les forêts regagnent du terrain pour revenir au niveau de forêt initial, voire le dépasser. Reste aujourd'hui à savoir jusqu'où le U remontera à l'échelle mondiale.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 20/08/2022 à 9:18
Signaler
Moins de biodiversité et moins de protection pour la nature tout simplement. Depuis le temps que nos sols sont aspergés de produits qui les tuent, que ce soit dans les champs et ailleurs, les produits ne restant pas bien obéissants sur place. Les zon...

à écrit le 19/08/2022 à 21:51
Signaler
Problème ce n’est pas la sécheresse, ni le réchauffement climatique de 2022, car en 1911, 1976 et 2003 il y eu des épisodes aussi intense, mais à cette époque on savait faire chauffer les moteurs de debroussailleuse ou le manche de faucille pour dés...

le 20/08/2022 à 7:10
Signaler
la plus grande des responsabilites et a impliquer a ceux qui se pretende ecolos et ont impose apres la tornede de 1999 que le bois mort reste sur place pour faire de lumus mais celui ci bien sec est tres sensible a la chaleur il faut que ces gens ...

à écrit le 19/08/2022 à 21:23
Signaler
Le souci est que les bordures sont coupees , pas partout, et ensuite il n y a pas de retardants naturel longue duree appliqué entre mai juin, donc que ce soit les routes les chemins ....... rien n est robuste, durable, stable, il serait bien d utili...

à écrit le 19/08/2022 à 17:40
Signaler
Il faut reconnaître que 2022 est, sur la pluviosité et la sécheresse très marquée qui en résulte, une année exceptionnelle. La forêt Française, c’est 17 millions d’hectares et on sera sans doute à moins de 1/2 pour cent de forêts détruites par le feu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.