2.000 milliards pour sauver les banques

 |  | 257 mots
Lecture 1 min.
Les contribuables européens et américains vont devoir mettre la main à la poche pour éviter que la crise financière ne se transforme en profonde récession. Faute d'une recapitalisation massive du secteur bancaire et d'un rachat des actifs toxiques, les économies développées n'échapperont pas à un credit-crunch significatif qui pourrait durer au-delà de 2009, estiment les économistes du FMI dans leur dernier rapport sur la stabilité financière dans le monde.Le FMI a considérablement revu à la hausse ses estimations de pertes liées à la dévalorisation d'actifs financiers américains, les chiffrant à 1.400 milliards de dollars contre 945 milliards auparavant. Mais 580 milliards de pertes seulement ont été révélés par les banques. Les institutions financières doivent lever 675 milliards de dollars dans les cinq prochaines années, selon le FMI.Aux Etats-Unis, un échec du plan Paulson et des augmentations de capital des banques provoquerait une contraction du crédit de 7,3 % en rythme annualisé, selon le FMI. C'est sans précédent. La distribution de crédit aux Etats-Unis n'a jamais reculé en cinquante-cinq ans ! L'Europe ne serait pas épargnée. Faute de plan de soutien, le crédit se contracterait de 4,5 % sur le Vieux Continent et de 6,3 % au Royaume-Uni.RACHETER LES ACTIFS TOXIQUESLe FMI conseille donc aux Etats d'injecter directement des fonds publics dans les institutions financières viables. Un plan de sauvetage de 2.000 milliards de dollars qui prendrait la forme de rachat d'actifs toxiques et d'injection de capital permettrait tout juste de maintenir le crédit à flot. Contribuables, à vos portefeuilles !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :