Birmanie : la destination qui monte

La Birmanie mythique, celle du royaume de Pagan livre, un à un, ses joyaux d'architecture dans un écrin de terre ocre : près de 2.000 temples, pagodes et stupas érigés à la gloire de Bouddha. Se perdre dans la magie de Pagan, c'est s'imprégner de l'atmosphère sereine de l'Ananda, symbole de la sagesse infinie de Bouddha, avec ses quatre représentations de 10 mètres de haut tournées vers les quatre points cardinaux ; de la douce pagaille des petites échoppes et la ronde des pèlerins venus apposer de fines feuilles d'or sur la statue du dieu pour exaucer leurs voeux. C'est aussi s'attarder sur la terrasse supérieure de la pagode Shwesandaw pour contempler le coucher de soleil sur le plus grand fleuve du pays, l'Irrawaddy. Haut lieu touristique, la première capitale du royaume birman (1044-1287), est aujourd'hui intouchable. Au point que le gouvernement a déplacé de force, un peu avant les premières élections libres, en mai 1990, plusieurs milliers de personnes à l'extérieur du site et a rasé le village. C'est du nouveau Pagan (une bourgade de maisons de bambous), au moment de la saison sèche lorsqu'il n'y a plus rien à faire aux champs, qu'ils arpentent, fiers et conquérants, la route fraîchement construite de l'aéroport jusqu'au site pour échanger avec les touristes, des petites boîtes en laque ou papillons en broche contre des échantillons de parfum, stylos ou rouges à lèvres qu'ils revendent au marché noir. La ferveur des Birmans (85 % d'entre eux sont bouddhistes) est à l'image des dorures et verroteries qui ornent les temples : ils consacrent environ la moitié de leur revenus en dons et offrandes. En témoigne la richesse de la grotte de Pindaya, en pays Shan, qui abrite pas moins de mille bouddhas, ou bien encore de la célèbre pagode Schwedagon, à Yangoon. Pure merveille de l'architecture birmane, elle se dresse toute d'or et d'argent vêtue. Eblouissant du haut de ses 98 mètres, l'imposant stupa révèle un globe incrusté de quelque 4.351 diamants, au sommet duquel brille un unique diamant de 76 carats - de quoi tourner les têtes et en oublier la dure réalité de ce pays. Plus qu'un lieu de prière, la Schwedagon est aussi le théâtre d'une vie sociale très riche : dans les escaliers menant à la plate-forme, les fidèles se retrouvent pour flâner, se restaurer ou se reposer. Une douceur de vivre que l'on retrouve sur le lac Inlé, célèbre pour ses pêcheurs et leur surprenante façon de pagayer au pied. Un rendez-vous à ne surtout pas manquer pour apprécier l'hospitalité et la générosité du peuple birman. Chantal Colomer

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.