Solaire : le leader mondial First Solar licencie 30 % de son effectif

 |   |  444  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
La litanie des faillites et autres dégraissages se poursuit jour après jour sur un secteur solaire en pleine tourmente. Après SunPower lundi, c'est ce mardi un autre américain, First Solar, leader mondial des panneaux solaires à couches minces, et deuxième producteur en volume, qui annonce 2000 licenciements et la fermeture de son usine de Francfort en Allemagne.

Certes, First Solar n'en est pas au stade de la faillite, qui a vu disparaître ces derniers mois  les américains Evergreen et Solyndra, les allemands Solon, Solar Millenium et début avril Q-Cells, ou encore il y a quelques jours l'italien Solardays.

Le partenaire pressenti (et fournisseur avéré) d'EDF EN, dont le projet d'implantation industrielle à Blanquefort (Gironde) était jusqu'à présent officiellement suspendu et non abandonné, annonce néanmoins un sévère dégraissage, comme son rival américain SunPower (détenu par Total), qui a annoncé hier lundi la fermeture de son usine de 125 MW aux Philippines : 2.000 licenciements, soit  30 % de ses effectifs, liés pour partie la fermeture de son usine de Francfort, qui avait doublé le nombre de salariés l'année dernière à 1.200 personnes.  Ils concernent aussi une réduction des capacités de production en Malaisie où 4 des 24 lignes de fabrication seront stoppées ainsi que des suppressions de postes en Europe et aux Etats-Unis.

Selon les déclarations de son PDG Mike Ahearn, le marché européen s'est tellement détérioré que le maintien de capacités de production sur le Vieux Continent de First Solar, qui a perdu 39,5 millions de dollars (30 millions d'euros) en 2011 et dont l'action a dévissé de 85 % en un an, n'est "pas dans l'intérêt à long terme de ses actionnaires." L'entreprise doit "se concentrer sur la réduction de la production et des dépenses", et redéployer ses ressources "sur les marchés où elle peut espérer une forte croissance dans les prochaines années", a-t-il poursuivi.

Tout le marché européen est au ralenti

Suite à ces coupes claires, First Solar espère réduire ses coûts de production de 30 à 60 millions de dollars  cette année, puis de 100 à 120 millions de dollars l'année suivante. 245 à 370 millions de dollars seront provisionnés au titre de charges de restructuration, principalement dans les résultats du premier trimestre.

Les baisses de tarifs de rachat de l'électricité photovoltaïque, tenues pour responsables de l'atonie du marché européen, se succèdent dans tous les pays.  Après le moratoire instauré en France en décembre 2010, la généralisation des appels d'offres et le plafonnement du marché à 500 GW par an, l'Allemagne a annoncé en février dernier une révision de ses tarifs de rachats de 30 % à la baisse, bientôt suivie par l'Italie. La Grande-Bretagne pourrait à son tour annoncer prochainement une réduction de 50 %.

Rien d'étonnant dans ces conditions à ce que la capacité photovoltaïque installée dans l'année chute de 17,5 GW en 2011 à 10 GW en 2012 (soit une baisse de 42 %), selon les prévisions du cabinet Grant Thornton.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :