La finance verte, ses promesses et ses défis

 |  | 1136 mots
Lecture 6 min.
PRISE DIRECTE. Leviers clés pour accélérer la transition écologique des villes, les outils financiers tels que les « green bonds » sont en plein essor. Les avancées qu'ils permettent, mais aussi leurs limites, ont été débattues au Forum Zéro Carbone, organisé par La Tribune, en présence de Paul Simondon, adjoint à la Mairie de Paris chargé des finances, du budget et de la finance verte, Vincent Gaillard, directeur des finances de La Société du Grand Paris, Serge Bayard, directeur des entreprises et du développement des territoires de La Banque postale, Laurence Pessez, directrice RSE chez BNP Paribas et Lucie Pinson, fondatrice de l'ONG Reclaim Finance.

>> VOIR notre dossier « Cinq ans après la COP21 »

L'engouement pour les obligations vertes connaît un essor sans précédent : le marché mondial des titres émis pour financer des projets liés à l'environnement n'a cessé de croître, de 10 milliards de dollars en 2013 à 200 milliards l'an dernier. Et parmi les émetteurs, les collectivités locales sont de plus en plus nombreuses. La Ville de Paris a ainsi émis sa première obligation verte à la veille de la Cop21, suivie récemment par deux autres opérations. « Nous sommes à un total de 230 millions d'euros d'encours pour ces trois émissions sur une dette totale de 6,5 milliards d'euros », a indiqué Paul Simondon, adjoint à la Mairie de Paris chargé des finances, du budget et de la finance verte. L'outil garantit aux investisseurs « que les projets financés grâce à ces obligations remplissent un certain nombre de critères en termes d'impact environnemental et de solidarité. Nous leur devons ensuite un reporting sur ces projets », précise-t-il.

Quatrième émettrice d'obligations vertes au niveau mondial, la Société du Grand Paris (SGP) a quant à elle fait le choix de financer exclusivement par ces instruments la construction du nouveau métro automatique, qui devrait éviter l'émission de « 25 à 51 millions de tonnes de CO2 à horizon 2070 », d'après Vincent Gaillard, directeur des finances de La Société du Grand Paris. La SGP a levé...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2021 à 8:20 :
"mais aussi leurs limites"

Pas étonnant, suffit de laisser parler les politiciens pour qu'avant même de commencer ils pensent à arrêter.

Vu la tête de filou qu'il a le gars hein... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :