Le Cned adapte sa pédagogie au multimédia

A Toulouse, des lycéens apprennent l'italien dans des conditions bien particulières. Depuis son ordinateur à Rennes, leur professeur leur envoie son cours, qui est transmis par une liaison Numéris la nuit. Le lendemain les élèves planchent, écrivent, font des exercices oraux qu'ils enregistrent et les renvoient (son compris) la nuit suivante au professeur qui les corrigera. Ce n'est qu'une des multiples expériences que se livre actuellement le Cned, le Centre national d'enseignement à distance. En 1939, cet établissement public a été fondé pour former les jeunes français réfugiés de l'exode et les préparer à la reconstruction. Spécialisé dans des formations scolaires, il s'est éloigné de sa vocation initiale pour des préparation à des concours ou même des formations professionnelles. Il diffuse aujourd'hui plus de 2.500 modules de formation, et sur 350.000 inscrits (contre 200.000 en 1980) 80 % sont des adultes et 26.000 sont situés à l'étranger. Place à l'interactivité. Aujourd'hui, le Cned s'est ouvert au multimédia avec un service intégré de production audiovisuelle qui répond aux demandes de ses huit instituts répartis en France. « Si la diffusion de formation sur papier est importante, les technologies nouvelles, par leur rapidité et la possibilité d'interactivité, occupent une place grandissante, dans la diffusion de formations », constate Michel Moreau, recteur d'académie et directeur général du Cned. Le multimédia permet de briser la solitude et, donc, le manque de motivation des personnes en formation distante. Mais le Cned doit d'abord tenir compte de la réalité d'un public sous-équipé et, ainsi, peu à même de profiter de programmes techniquement sophistiqués. Il s'appuie donc sur un réseau de collectivités locales et d'établissements scolaires équipés. Un exemple : la vidéotransmission interactive (VTI) : une antenne satellite permet la diffusion d'émissions de télévision à 500 collèges et lycées situés dans toute la France, où peuvent se rendre les inscrits du Cned. L'an dernier, s'est ainsi tenue une conférence sur le cinquantième anniversaire de l'Unesco. Un plateau d'intervenants s'exprimaient en direct sur le studio de télévision du Cned à Poitiers. Les spectateurs, dans les écoles, pouvaient réagir à l'émission par téléphone et par fax. Le standard téléphonique du service télé- accueil du Cned gérait les appels et les transmettait directe- ment aux conférenciers. En 1995, 200 heures de VTI ont été ainsi organisées. Autre piste de travail : la visioconférence : « Nous sommes en train de nous équiper d'ordinateurs capables de communiquer en multipoint, explique Martine Vidal, du centre multimédia du Cned. La diffusion est plus restreinte mais permet une véritable discussion. Nous l'avons expérimenté pour un cycle de remise à niveau en comptabilité pour les adultes. » Incidences pédagogiques. Dernier projet, le plus ambitieux : le campus électronique, répertorié dans le cadre des autoroutes de l'information censé permettre à un élève d'accéder à toutes les fonctions disponibles sur un guichet unique (accueil, bilan, évaluation du nouveau catalogue de formations, orientation, bibliothèque...). Ce campus ne restera pas seulement au niveau universitaire mais concernera aussi les formations professionnelles. Ces nouvelles pratiques ne sont pas sans incidences péda- gogiques. Traditionnellement, l'enseignement à distance se distingue de l'enseignement traditionnel, qui regroupe, les élè- ves dans une salle de classe, par la présence d'un tuteur. Ce dernier assure le suivi de la formation. Il fixe un calendrier des travaux, corrige les exercices, etc. Le multimédia engendre de nouvelles formes de tutorat, avec des évaluations des travaux par Minitel ou par Internet. Concrètement, ce tutorat du troisième type permet aux usagers de communiquer avec des professeurs ou même avec d'autres élèves, bref, de reconstituer une salle de classe. P.-A. T.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.