Que ferait la gauche allemande si elle revenait au pouvoir ?

 |   |  1388  mots
(Crédits : Reuters)
Si Peer Steinbrück devient chancelier, ou si son parti entre dans la majorité, l’Allemagne et l’Europe changeront-elles ? Sans doute pas. Revue des détails des scénarios.

Si les chances de Peer Steinbrück, le candidat social-démocrate à la chancellerie, de parvenir à la « machine à laver », le siège berlinois de l'exécutif allemand, sont très minces, on ne peut en écarter catégoriquement la possibilité. Et dans ce cas, que se passerait-il en Allemagne et en Europe ? On doit répondre à cette question en deux temps. D'abord, en présentant les prétentions du parti social-démocrate, destiné à imposer son candidat à la chancellerie. Ensuite, en évaluant ce que deviendrait ce programme dans une coalition gouvernementale.

D'abord, le salaire minimum

Que veut la SPD ? Peer Steinbrück a publié le 29 août dernier son plan de marche pour ses 100 premiers jours à la chancellerie. Ce plan, détaillé en neuf points commence par l'instauration d'un salaire minimum unique de 8,5 euros par heure, puis l'on trouve, pêle-mêle, une loi d'égalité salariale entre hommes et femmes, une simplification des règles de départ à la retraite, des investissements dans la petite enfance et le logement. Restent alors deux points importants : une réforme fiscale et une meilleure régulation des marchés financiers.

Le programme financier et fiscal de la SPD

Sur ces deux points, Peer...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :