Ryanair prend la crise à contre-pied

 |   |  264  mots
C'est un cas unique au monde. Alors que le recul du trafic pousse les compagnies traditionnelles et la majorité des low-cost à réduire leurs capacités, Ryanair maintient sa stratégie de très fort développement tout en restant profitable. À l'heure où les reports de commandes se multiplient, le transporteur à bas coûts irlandais a déjà pris livraison, durant les deux premiers mois de l'année, de quatorze Boeing 737-800, et va continuer sur ce rythme. Quarante-cinq appareils, dont le financement est déjà assuré, devraient intégrer la flotte d'ici à septembre. Sur l'exercice 2009-2010, qui débute aujourd'hui, la flotte de Ryanair doit ainsi passer de 181 appareils à 223 (puis à 262 un an plus tard). nouveaux comportementsDe quoi conforter l'objectif de hausse de trafic de 16 % en 2008-2009, à 67 millions de passagers transportés. En Europe, Easyjet continue elle aussi de croître. Mais à un degré moindre. Si toutes deux souffrent dans ce contexte difficile tout en visant des profits, Ryanair et Easyjet bénéficient notamment du transfert des passagers des compagnies classiques, aux tarifs le plus souvent plus élevés. Mais aussi des changements de comportement de la clientèle touristique qui, si elle maintient ses projets de voyages, préfère des vols courte distance aux long-courriers. Cette tendance va-t-elle durer ? Les vacances de Pâques constituent le dernier vrai test avant les mois d'été. Aussi, si elle a révisé récemment à la hausse son objectif de bénéfice net pour 2008-2009 (entre 50 et 80 millions d'euros), la direction de Ryanair ne fait pas de prévisions pour 2009-2010. F. G.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :