Les éconolinks : crowdfunding, mort d'Hugo Chavez, fonds de pension, fiscalité créative...

 |   |  489  mots
Copyright Reuters. La ministre de L'Economie numérique, Fleur Pellerin, doit trouver comment exploiter au maximum le potentiel du crowdfunding.
Copyright Reuters. La ministre de L'Economie numérique, Fleur Pellerin, doit trouver comment exploiter au maximum le potentiel du crowdfunding. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le crowdfunding, en français « financement participatif » est à la mode. Le magazine Ecofutur en fait même l'un des secteurs d'avenir et un atout incontournable dans le jeu des entrepreneurs. Encore faudrait-il qu'il soit correctement encadré par l'Etat : c'est pourquoi les Echos se permettent de donner des conseils à la ministre de l'Economie numérique, Fleur Pellerin, pour en faire un moteur de croissance en période de crise. Certains secteurs ne se privent pas pour recourir à ce mode de financement original : le cinéma, comme l'explique le site GQ, et le sport. Enfin, Libération recense dix projets étonnants qui sont passés du rêve à la réalité grâce au crowdfunding. Alors, prêts à vous lancer ?

Chaque jour, La Tribune propose une liste de liens qui réunit les articles qu'elle juge les plus pertinents sur la Toile pour éclairer l'actualité.

Le crowdfunding ou l?internet rentable. Pour financer leurs projets en contournant la frilosité des banques, des milliers d?entrepreneurs font désormais appel aux internautes. Le supplément économie de Libération, Ecofutur, décrypte cette tendance.

Crowdfunding : ce que Fleur Pellerin doit faire. Le gouvernement fait des yeux de chimène au crowdfunding, qu?il voit comme un moteur de croissance en période de crise. Or, entre les nombreux verrous réglementaires et le conservatisme des régulateurs bancaires, il est difficile de remettre un financement direct de l?économie par les épargnants, mettent en garde Les Echos.

Le crowdfunding est-il l?avenir du cinéma ? "Inocente", premier film à financement collaboratif récompensé aux Oscars, prouve que le crowdfunding a désormais sa place dans l'industrie du cinéma, raconte le magazine GQ.

Le financement participatif gagne le monde du sport. L'OM propose à des PME de devenir "entreprises supportrices" du club, moyennant 90 euros. La plus créative figurera le temps d'un match sur le short des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2013 à 9:17 :
Les avantages du crowdfunding pour relancer l'économie ne sont plus à démontrer. Le succès du financement participatif doit être exploité et appliqué dans le financement des projets de développement qui certainement aura plus d'impact direct sur l'économie. www.devhope.com est l'une des plateformes citoyennes qui a saisi son importance.
a écrit le 08/03/2013 à 23:57 :
Il y a un an, presque jour pour jour, un premier appel avait été lancé par les tenors du crowdfunding en France pour faire évoluer les choses : http://www.alloprod.com/un-cadre-legislatif-et-reglementaire-pour-le-crowdfunding-decryptage-du-manifeste/
a écrit le 08/03/2013 à 18:30 :
Dans le contexte actuel de ralentissement de l'économie les banques prêtent de moins en moins. En parallèle, les encours de livrets A augmentent... les 258 milliards d'euros épargnés sur les livrets A sont quasi- inutiles pour notre économie. Dans le même temps, les PME français sont financées par les banques à 90%. Le financement participatif est une alternative intéressante. Le crowdfunding est même actuellement un sujet au coeur des préoccupations du gouvernement. Dans cette optique des sites comme www.particeep.com visent à re- dynamiser le financement des startups et PME, en donnant aux investisseurs particuliers et professionnels un rôle actif dans l'économie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :