L'américain First Solar contraint de vendre son grand projet Topaz

 |   |  446  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Le couperet du 30 septembre, date de la fin du programme américain d'aides aux "cleantech", aura été fatal au projet de centrale au sol "Topaz" de First Solar. Faute de pouvoir terminer son dossier à temps, le premier fabricant américain de panneaux solaires vient d'annoncer qu'il n'obtiendra pas la garantie de crédit de 1,9 milliard de dollars sur laquelle il comptait pour financer ce projet - un des plus grands du monde - d'une puissance de 550 MW dans le désert californien.

Dans un bref communiqué, il explique en conséquence être "en discussion avancée" pour vendre le projet à un acquéreur capable de le financer sans garantie fédérale. Ce qui reste un point-clé pour First Solar, en tant que fournisseur des panneaux de la future centrale.

Un coup dur pour First Solar

Est-ce une réplique de la faillite récente du groupe solaire Solyndra, qu'avait largement soutenu le gouvernement Obama avec un prêt garanti de 535 millions de dollars ? Une preuve de la nouvelle méfiance qui entoure le solaire aux Etats-Unis ? Faut-il s'inquiéter spécifiquement pour la technologie des panneaux solaires en couches minces, alors que le prix du silicium continue à chuter ?

C'est en tout cas un coup dur pour First Solar, déjà en difficulté côté recettes, et dont Topaz était l'un des projets phares. L'action First Solar a chuté de près de 10% jeudi, et reculait encore de près de 7% vendredi, autour de 66,8 euros, à son plus bas depuis plus de quatre ans, en avril 2007 ! C'est d'autant plus décevant pour le groupe que Topaz avait reçu en juin dernier un feu vert "conditionnel" du Département de l'Energie, et une garantie sur deux autres méga-centrales, pour un total de 4,5 milliards de dollars. Une garantie fédérale certifie qu'en cas de défaut de paiement, le Trésor américain remboursera. Et généralement, cela pousse dans la foulée des banques publiques à avancer les fonds.

Une histoire à rebondissements

Topaz devait démarrer en 2014 et produire 1,1 million de MWh qui devaient être vendues à Pacific Gas & Electric dans le cadre d'un contrat conclu sur 20 ans.
En revanche, deux autres grands projets de First Solar, celui de Desert Sunlight (550 MW) et celui d'Antelope Valley Solar Ranch 1 (AVSR1), de 230 MW, "restent dans les tuyaux" d'une possible garantie du DoE pour des crédits d'au total presque 2,5 milliards de dollars. Verdict d'ici huit jours.

First Solar a pour stratégie de revendre les centrales qu'il installe, mais seulement une fois construites, pas comme ici dans la hâte pour cause de manque de financement. Ainsi, NRG Energy a racheté la centrale au sol d'Agua Caliente (290 MW) dans l'Arizona et celle de Solar Ranch (230 MW) en Californie. Le géant canadien Enbridge, lui, a également racheté une centrale solaire. Tous deux pourraient être de possibles acquéreurs de Topaz.

Le projet Topaz a déjà une longue histoire à rebondissements : First Solar avait racheté le projet à OptiSolar en mars 2009 puis racheté une option sur des terrains auprès du groupe de solaire thermique Ausra, pour un projet avorté "Carrizo", terrains sur lesquels First Solar a décidé d'implanter Topaz.

Green Business - le site de référence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :