La Slovénie échappe provisoirement aux griffes de la Troïka

 |   |  577  mots
Janez Jansa, premier ministre slovène. Copyright Reuters
Janez Jansa, premier ministre slovène. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le premier ministre slovène a confirmé que son pays n'avait pas besoin de l'aide européenne pour le moment. Le programme d'austérité devrait permettre de renflouer les banques. Mais pour combien de temps ?

La Slovénie ne veut pas être le sixième pays de la zone euro à appeler à l?aide internationale. Le premier ministre de l?ex-république yougoslave membre de la zone euro depuis 2007, Janez Jansa, a affirmé ce mercredi à Maribor, dans le nord du pays, que son gouvernement n?entendait pas faire appel au FESF ou au MES pour renflouer le système bancaire du pays. « Pour le moment, le danger est écarté que nous demandions l?aide du FMI ou du mécanisme d?aide européen », a-t-il indiqué.

Sauvetage bancaire

La première banque du pays, la Nova Ljubljanska Banka (NLB), est en difficulté. Partiellement privatisée, cette banque peine à atteindre le ratio de solvabilité de 9 % exigé depuis dimanche par l?Union européenne. La banque belge KBC, qui possède 25 % de la NLB, n?a pas souhaité participer à une levée de fonds et c?est donc l?Etat slovène qui doit mettre la main à la poche pour 383 millions d?euros. Une somme considérable pour un Etat qui a affiché en 2011 un déficit public de 2,3 milliards d?euros (soit 6,4 % du PIB).

Austérité au menu

La semaine passée, le premier ministre n?avait pas exclu un « scénario à la grecque », d?autant que l?autre grande banque du pays, la Nova Kreditna...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :