Six mythes brisés sur les énergies renouvelables

 |  | 619 mots
Lecture 4 min.
14% de l'électricité produite aux Etats-Unis proviennent d'énergies renouvelables, 19% du nuclaire
14% de l'électricité produite aux Etats-Unis proviennent d'énergies renouvelables, 19% du nuclaire
Trop chères, trop aléatoires ou pourvoyeuses de millions d'emplois... Le Wall Street Journal a passé au crible six mythes sur les énergies renouvelables, Eclairant.

1. Une source d'énergie insuffisante.

Si les énergies solaire et éolienne ne représentent qu'une infime partie de l'énergie produite aux États-Unis, l'hydroélectricité permet, elle, d'en produire en grande quantité. "Pris ensemble, l'hydroélectricité et les autres sources - biomasse, géothermie, solaire et éolienne - représentaient 12% de l'électricité américaine produite l'an dernier, et près de 14%, déjà, cette année. A côté, le parc nucléaire n'en fournit que 19%", pointe le journaliste Keith Johnson.

> Lire aussi : Nucléaire ou renouvelables, est-ce vraiment la question ?

2. Elles pourront remplacer toutes les énergies fossiles d'ici 2050

D'après des chercheurs du Laboratoire national de l'énergie renouvelable, les États-Unis pourraient produire 80% de leur électricité via les énergies renouvelables d'ici 2050. Pour cela, le pays devrait fournir 20.000 MW-h d'énergies renouvelables supplémentaires chaque année pendant 20 ans, puis 40.000 MW-h en plus par an, par la suite. "Ce qui pourrait être difficile, a révélé l'étude, c'est de trouver une place pour mettre toutes ces fermes solaires, éoliennes et hydroélectriques", relève le rédacteur, qui estime qu'il n'y a aucune chance pour que cela soit effectif d'ici 2050.

> Lire aussi : La fin des énergies fossiles attendue dans moins de... 50 ans.

3. Elles coûtent trop cher.

Selon une étude du Journal of Environmental Studies and Sciences, l'énergie fossile coûte 3 centimes de dollars par KW-h, le gaz 6,2 centimes, l'énergie éolienne 8 centimes et le photovoltaïque 13,3 centimes. "Mais il y a deux choses à retenir", souligne Keith Johnson. "Les prix baissent rapidement, grâce aux avancées techniques", explique-t-il. Le dernier relevé mensuel du Département de l'énergie a ainsi montré que le prix de l'énergie éolienne avait baissé de 4 centimes par KwH. "Il faut également aborder la question des coûts cachés. L'électricité au charbon, par exemple, a des effets nocifs tels que la pollution de l'air, les impacts sur la santé et les émissions de dioxyde de carbone qui contribuent au réchauffement climatique", ajoute-t-il. Et au final, tout cela a également un coût.

> Lire aussi : Les coûts cachés des énergies renouvelables.

4. Elles varient en fonction du temps.

Malheureusement, le soleil ne brille pas toujours et le vent ne souffle pas tout le temps. "Une ferme éolienne peut être volatile. Mais des douzaines de fermes éoliennes sur des dizaines de kilomètres carrés le sont beaucoup moins. Le vent souffle toujours quelque part", note le journaliste.

5. Elles ne peuvent pas concurrencer le gaz naturel.

"Avec le boom de la production américaine de gaz naturel, beaucoup ont conclu que les énergies renouvelables seraient battues par cette énergie relativement propre et bon marché. Alors que le gaz naturel a transformé le secteur de l'électricité, il vient en complément des énergies renouvelables, pas en concurrent", insiste Keith Johnson. "Les tendances nationales montrent que ces deux énergies peuvent grandir ensemble. La production d'électricité par gaz naturel a progressé de 34% entre 2009 et 2012. Celle produite par éoliennes a augmenté de 92% durant la même période", rappelle-t-il.

> Lire aussi : Le boom du gaz naturel pourrait freiner l'essor des énergies renouvelables aux États-Unis.

6. Elles vont créer des millions d'emplois.

Durant la campagne présidentielle de 2008, Barack Onama avait prédit que les énergies renouvelables créeraient cinq millions d'emplois verts. "La production des énergies solaire et éolienne a doublé depuis son élection, pas le nombre d'emplois verts", remarque le rédacteur. Les États-Unis comptaient seulement 3,4 millions de "green jobs" en 2011. "Le secteur du charbon emploie, de son côté, 150.000 personnes, son plus haut niveau depuis la moitié des années 90", pondère-t-il.

> Lire aussi : Comment créer 60 millions d'emplois verts en 20 ans ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2013 à 13:44 :
Autrefois, avec des "si", on mettait Paris en bouteille...
Aujourd'hui, avec des "si", on est capable la terre entière avec du renouvelable !
a écrit le 26/10/2013 à 0:28 :
4 bonnes raisons qui font que les Allemands vont poursuivre leur Transition Energétique: ---- 1° Le surcout pour les consommateurs reste raisonnable car les Allemands sont économes dans leur consommation électricité, en moyenne 30% de moins qu'en France. La facture d?électricité d'un ménage Allemand ne dépasse pas celle d'un ménage Américain qui bénéficie d'une électricité 3 fois moins chère.---- 2° Les Allemands ont un objectif à long terme ambitieux, motivant et exemplaire: se débarrasser des énergies polluantes: nucléaire, charbon et pétrole ---- 3° les Allemands voient dans la Transition une extraordinaire opportunité de devenir maitres de leurs approvisionnements énergétiques, supprimer les monopoles et les intermédiaires. C'est ce qui explique pourquoi plus de la moitié des éoliennes et panneaux solaires Allemands appartiennent aux habitants.----4° Cette Transition est très bénéfique aux emplois locaux Allemands, déjà 300 000 créations.
a écrit le 02/10/2013 à 13:59 :
Encore une fois pour défendre les énergie renouvelable, une analyse superficielle et peu éclairante.
1. Source insuffisante : Les chiffres donnés sont gonflés en ajoutant l'abondante, efficace et pas très couteuse production de l'hydraulique, à celle des sources qu'on nous demande de subventionner en masse. L'hydraulique, ça fait 100 ans qu'on en fait, et ça marche bien. Mais dans des pays comme la France on est arrivé à la limite, et continuer à développer demanderait de détruire des rivières et des vallées préservée. Pour le solaire et l'éolien, on part de très bas, il faut multiplier la production par un facteur énorme pour que ce soit significatif, et vu le coût et l'impact de la production actuelle, ça parait peu évident. Le livre "L?énergie durable ? Pas que du vent !" disponible en ligne donne des repères utiles sur la surface que couvrirait les éoliennes nécessaire à alimenter toute l'Angleterre.
2. Arriver à 100% d'ici 2050 : L'Allemagne ne se donne comme objectif que 80% en 2050, ce qui est inférieur au taux d'électricité décarbonée aujourd'hui en France. Les scénario à 100% demande un surdimensionnement impressionnant, et d'énorme ressources de stockage pour pallier aux creux de production occasionnels.
3. Le coût : L'éolien n'a quasiment pas baissé sur les 10 dernière années. Il a monté entre 2006 et 2009, et la valeur de 2009 est maintenant utilisé pour prétendre qu'il a baissé alors qu'il n'a guère fait plus que revenir au niveau de 2006. Pour le solaire, la baisse des panneau a été impressionnante, mais on arrive au stade où c'est le coût du système complet et de l'installation qui domine, et il est difficile de progresser beaucoup sur ce plan.
4. Variation. Oui, l'éolien varie beaucoup même à l'échelle d'un pays entier. Fin janvier, l'éolien allemand a connu son record 2013 à 23 GW. 15 jours plus tard, c'était le minima à 0,13 GW, soit 180 fois moins. Entre la semaine la moins et la plus productrice, il reste un facteur 8, alors qu'on ne sait pas stocker une semaine d'électricité, ni même une journée entière. Pour faire venir l'électricité en masse d'un autre pays, il faut d'énormes lignes hautes tensions, et il faut que celui produise à ce moment assez pour couvrir la demande de 2 pays, ce qui est très hypothétique
5. Concurrence gaz naturel : En fait, les prix du gaz US ont déjà assez augmenté pour qu'il ne concurrence plus directement le charbon, +13% de charbon sur le début 2013, et les producteurs continuent à réduire la production pour avoir une meilleure rentabilité. Mais l'éolien aux US de son coté dispose de multiples mécanismes de subventions, crédits d?impôt, taux d'énergie renouvelable imposés, bonus PTC sur les tarifs, donc le voir augmenter ne dit pas grand chose sur la compétitivité entre les 2.
6. Création d'emplois. S'ils ne sont obtenus qu'à travers d'importants montants de subvention pour chaque emploi, ils ne sont pas plus bénéfiques que les fameux emplois aidés des socialiste en 1997. Et les calculs ramènent bel et bien le coût par emploi à des montants très élevés, d'autant plus qu'on le voit en Allemagne avec le solaire, ils disparaissent dés que la situation change, et que le volume d'installations se réduit.
Réponse de le 08/10/2013 à 15:26 :
vos propos me font rire , l'hydraulique ? , les barrages sont en béton et pas éternels , beaucoup d'ouvrages sont déjà en piteux état dans toute l'Europe , il faudra re-investir beaucoup d'argent et de béton , faire de nouveaux barrage ? bien des écologistes seront contre a propos d'un champignon ou d'un lézard , dans l'éolien alors là , ce secteur est subventionné par l'état et le contribuable via sa facture finale et qu'elle soit publique comme privé tout le monde paie la note du vent , a noter en allemagne il y'a 4 fournisseurs d'énergie électrique et le cout du solaire et de l'éolien , ben tout le monde paie en plus , la situation ne sera pas simple a gérer seule la R&D sera l'issue , pas a créer des décapsuleurs magnétiques pour canettes de bière ..
Réponse de le 13/10/2013 à 9:30 :
Les énergies renouvelable sont un nouveau lobby de nos riches qui peuvent ce permettre d'en mètrent en place chez eux et revendre leur production a des prix élever que vous et moi devront payer pour nous chauffer au prix fort. Faites le compte, à l'heure actuelle investir pour le commun des Français dans ce type d'énergie est un crédit en perspective qui ne sera remboursé que dans 10ans au minimum (prévision des vendeurs) ceci implique un rendement maximum qui est impossible dans notre pays. Le second soucis est la durée de fonctionnement sans panne. Quel bien de consommation actuelle continuera a fonctionner dans 10 ans???
a écrit le 27/09/2013 à 16:32 :
Ce que personne ne dit, avec la diminution et la fin des fossiles, est que vous ne pourrez pas extraire, transporter et transformer les matières premières sans elles. Tout s?arrêtera en même temps, transports, construction civile, agriculture, communications etc.., car tout est interdépendant. Retour en 1800, avant la révolution industrielle dans une vingtaine d?années.
http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/1972-2012-le-club-de-rome-confirme-114264
Réponse de le 01/10/2013 à 15:32 :
Les écolos diront que c'est pas grave : au moins, tous seront égaux dans la misère !!!
a écrit le 27/09/2013 à 13:46 :
merci encore merci de cet brillant article qui remet des pendules a l'heure a l'heure ou la démagogie est sur ces sujets tout azimuts , c'est vrai question emploi c'est très loin du compte , que les renouvelables il faut de la place , que leurs productions sont aléatoires , enfin que le cout de ces dernières est prohibitif , enfin le risque des renouvelables c'est l'obsolescence rapide , on a connu cela en informatique déjà , des panneaux solaires qui auront de meilleures rendements et un nouveau modèle tous les ans , ce qui effraiera le potentiel investisseur d'une technologie en mutation permanente et beaucoup investirons dedans une fois que l'obsolescence rapide se sera calmé , d'ici là les problèmes demeurent , dans quelques années 4 pays seront producteurs d'électricité que par le charbon ( inde , chine , USA et allemagne ) ils contribueront a plus de degats que de solutions et le renouvelable ne sera jamais compétitif , manque de place , énergie produite aléatoire , obsolescence , cout .. la liste est longue , quand aux habitants des villes qui y croient ils oublient la démographie humaine , la vie n'est pas la meme dans un pays occidental et au fin fond de la savane africaine .. tous les humains n'ont pas forcement accès a l'énergie ni a l'eau c'est encore une vérité ..
a écrit le 25/09/2013 à 13:58 :
"Ce qui pourrait être difficile, a révélé l'étude, c'est de trouver une place pour mettre toutes ces fermes solaires, éoliennes et hydroélectriques" aux USA... En Suisse, on a la place. Et aux USA pas??? Même la ville de Zurich dispose de suffisamment de place pour le photovoltaïque en cas de motorisation électrique légère de ses 100 000 pendulaires thermiques (étude EMPA). Bon, il est vrai que les Zurichois sont des gens redoutablement sérieux et précis.
a écrit le 25/09/2013 à 10:40 :
arrêtons avec le mythe des emplois verts, cela me fait penser un peu aux emplois liés aux services à la personne. on avance toujours des chiffres surévalués pour faire passer l'idée. Par contre il faut reconnaître qu'au moins pourles emplois dans le renouvelable il peut y avoir des perspectives d'évolution ce qui n'est pas le cas dans le services à la personne.
Le problème de ces 2 filières c'est que ce sont des filières subventionnées au maximum. sans subvention il n'y a plus de marché. Il faudarit également s'interroger sur le coût réél des investissements dans les énergies renovelables. n'y-a-t'il pas des industriels et des imporateurs qui margent un max sous prétexte de green business.
mais heiueusement les écolos ont la solution: développer le véhicule électrique à coup de subventions publiques avec à terme des problèmes de production et de distribution électrique bravo!
Réponse de le 25/09/2013 à 11:40 :
Les subventions sont tout à fait normales dans le cadre de la recherche de souveraineté et d'indépendance d'un pays. Le nucléaire était une énergie subventionnée, comme le sont les transports en commun. Pourtant ces deux exemples sont des succès et les français n'ont pas l'intention d'abandonner le nucléaire, les parisiens ne veulent pas abandonner le métro. L'énergie est une problématique de souveraineté nationale et de balance commerciale, et influe sur l'ensemble de l'économie d'un pays. Il est donc normal que les subventions orientent sa production vers l'objectif de long terme souhaité.
Réponse de le 25/09/2013 à 13:58 :
En parlant d'investissement à long terme, il faudrait que vous regardiez cette vidéo du Sénat : http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video12508.html excessivement éclairante, surtout sur l'éolien. Car quand je lis : "Le vent souffle toujours quelque part", je peux vous affirmer qu'il n'y a pas encore un typhon par jour aux US. A moins qu'ils le prévoient...
a écrit le 25/09/2013 à 10:15 :
Les énergies renouvelables présentent surtout le gros handicap d'être difficilement centralisable dans les mains des parasites habituels de l'économie. Mais rassurons-nous, ils travaillent rapidement a prendre le contrôle de tout ce que la nature nous offre, pour nous le refacturer avec leur "petite" marge au passage :-)
Réponse de le 25/09/2013 à 10:47 :
C'est déjà le cas pour la production hydro-électrique qui est sous la "responsabilité" de grandes entreprises. Sur le Rhin, c'est tout de même un total de près de 2 GW de turbines installées sur les différents barrages entre les environs de Bâle et Mannheim. De l'énergie renouvelable produite depuis plus de 30 ans ...
Réponse de le 01/10/2013 à 15:30 :
Mais oui ! Bravo ! Allons tous fabriquer ce dont nous avons besoin dans nos arrière-cuisines... Notre niveau va sûrement augmenter en revenant à un stade pré-artisanal ! L'industrie n'a qu'à bien se tenir quand on fabriquera nous-mêmes les micro-processeurs de nos ordinateurs et autres téléphones...
a écrit le 25/09/2013 à 10:14 :
Obama a raison, les energies renouvelables peuvent créer des milliers d'emplois : il suffit d'installer des vélos chez tous les chomeurs et de les faire pédaler!
Réponse de le 25/09/2013 à 11:53 :
Sachant que l'on peut récupérer a peu près 100W de puissance instantanée par personne, 3 millions de chômeurs, pédalant 35 heures par semaine, 47 semaines par an produiront donc 493 GWh... EdF produit 550TWh par an... Nos chômeurs produiront donc 1 millième de la consommation nationale... Allez.. pédalez plus vite les gars... :-)
Réponse de le 25/09/2013 à 13:45 :
meme pas de quoi alimenter une TV + une console histoire de lui faire passer le temps dans de meilleures conditions!!! :-)
Par contre on peut ameliorer le niveau moyen d'obesité, et toutes les maladies associées....



Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :