L'économie américaine détruit de plus en plus d'emplois

Du travail, il y en a encore, il suffit de savoir où ", affirme Scott, sur une route du New Hampshire. C'est vrai que cet État semble préservé. Alors que le taux de chômage au niveau national s'inscrit à 6,1 %, celui du New Hampshire reste cantonné à 4,1 %. " Ce qui n'empêche pas les gens de s'inquiéter ", déclare Dennis Schauer, agent immobilier à Wolfeboro, l'une des villes huppées de l'État. " L'effet psychologique est déjà là. "Les chiffres de l'emploi américain ne sont en effet guère rassurants. Depuis le début de l'année, 760.000 emplois ont disparu dans tout le pays, septembre ayant enregistré le plus de destructions en cinq ans. En réalité, la nouvelle accélération de la détérioration du marché de l'emploi en septembre est d'autant plus inquiétante que rares sont les secteurs épargnés.MOROSITE PALPABLE Même dans le New Hampshire, rares sont ceux qui ne connaissent pas quelqu'un au chômage. " Mon gendre, qui travaillait chez Morgan Stanley à New York, est sans travail depuis août dernier ", témoigne John White, candidat démocrate à un siège de représentant à la chambre de l'État du New Hampshire. Les résidents locaux ne s'y trompent pas : selon un récent sondage mené par l'université du New Hampshire, 47 % des électeurs placent l'emploi et l'économie au centre de leurs préoccupations. Une morosité ambiante qui s'explique facilement : si le New Hampshire ne compte aucune usine automobile dans son territoire, l'état compte parmi ses résidents de nombreux salariés des entreprises sous-traitantes du secteur, qui risquent de faire les frais de la chute vertigineuse des ventes de voitures neuves (- 27 % en septembre).Même les catégories les plus aisées réfléchissent à deux fois avant d'acheter une maison à 2 millions de dollars au bord du lac qui fait l'attrait de Wolfeboro. Sur un an, les prix ont baissé de 15 à 20 %, et le volume des ventes, du double. Résultat, ce sont autant d'emplois dans la maçonnerie ou la décoration, qui ne sont pas créés. Après la crise de l'immobilier, Wolfeboro s'apprête à son tour à découvrir le chômage.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.