Le Parlement européen décrète l'urgence climatique et environnementale

 |   |  609  mots
(Crédits : Brian Snyder)
Les eurodéputés exhortent les 28 à se mettre d'accord sur l'objectif de neutralité carbone d'ici 2050 au plus tard.


Le Parlement européen a décrété jeudi l'urgence climatique et environnementale, un vote symbolique pour maintenir la pression sur les dirigeants de l'UE à l'approche de la COP25 sur le climat et avec l'arrivée d'un nouvel exécutif européen.

La résolution, adoptée à une majorité confortable (429 pour, 225 contre et 19 abstentions), affirme l'engagement du Parlement pour "limiter le réchauffement de la planète à 1,5ºC et éviter une perte massive de biodiversité". Il fait suite à des votes similaires dans plusieurs parlements  nationaux de l'UE, notamment en France, au Royaume-Uni ou en Autriche.

"Le fait que l'Europe soit le premier continent à déclarer l'urgence climatique et environnementale, juste avant la COP25, alors que la nouvelle Commission entre en fonction, et trois semaines après que Donald Trump a confirmé le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, est un message fort envoyé aux citoyens et au reste du monde", s'est félicité Pascal Canfin (Renew Europe, centre et libéraux), président de la commission Environnement du Parlement européen.

Le PPE (droite, principale force politique dans l'hémicycle) ne s'est pas joint à Renew ni aux sociaux-démocrates et aux Verts pour l'élaboration du projet de résolution commune qui a servi de base au vote de jeudi. Le groupe s'est divisé sur le vote final et près de la moitié des élus ont voté la résolution.

"Il y a urgence à agir mais pas un état d'urgence à déclarer", a expliqué Peter Liese au nom du PPE, qui plaidait pour l'utilisation d'un terme qui ne donnait pas l'impression de "panique". Mais au sein de la délégation française du PPE, qui a soutenu la résolution, Agnès Evren a de son côté salué une "position ambitieuse du Parlement européen pour la COP 25 sur les changements climatiques".

Satisfaits du vote, les Verts ont toutefois prévenu qu'il ne s'agissait pas d'en rester aux belles paroles. "Nous pouvons déclarer des urgences climatiques, mais les gens dans la rue ne demandent pas des déclarations, ils nous demandent d'agir", a averti l'eurodéputé vert néerlandais Bas Eickhout lors d'un débat précédant le vote.

Le Parlement, qui a une position plus ambitieuse que les Etats membres en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), a voté un second texte jeudi en prévision de la COP25 qui commence début décembre à Madrid. Il y exhorte une nouvelle fois les 28 à se mettre d'accord lors d'un sommet en décembre sur l'objectif de neutralité carbone d'ici 2050 au plus tard.

Les eurodéputés précisent par ailleurs que la réalisation de cet objectif passe par "une actualisation" des ambitions climatiques à moyen terme, et plaident pour une réduction des émissions de GES de 55% d'ici 2030.

Au lendemain de la confirmation de la nouvelle Commission, qui prendra ses fonctions le 1er décembre, le Parlement s'adresse également à la présidente élue Ursula von der Leyen, lui enjoignant d'inclure tous ses objectifs, nécessaires pour se conformer à l'accord de Paris, dans son "Pacte vert européen"."On a mis aujourd'hui un niveau d'exigence important. Le Pacte vert doit être la réponse à la hauteur de cette urgence", a souligné Pascal Canfin.

L'ONG WWF a salué une position forte du Parlement et appelé le nouvel exécutif à y répondre. "La Commission doit immédiatement entamer une refonte en profondeur des règles de l'UE en matière d'agriculture, de transport et de commerce, afin de les mettre en conformité avec l'accord de Paris sur le climat", a affirmé un de ses responsables, Imke Lübbeke.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2019 à 10:29 :
Nous pouvons être sûr que tout passera par la financiarisation sans toucher d'un iota le fameux dogme de l'UE de Bruxelles de la liberté de circulation et du productivisme qui en est la cause principale.
L'UE ne voit que "réforme", là où il devrait y avoir "adaptation".
a écrit le 29/11/2019 à 8:50 :
"Urgence climatique et environnementale"
Tous d'accord mais pas avec de nouvelles taxes européennes,j'espère.
Vont-ils faire du lobbying aux USA,Chine,Inde,...?
a écrit le 29/11/2019 à 7:33 :
Gesticulation et incantation.
a écrit le 28/11/2019 à 21:33 :
C’est vraiment la c******** , tout ça :
Avec le niveau d’évolution que l’humanité a actuellement il est «  possible de faire «  geler le Pôle Nord et créer «  les paramètres d’origine «  Quand
la terre était en « en bon état « 

Que des balivernes pour faire fondre l’argent vers leur patrimoine ... et ... continuer à diviser pour régner ...

L’écologie est possible mais leur avidité est au dessus de tout ... c’est bien ça le problème d’ailleurs, le fait que leur cœur soit juste une fonction.
a écrit le 28/11/2019 à 20:23 :
Nous pouvons être sûr que tout passera par la financiarisation sans toucher d'un iota le fameux dogme de l'UE de Bruxelles de la liberté de circulation et du productivisme qui en est la cause principale! L'UE ne voit que "réforme", là où il devrait y avoir "adaptation"!
a écrit le 28/11/2019 à 20:22 :
Nous pouvons être sûr que tout passera par la financiarisation sans toucher d'un iota le fameux dogme de l'UE de Bruxelles de la liberté de circulation et du productivisme qui en est la cause principale! L'UE ne voit que "réforme", là il devrait y avoir "adaptation"!
a écrit le 28/11/2019 à 19:01 :
Les 1.5°C seront déjà dépassé avant 2050 si on arrête de polluer aujourd'hui. Le climat a une certaine inertie pour transformer le CO2 en t°. L'accord de Paris est déjà mort.

Si on ajoute à celà le nihilisme de nos dirigeant européens...

Après tout, 2050 c'est vachement loin il peu se passer beaucoup de choses d'ici là, elle ne sera peut-être même plus de ce monde.

D'un autre coté, elle vient de la CDU donc peut-être que dieu va nous sauver?!
a écrit le 28/11/2019 à 17:37 :
Nous pouvons être sûr que tout passera par la financiarisation sans toucher d'un iota le fameux dogme de l'UE de Bruxelles de la liberté de circulation et du productivisme qui en est la cause principale! L'UE ne voit que "réforme", là il devrait y avoir "adaptation"!
a écrit le 28/11/2019 à 16:40 :
La première neutralité carbone, c'est la neutralité démographique, mais ça, les dirigeants européens n'en parlent pas.
Réponse de le 28/11/2019 à 17:07 :
Dans quels pays d'abord ? Le pays riches, ce sont eux les pollueurs avec leur train de vie, confort, etc.
Neutralité par rapport à quoi ? Deux enfants par couple pour "remplacer" les deux parents qui disparaitront avant leurs 2 enfants ? Moins ? Plus ? Quid des célibataires comme moi, il faut prévoir un jeune pour prendre ma "case" humaine quand je vais partir.
Consommer moitié moins d'énergie, chez nous, serait déjà pas mal (le scénario de l'ADEME pour une autosuffisance en énergie verte en 2050 (?) c'est déjà -50% énergie consommée par la France, globalement).
Réponse de le 28/11/2019 à 17:33 :
L'évolution démographique a la surface du globe est effectivement une véritable bombe à retardement. Mais comme le souligne photo73, par qui commence t'on? Les pays les plus pollueurs ? Dans cette catégorie on trouve les pays riche, USA, Chine, UE, Japon, etc. Les pays les moins polluants sont ceux avec la démographie la plus galopante. D'autre part, il est prouvé que les personne sans enfants polluent plus car plus libre de voyager, consommer, vivre de manière complètement égoïste en fin de compte...
a écrit le 28/11/2019 à 15:47 :
Bah on s'en tape puisqu'il n'a aucun pouvoir le parlement européen, on vote juste pour savoir quel parti politique va capter le plus d'argent public européen (hou celle-là elle est pas passée souvent mais bon si on essaye pas hein... :-), on attend que les actionnaires milliardaires décrètent qu'il faille lutter contre la pollution d'abord et avant tout, puisque ce sont eux les seuls décideurs, et attention aux mots svp, merci.
Réponse de le 28/11/2019 à 16:22 :
La lutte se fera lorsque ceux qui appartiennent a l’apparatchisme européens, aurons peur pour leurs enfants (c'est peut être le cas).

Mais le fait de savoir depuis longtemps ce qui se passe, permet d'avoir des doutes quant a la sincérité de la démarche....

Comme le système de vote n'est pas adapté, disons que dire n'est pas faire....
Réponse de le 28/11/2019 à 17:08 :
Le problème majeur c'est qu'ils sont persuadés qu'il faille d'abord et avant tout gagner plein de fric afin de se sortir de toutes les situations et quand on voit nos parlementaires européens accepter depuis des années de faire semblant cest franchement désespérant. Sans parler du fait qu'ils patiemment, machinalement, précautionneusement éliminé a la tête de l'Europe tout ceux qui avaient un temps soit peu de jugeotte afin de pouvoir magouiller tranquille.
a écrit le 28/11/2019 à 15:44 :
Voilà c'est fait, maintenant les parlementaires peuvent prendre l'avion et partir en vacances ou en congé bien mérité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :