L’urgence d’un "Green New Deal"

 |   |  1032  mots
(Crédits : Stephen Coates)
Pour lutter contre le réchauffement, l’UE affiche son volontarisme et la COP26, prévue en novembre 2020 à Glasgow, devrait accélérer les efforts. Mais les premiers signaux ne sont guère encourageants.

Certains l'ont déjà surnommé « le sommet qui doit sauver le monde ». La COP26, qui se tiendra mi-novembre 2020 à Glasgow, en Écosse, s'annonce comme un moment charnière dans la lutte contre le réchauffement climatique. Cinq ans après l'accord de Paris, elle ne devra pas seulement constituer un point d'étape sur les objectifs pris en 2016. Elle devra également remobiliser les États, insuffler un nouvel élan  et déboucher sur des engagements plus forts et contraignants.

« Les enjeux pourraient difficilement être plus grands », souligne la Fondation européenne pour le climat. Et de prévenir: « Si la COP26 venait à être un échec, ou simplement un succès diplomatique permettant aux Nations unies et à la présidence britannique de sauver la face mais sans augmenter de manière significative les ambitions de baisse des émissions de gaz à effet de serre, il deviendrait alors impossible de limiter la hausse des températures à 2 °C, et encore moins à 1,5 °C. »

Cette fourchette, s'étendant de la période préindustrielle à 2100, doit permettre d'endiguer les conséquences du dérèglement climatique. Et ainsi d'éviter des bouleversements sans précédent pour l'humanité. Mais elle apparaît aussi de plus en plus illusoire. Car les engagements pris à Paris par les 200...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2020 à 13:32 :
Question à 100 balles!
Combien va payer l'Australie pour ce méga incendie et les millions ou milliards de tonnes de co2
On peut aussi parler des incendies sur le territoire américain, nous quand on crame 200ha c'est un échec et 10000 ça les fait rigoler!
Sans oublier les centaines de milllions de tonnes de charbon extraites!
a écrit le 06/01/2020 à 15:37 :
400 milliosn d'europeens veulent sauver la planete quand les russes les chinois les indiens et les americains s'en tapent copieux
et on ne parle pas de l'afrique qui brule a gogo ( cf images satellites americaines)
suicider son economie pour sauver les autres, c'est tres noble et ca va amener un bon petit moustachu dont je vous dis que du bien! et faudra pas venir pleurer, on sait comment ca finit, et le venezuela, ca fera presque office de paradis en comparaison, c'est dire
a écrit le 06/01/2020 à 11:16 :
Bref... on utilise "des mégaphones" pour imposer un mode de vie a ses contemporains... sans évoquer "la politique de l'offre" très rémunératrice qui en est la principale responsable!
a écrit le 06/01/2020 à 10:33 :
La plus grande nuisance, la plus grande pollution de la planete ça reste encore l'humanité. C'est pour cela que finalement, le trump pourrai finalement être plus ecolo en provoquant des millions de morts que la greta avec ses couettes.
Quand au CO2, est il une cause ou un simple marqueur de l'activité humaine, de sa consommation d'energie, ça je reste profondement sceptique

En fait, je m'en bats un peu les oreilles, après le lapin, le deluge
a écrit le 06/01/2020 à 9:56 :
l'Australie va t elle renoncer au charbon ? La Chine? La Pologne ? Les US? Va t on renoncer collectivement au pétrole ?
Non. Donc la messe est dite.Amen
a écrit le 06/01/2020 à 9:33 :
Il est de plus en plus visible que notre oligarchie ne fera rien pour empêcher le désastre humain et environnemental que nous sommes en train de subir.

Ne pas mettre la responsabilité des véritables responsables sous leur nez c'est faire semblant mais c'est aussi éviter de se faire virer, je le comprends mais de ce fait on ne pourra jamais y arriver.

Pendant que le Titanic coule l'orchestre continue de jouer.
a écrit le 06/01/2020 à 9:28 :
l'écologie va t elle rapporter de l'argent ? tout est là, le reste est méprisable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :