Les producteurs de biocarburants demandent le maintien d'une fiscalité favorable

 |   |  969  mots
En France, le biodiesel est notamment fabriqué à partir de colza. Copyright Reuters
En France, le biodiesel est notamment fabriqué à partir de colza. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Réunis sur le salon de l'agriculture qui se tient à Paris jusqu'au 4 mars, les producteurs d'éthanol et de biodiesel publient leur revendications à destination des candidats à la présidentielle.

Les producteurs d'éthanol et de biodiesel ont investi collectivement 2 milliards d'euros dans leur outil de production et entendent bien le rentabiliser. En pleine campagne présidentielle, les industriels français des biocarburants profitent du salon de l'agriculture pour publier leur « livre blanc ». Celui-ci contient sept propositions visant à pérenniser les débouchés d'une filière de plus en plus controversée.

Ces demandes consistent essentiellement à contrer des distorsions de concurrence avec des produits importés de pays non européens, à maintenir une fiscalité favorable au moins jusqu'à fin 2015 et enfin à favoriser le développement de biocarburants existants ou en phase de développement. Les professionnels réclament surtout une « feuille de route précise quant aux objectifs d'incorporation des biocarburants » et une réaffirmation publique claire du soutien à la filière.

Réunis au grand complet lors du salon de l'agriculture, les représentants des filières bioéthanol (substituable à l'essence) et biodiesel (susceptible de remplacer le gazole) n'ont pas manqué de rappeler les vertus des biocarburants : bénéfices environnementaux grâce à la réduction des émissions de CO2...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2012 à 11:52 :
Les agrocarburants sont très corrosifs et abîment les moteurs. De plus, ils sont très cher à élaborer et leur bilan, d'après de récentes études semble négatif, c'est-à-dire qu'il faut plus d'un litre de fuel fossile pour élaborer un litre de flexfuel, par exemple. L'intérêt est donc nul, sinon que les cultures de céréales destinées aux agrocarburant accaparent des terres pour rien alors que l'on pourrait produire des céréales pour nourrir des populations qui de ce fait meurent de faim. La production d'agrocarburants est donc un eproduction de nécrocarburants et s'apparente à l'industrie du mal comme l'est le tabac, par exemple.
a écrit le 01/03/2012 à 22:13 :
Si Sarko est élu alors cela sera maintenu car le quasi seul producteur de biocarburants est Xavier Belin et les fonds d'investissement qui le soutiennent. Comme il est copain avec Sarko et que Sarko a déjà été généreux sur les prix de rachat des biocarburants alors ne vous attendez pas à ce que cela change si Sarko reste en place ... Voila pourquoi il faut mettre fin au business des copains afin qu'enfin ce soit l'intérêt général qui prime de nouveau ...
Réponse de le 05/03/2012 à 12:52 :
Vous avez raison de dire qu'il y a des monopoles en France ; surtout dans les corps gras ! On se demande encore pourquoi la comission européenne ne s'est pas encore penché sur ce cas particulier.Comme dit un adage : "Il n'y a rien de plus cher qu'un ami !" - Alors à qui profites le crime ?
a écrit le 01/03/2012 à 8:59 :
Question : Il ya des millions d'années, le pétrole (et le charbon) se sont formés à partir de quoi ?
Réponse : A partir d'algues, de végétaux et de micro-organismes déposés et recouvert de sédiments et qui sous les effets de température et de pression se sont transformés en pétrole ou en charbon.

A l'instar de l'eau, on appelle cela le "cycle carbone". Tout l'objet des recherches en matières de carburant (mais pas seulement) alternatif au pétrole ne vise qu'à reproduire à une echelle de temps extremement courte ce cycle ; tout en evitant d'entrer en conflit avec d'autres besoins fondamentaux (se nourrir) et la protection de l'environnement. Même la méthanisation des déchets est une exploitation de ce cycle carbone !
a écrit le 29/02/2012 à 13:06 :
Ces agro- ou bio-carburants, comme on veut, sont tout simplement des contresens absolus. Ils stérilisent des terres qui ne produisent don plus d'alimentation pour les humains et l'élevage.
D'autre part, il faut quelque 0,7l de pétrole pour produire 1 litre de "bio-carburant" dont le pouvoir énergétique est de 30% inférieur à celui du carburant "pétrolier". Donc pzar une simple règle de trois, on voit qu'il faut consommer 1l de pétrole pour produire son équivalent énergétique en "bio". C'est un schéma "perdant/perdant". A abandonner sans délai!
a écrit le 28/02/2012 à 20:07 :
les biocarburant n'ont rien de bio, qu'on les nomme agrocarburant serait plus vrai, voir nécrocarburants , encore plus vrai !
Réponse de le 29/02/2012 à 12:20 :
Stop à l'assistanat des nécrocarburants qui affament les populations les plus pauvres de la Terre en tuant plus de 5000 enfants par jour qui meurent dans des souffrances atroces. Le business est insensible aux malheurs du monde, mais les politiques doivent veiller à ce que l'humain l'emporte sur l'infamie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :