Ryanair se dit optimiste pour 2009

 |  | 403 mots
Une récession se profile en Europe?? Tant mieux pour Ryanair, se réjouit, un brin provocateur, Michael O'Leary, président de la compagnie aérienne irlandaise low-cost (à bas coûts), qui a publié ses résultats semestriels hier. « Lors de chaque récession ? et il y aura une récession importante en Europe ?, Ryanair devient plus rentable », assure le dirigeant. Pour la bonne raison que la structure de coûts de la compagnie lui permet de commercialiser ses vols à des tarifs avantageux.De fait, au cours du seul mois d'octobre, le nombre de passagers transportés par Ryanair a grimpé de 18 %, à 5,35 millions, après une envolée de 20 % le mois précédent, alors que le trafic d'une grande compagnie traditionnelle comme British Airways a fléchi de 4,8 % en septembre. « La demande pour des vols moins chers va augmenter auprès des hommes d'affaires également », insiste Michael O'Leary. Or les businessmen, qui représentent 45 % de la clientèle de Ryanair, constituent la catégorie de voyageurs la plus lucrative. Résultat, la compagnie réaffirme son ambition d'un résultat net « à l'équilibre », pour l'exercice 2008-2009, qui s'achèvera le 31 mars. Et ce, alors que le revenu moyen par passager devrait chuter de 15 % à 20 % au second semestre, Ryanair se lançant dans une politique de promotions agressive. Mais ce plongeon devrait être en partie compensé par la baisse du prix du carburant, qui a dégringolé de 54 % depuis son pic historique de juillet (à 147 dollars environ). Et la compagnie s'aventure même à tabler sur un « fort » rebond de ses résultats pour l'exercice 2009-2010, si le cours du pétrole n'excède pas les 80 dollars le baril en moyenne.faillites à la chaîneDes résultats qui ont précisément été plombés par la cherté de l'or noir, au premier semestre 2008-2009 (clos fin septembre). Le bénéfice net a été divisé par quatre, à 214,6 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires en hausse de 16,5 %, à 1,8 milliard. Mais, pour Michael O'Leary, c'est déjà du passé. Le patron de Ryanair a de nouveau endossé son rôle de prédateur, évoquant une nouvelle concentration du secteur, en regard de la trentaine de faillites survenues depuis janvier. Et de cinq à six supplémentaires qui pourraient intervenir d'ici à la fin 2008, selon le pronostic de Michael O'Leary.Christine LejouxLe patron de Ryanair a de nouveau endossé son rôle de prédateur, évoquant une nouvelle concentration du secteur .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :