Bank of America renoue avec le gigantisme

 |   |  800  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La crise de 2007-2009, avec en point d'orgue la faillite de Lehman Brothers, avait pu laisser penser que la finance américaine resterait longtemps à genoux. Moins de quatre ans plus tard, il n'en est rien. « Les États-Unis ont constitué des banques plus puissantes qu'avant la crise, tant en banque de détail que dans les activités de marchés », constatait Baudouin Prot, président de BNP Paribas, dans un entretien à La Tribune, le 1er décembre 2011.

L'exemple le plus symbolique de ces colosses forgés sur les cendres de Lehman Brothers est sans doute Bank of America (Bofa). Retour dans le passé : nous sommes le samedi 13 septembre 2008. Dans deux jours, Lehman Brothers mettra la clé sous la porte. Les autorités américaines verraient bien Bofa sauver la banque d'investissement. Mais, surprise, le choix de Bofa se porte finalement sur la mythique banque d'affaires new-yorkaise Merrill lynch. le rachat est bouclé en quelques heures, pour 50 milliards de dollars, soit 29 dollars l'action, une bouchée de pain par rapport aux 98 dollars auxquels Merrill lynch cotait début 2007, avant que n'éclate la crise des subprimes (crédits hypothécaires américains à risque).au coup de théâtre s'ajoute le coup de maître : cette opération menée tambour battant fait gagner dix ans à Bank of America sur son plan de marche, plastronne alors son patron de l'époque, Kenneth Lewis. De fait, l'acquisition du numéro 1 mondial du courtage, également l'une des meilleures banques d'investissement au monde, bombarde la provinciale Bank of America - son siège ne se situe pas à Wall Street, mais en Caroline du nord - première banque des Etats-Unis, avec 2...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :