La COP25, un coup d'épée dans l'eau dans la lutte contre le réchauffement climatique

 |   |  921  mots
(Crédits : NACHO DOCE)
La conférence climat de l'ONU, qui s'est terminée dimanche à Madrid, n'a pas été à la hauteur de l'urgence climatique en adoptant un accord a minima sans s'entendre sur des points essentiels en raison des réticences de certains Etats.

"Je suis déçu du résultat de la COP25", a déclaré le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres dans un communiqué. La communauté internationale a raté une occasion importante de faire preuve d'une ambition plus grande en matière d'atténuation (réduction des émissions de gaz à effet de serre), d'adaptation et de financement de la crise climatique", a-t-il insisté. "Nous ne devons pas abandonner, et je n'abandonnerai pas."

Après une année marquée par des catastrophes climatiques tous azimuts, les appels vibrants de millions de jeunes descendus dans la rue derrière la jeune Suédoise Greta Thunberg, et des rapports scientifiques toujours plus glaçants, les quelque 200 signataires de l'Accord de Paris étaient sous une pression sans précédent pour cette COP25 présidée par le Chili mais délocalisée à Madrid en raison de la crise qui frappe le pays d'Amérique du sud.

Mais au terme de cette conférence qui a débordé de plus de 40 heures son programme initial, tout le monde n'a pas vu dans les textes adoptés dimanche le reflet de cette demande d'actions radicales et immédiates. Cette COP "laisse un goût doux-amer", a commenté la ministre espagnole de l'Environnement Teresa Ribera. Le texte final appelle effectivement à des "actions urgentes" pour réduire l'écart entre les engagements et les objectifs de l'accord de Paris de limiter le réchauffement à +2°C, voire +1,5°C. Mais le langage est "tortueux" et le résultat "médiocre", a estimé Catherine Abreu, du Climate Action Network.

"Lointain souvenir"

"Les principaux acteurs dont on espérait des avancées n'ont pas répondu aux attentes", a déclaré Laurence Tubiana, architecte de l'Accord de Paris, notant toutefois que l'alliance des Etats insulaires, européens, africains et latino-américains, avait permis d'"arracher le moins mauvais résultat possible, contre la volonté des grands pollueurs." Un projet de texte sur les ambitions présenté samedi par la présidence chilienne avait provoqué une levée de bouclier de ces Etats, forçant à un nouveau round de consultations.

Mais malgré les améliorations, certains pays particulièrement touchés par les dérèglements climatiques ont exprimé leur colère. Le résultat "n'est pas proche du tout de ce que nous voulions. C'est le strict minimum", a dénoncé la représentante climat des Iles Marshall, Tina Stege. "Ces discussions reflètent le décalage entre les dirigeants d'un côté et l'urgence montrée par la science et les demandes des citoyens dans les rues", résume Helen Mountford, du think tank World Resources Institute, estimant que l'esprit de l'Accord de Paris n'était plus qu'un "lointain souvenir".

Au rythme actuel des émissions de CO2, le mercure pourrait gagner jusqu'à 4 ou 5°C d'ici la fin du siècle. Et même si les quelque 200 signataires de l'Accord de Paris respectent leurs engagements, le réchauffement pourrait dépasser les 3°C. Alors pour tenter de réduire cet écart, tous les Etats doivent soumettre d'ici la COP26 à Glasgow l'année prochaine une version révisée de leurs plans de réductions d'émissions. Mais les deux semaines de discussions ont mis en pleine lumière une division flagrante au sein de la communauté internationale en matière d'ambition.

Report de l'Accord de Paris

Sans surprise, quasiment aucun des grands pays émetteurs n'a fait d'annonce significative pour rehausser ses ambitions, ni donné de signe clair d'une telle intention pour 2020. Evidemment pas les Etats-Unis qui quitteront l'accord de Paris en novembre prochain, mais pas non plus la Chine ou l'Inde. Ces deux grandes économies insistent, avant d'évoquer leurs propres engagements révisés, sur la responsabilité des pays développés d'en faire plus et de respecter leur promesse d'aides financières aux pays en développement. Egalement dans le collimateur des défenseurs de l'environnement, l'Arabie saoudite, ainsi que le Brésil et l'Australie tous deux accusés de vouloir introduire des dispositions décriées dans les règles sur les marchés carbone. Malgré un an de discussion et des tractations intenses ces derniers jours, l'adoption de ce dernier reliquat du manuel d'utilisation de l'Accord de Paris a de nouveau été reportée.

Parmi les grands émetteurs, nombre d'observateurs ont au contraire souligné le rôle positif de l'UE qui a endossé cette semaine à Bruxelles l'objectif de neutralité climatique d'ici 2050, malgré les réserves de la Pologne. L'UE doit maintenant s'atteler à la tâche de présenter en 2020 un rehaussement de ses engagements pour 2030, ce qui pourrait donner le signal à ses partenaires internationaux de suivre l'exemple. Les Britanniques, qui organiseront la COP26, ont eux promis de tout faire pour que Glasgow soit un succès.

Greta Thunberg a d'ores et déjà prévenu que cette année de préparation se ferait sous la pression de la rue. "La science est claire, mais ignorée. Quoi qu'il arrive, nous n'abandonnerons pas. Nous ne faisons que commencer", a-t-elle lancé sur Twitter. De son côté, le président brésilien Jair Bolsonaro a dénoncé depuis Brasilia le "jeu commercial" auquel se seraient livrés selon lui les pays riches, notamment européens, à cette COP25. "Y a-t-il eu une résolution pour que l'Europe soit reboisée ou est-ce qu'ils continuent juste à perturber le Brésil?", a-t-il lancé. Le Brésil était censé accueillir cet événement, mais y a renoncé il y a un an, peu après son élection à la présidence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2019 à 13:44 :
Résultat sans surprise. On ne peut sur ce sujet dégager un consensus sans le support d'un programme technique ou scientifique cohérent. Les COP fonctionnent tant que l'on reste au niveau des déclarations d'intention. Pour aller au dela il faudra autre chose ; je doute que les gesticulations de Greta soient suffisantes car on est dans un domaine ou les intérêts économiques et industriels sont gigantesques.
a écrit le 16/12/2019 à 13:02 :
En quoi Greta Thunberg mérite-t'elle d'être mentionnée dans l'article? Pourquoi mettre en avant des ultras avec des discours outranciers et apocalyptiques sans fondements scientifiques ('la disparition de la race humaine' dit-elle)?
Réponse de le 16/12/2019 à 14:29 :
" Pourquoi mettre en avant des ultras"

Parce que les médias sont repus à la pensée binaire et de ce fait on oppose la bêtise néolibérale à la bêtise militante. Hier je regardais un "débat" c'était Darmanin contre je sais plus quel gauchiste, à savoir la certitude que rien de productif n'en ressortira.

Pareil avec le mouvement radical végan qui s'oppose à la mafia agro-industriel et-c, et-c... Pour ou contre ? Pendant que le Titanic coule, l'orchestre continue de jouer.

Tout est toujours fait pour que rien n'avance pour qu'au final les riches continuent d'être encore plus riche et tant pis si 'ceux qui ne sont rien" meurent et si la planète devient invivable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :